Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 08:00
Entracte, Edward Hopper, 1963

Entracte, Edward Hopper, 1963

Un moment étrange. Le film, ou la pièce, n’a pas commencé.  Peu de spectateurs, il est trop tôt. Ce qui compte c’est la femme assise, sage, attentive, un peu raide. Résignée aussi. Ce qui va se dérouler sous ses yeux ne regarde qu’elle. C’est à peine si nous percevons l’estrade, entrevoyons  le rideau.
Elle est belle,  jeune encore. Sa robe dévoile des bras blancs et potelés, une ligne fine, laisse entrevoir  de petits seins pointus, s’enroule aux genoux. Glisse sous les doigts. La femme est distinction, détachement, recul. Elle est une île au milieu des vagues de velours  que sont les fauteuils. Il y a ce mur comme en prison, blafard, interminable. La porte à ses côtés est échappatoire. La remarque-t-elle ? Elle baisse les yeux, renonce-telle ? Son nez est volontaire, ses joues sont creusées. Ses talons marquent la moquette au sol. Elle est sur le point de… Elle a trouvé sa place,  excentrée, choisi son jour, dimanche 1er janvier.
Elle pense à son couple, solide, un peu terne, à ses enfants éloignés. Qui ne reviendront que pour lui placer un bébé entre les bras. Elle a des pulsions, des passions que son métier ou les voyages ne comblent pas. Elle a une vie devant elle, vers laquelle embarquer. Quitter l’île ! Elle ressent des fourmillements dans les pieds.  Gagner l’estrade, succomber à l’appel de sensations extrêmes, de situations fantasques.  Crever l’écran 2017. Renaître.
La femme est sur le point de se lever.
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

S
je t'embrasse pour ce premier de l'an
Répondre
M
Hopper est très réaliste, avec un côté triste je trouve, mais tu as su lui faire dire autre chose Mansfield avec des espoirs ragaillardis ...
Tous mes voeux less meilleurs !
Répondre
É
Bonjour Mansfield. C'est difficile de choisir mais il faut parfois abandonner son confort pour se lancer dans une autre vie. Vive la renaissance !
Répondre
L
La vie est un éternel recommencement et cette femme doit choisir le meilleur pour elle...!
je te présente mes meilleurs vœux pour l'année nouvelle gros bisous
Répondre
F
C'est son moment à elle pour décider de ce que sera sa vie future ..Continuer ou changer de vie ?
J'aimerais qu'elle saute le pas et monte sur la scène ...
Répondre
M
Bonjour Mansfield, elle est loin dans ses pensées ... peut-être une rétrospective de sa vie. Beau texte Mansfield, bonne journée !
Répondre
L
La femme doit suivre ce que lui dicte son cœur.
Je te souhaite une bonne année, une année de vie vraie, et libre.
Répondre
M
J'aime hopper et ton interprétation. Bonne année. Le bonheur est dans l'instant. Je te souhaite une multitude de petites joies simples et intenses sensitives et affectives.
Répondre
J
Elle m'a l'air bien seule perdue dans ses pensées... Parfois l'appel d'une autre vie bouscule la trop sage, elle hésite entre les deux... une légère déprime ! Sur ce belle et bonne année Mansfied ! ;-)
Répondre
C
Une jolie métaphore pour aller de l'avant en ce début de 2017. Hopper et son mystérieux silence en solitude s'y prête particulièrement bien.
Répondre
R
Toute bonne année à toi et ceux qui te sont chers, santé avant toute chose, petits bonheurs quotidien pour que tes jours soient, au long de l’année doux comme les bisous que je dépose aujourd’hui sur ta joue. Amitiés
Répondre
J
Chaque jour peut être un nouveau départ, il suffit de le vouloir. Mais n'est toujours le meilleur celui qu'on croit. Il faut chercher au fond de soi ! Belle et douce année à toi. Bises. Joëlle
Répondre

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens