Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 08:00
PHARMACIENS EN GREVE: J'AI UN UN GROS DERRIERE

 

Par solidarité avec mes confrères et pour préserver le rôle du pharmacien, je fermerai mon officine le mardi 30 septembre.

Mon métier consiste principalement à délivrer des ordonnances prescrites par des médecins, à m’assurer de la compréhension des posologies et de leur observance. Bien sûr, je ne sais pas ce qui se passe au domicile du patient, je me fie à lui, de même que lui me fait confiance.

Car ce métier est basé sur la confiance et l’échange. Il n’est pas seulement question de vendre et de faire du chiffre. Lorsque les clients entrent pour un conseil, ils attendent un soulagement ou une guérison. Alors ils se dévoilent, un peu, beaucoup, ils ne veulent pas se tromper. Ainsi hier, l’un deux m’a réclamé un tube de Pévaryl crème. Si devant son hésitation, je n’avais pas insisté, c’est pour quoi faire ?, je n’aurais pas compris qu’il souhaitait soigner des hémorroïdes avec une crème pour les mycoses. Il s’agit ici d’une erreur d’indication mais il existe aussi les contre-indications, les surdosages, les oublis.

Je ne compte pas sur la grande distribution pour signaler, guider dans les achats, attirer l’attention de la patientèle. Je ne compte pas sur internet pour prévenir les contrefaçons. Je ne crois pas que des capitaux extérieurs investis dans les pharmacies par des non pharmaciens, soit une bonne chose. Car l’intérêt du patient primera-t-il dans ces conditions ?

Je tiens à notre mode de fonctionnement à la française même s’il a évolué et évoluera encore, depuis trente ans que j’exerce ce métier. J’appartiens aujourd’hui à une coopérative de pharmaciens car il faut savoir se grouper pour résister. Je travaille avec un petit laboratoire de génériques français dont le PDG est un ancien camarade de promotion, j’ai notre modèle français à cœur, je le répète.

Je finirai par cette aventure qui m’est arrivée cet été dans un supermarché alors que je visitais le Québec, dans la région de la Mauricie. En discutant avec la pharmacienne, je lui indiquais que la plupart des médicaments en libre-service dans ses rayons, se trouvaient derrière le comptoir chez nous. Elle me répondit du tac au tac, sans réaliser le double sens de ses propos :

- On prend pas d’chance de laisser les gens choisir chez vous, vous avez un gros derrière alors !

Eh bien oui, j’ai un gros derrière et j’assume. C’est pourquoi, je défilerai, mardi !

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

écureuil bleu 26/10/2014 17:32

Merci pour cette anecdote. J'ai signé la pétition chez mon pharmacien. Je tiens à vos conseils toujours très utiles, surtout lorsque les médecins sont pressés et ne prennent pas la peine d'expliquer.

mansfield 26/10/2014 20:44

Merci à toi, nous avons tous remarqué que la clientèle nous soutenait et cela nous encourage vraiment!

Catheau 13/10/2014 14:23

Tant que le pharmacien n'est pas M. Homais !

mansfield 26/10/2014 20:43

Merci Catheau, je viens juste de voir votre commentaire et promis je ne vends pas d'arsenic!

fanfan 02/10/2014 07:23

J'espère bien que les pharmaciens continueront à avoir "un gros derrière "! Je suis a fond pour garder nos pharmacies ; le modèle anglo-saxon ne me plaît pas du tout ! Il ne faut pas céder !

mansfield 26/10/2014 20:43

Merci Fanfan, heureuse de voir que tu nous soutiens avec enthousiasme!

Vénusia 02/10/2014 05:34

sans vouloir polémiquer je suis d'accord avec les pharmaciens.
je n’achèterai jamais mes médocs à l'épicier du coin, trop dangereux et en plus pour avoir un conseil, faut se lever de bonne heure.
pour faire du fric certains n'hésiteraient même pas à vendre père et mère en morceaux si ça rapportait.

Carole 02/10/2014 00:23

Sale époque. On détruit, on détruit, mais on ne reconstruira pas.

leo*bio 01/10/2014 19:09

-*- Effectivement, je crois que l'on mélange tout - Il y a bien quelqu'un qui profite de ce marasme général ! Les cons ? Sans doute ! Courage - Léo-Bio.

enriqueta 01/10/2014 09:17

Je suis pour la pharmacie "à l'ancienne" avec un pharmacien qui sache me conseiller quel médicament prendre quand je suis un peu malade mais pas au point d'aller chez le médecin. J'ai connu cela où j'ai grandi, de 6 à 23 ans, avec un pharmacien "de famille" qui était, en quelque sorte , le personnage le plus important dans la cité où j'habitais. Malheureusement, nul part ailleurs je n'ai retrouvé un tel type de pharmacien. Dans ma ville les pharmaciens sont surtout des vendeurs, point. Ils vendent des médicaments comme d'autres vendent des chaussettes. En plus, ils ne savent pas lire les ordonnances et font des erreurs. Quand on leur demande un renseignement ou un conseil, ils ne savent pas ou répondent n'importe quoi. Ma fille, l'année dernière, est allée demander à la pharmacie un médicament pour lui donner un peu d'énergie le matin. Elle est revenue avec le médicament "à la mode", celui dont la pub passait en boucle à la TV (celui avec les bûcherons). Tout ça n'inspire pas confiance. Moi, je veux retrouver le pharmacien de mon enfance. Je veux pouvoir avoir confiance en lui.

flipperine 29/09/2014 23:34

je ne trouve pas normal que l'on trouve des médicaments en supermarché, qui pourra nous conseiller ?
j'ai signé la pétition que me proposait la pharmacie

Nina Padilha 29/09/2014 16:31

Pharmacienne ? Ah bon...
Moi, jamais de génériques. Na !
Bisous !

JC 29/09/2014 14:06

En tant qu'ancienne soignante, je ne peux que soutenir tes propos si judicieux . L'automédication fait souvent des ravages et les conseils sont vraiment les bienvenus. Bon mardi. Amitiés. Joëlle

lizagrèce 29/09/2014 13:44

En Grèce aussi les pharmaciens ont fait plusieurs grèves pour éviter cette directive européennes qui tend à libéraliser des professions jusqu'ici réglementées pour favoriser la sacro-sainte concurrence. Or, le médicament n'est pas une marchandise et le patient n'est pas un consommateur. On parle de santé ! Ici, avec le fait que 30 % de personnes n'ont plus de droits sociaux, donc plus de sécu, heureusement que les pharmaciens sont là, car ce sont eux qui soignent de nombreuses personnes faute de ne pouvoir accéder aux consultations médicales. De tout coeur avec toi ! Les pharmacien(ne)s grec(que)s ont aussi "un gros derrrière" ...

le boudoir de soi 29/09/2014 10:59

tu as bien raison de défendre ta profession, le conseil doit devenir une priorité c'est votre métier premier, en collaboration avec le médecin.
Moi je trouve pas que tu as un gros derrière !! mdr !!

Martine. 29/09/2014 09:33

No comment.... Juste une belle semaine à toi

jill bill 29/09/2014 08:21

Oh oui je vous comprends bien, mon pharma, même si pas en ordonnance, m'explique bien le pourquoi des mes achats.... en libre service je ne vois pas ça d'un bon oeil ni sur le net, bon mardi clos mansfied !!

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens