Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 10:36
Québec: Chute-Montmorency

Québec: Chute-Montmorency

Sujet libre pour le défi 138 de ce jeudi en poésie chez lilousoleil pour  les croqueursdemots
 
C’est dans le tumulte et l’écume, un soir d’été
Le ciel accroche des nuages sur les rochers
Et les observe qui s’étirent à se jeter
Sous le bouillonnement d’une eau trouble et glacée
 
Depuis le pont, j’ai le vertige dessus les flots
Le vent me porte, je m’y appuie tel un oiseau
Dont la carlingue se faufile toujours plus haut
Tandis que le givre tenace colle aux hublots
 
J’ai de la vie cette méfiance qui me pousse
A me tenir bien à l’écart, loin des secousses
Et l’existence ainsi bordée semble plus douce
Désencombrée des rages d’un temps qui s’émousse
 
Et puis je lutte contre moi-même, je me débats
Ce n’est pas vivre que d’éviter jusqu’au trépas
Le bruit des chutes et les blessures et les combats
L'âme tourmentée est aussi un cœur qui bat
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Oui, notre coeur est comme la mer, il bat dans la tempête et dans le calme, à nous de savoir l'écouter, comme tu le fais dans ce très beau poème.
Répondre
L
Magnifique poème en légende à ta photo, Mansfield, je comprends mais pourtant j'ai la tentation de cette méfiance aussi.
Répondre
M
Bonjour Mansfield,

superbe ces chutes. je ne connais pas.
La vie n'est pas un long fleuve tranquille. Il faut s'accrocher bien souvent au bastingage du navire.
Joli poème
doux dimanche à toi
Martine
Répondre
M
Merci Martine, et bonne semaine à toi
P
Bonsoir Mansfield,
Je rejoins totalement le début du commentaire de Luciole 83. Je sens en vous cette peur de l'aventure mais aussi l'envie d'y plonger. J'aime bien votre texte car il fait bien ressortir ce besoin d'être à l'abri et d'autre part de vouloir découvrir ce que l'on ne connait pas encore.
Alors, j'ai envie de vous dire, allez y Mansfield, vivez pleinement, suivez ces flots impétueux qui vous entraînerons on ne sait où mais vous feront découvrir un autre monde qui je l'espère vous éblouira.
Bonne soirée Mansfield, amicalement
Répondre
M
Merci Pascal, ce désir d'inconnu est une belle chose qui fait le sel d'une vie, il fait parfois se lancer et goûter à des sensations. J'aime beaucoup ce mot éblouir, qui ne signifie pas aveugler!
F
Cela doit donner le frisson de survoler ces chutes vertigineuses! Parfois il faut vivre dangereusement pour avoir des sensations !
Répondre
M
Parfois c'est vrai mais ceux qui en ont besoin, en ont souvent besoin tout le temps, hélas!
M
Paerfois c'est vrai, ma
E
j'ai le vertige et le mal de mer ...mais j'ai aimé me promener avec ce poème ...
Répondre
M
Merci Eglantine, dommage que ne puisse accéder à ton blog en cliquant sur ton nom!
C
Un commentaire pour le beau livre de Joyce Carol Oates ?
Répondre
M
Il faudra que vous m'indiquiez de quel roman vous parlez Catheau, j'adore Joyce Carol Oates pour la finesse psychologique et l'impressionnant travail d'analyse de ses personnages, mais il y a bien longtemps que je n'ai pas lu un de ses romans.
L
Bonsoir Mansfield
Très beau poème qui me touche bcp ! très évocateur ...
Même méfiance que toi ... et même réaction de repli instinctif qu'il faut combattre sans cesse, sinon c'est "la petite mort" !
Mais la vieillerie peut nous contraindre aussi à une vie plus ralentie et précautionneuse !
Superbe photo ! Me suis retrouvée un jour de vacances, trempée d'écume, sur une plate forme métallique à trous au-dessus d'une immense cascade bouillonnante, grondant comme une furie : impressionnant ! Prise de vertige, j'ai du fuir au plus vite...
Bises et merci pour l'émotion retrouvée
Répondre
M
Merci pour ton témoignage qui se rapproche du mien, mais si on extrapole au delà de l'image, peut-on fuir chaque fois?
F
et tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir
Répondre
M
Bien dit, alors profitons-en au maximum!
A
La vie et ses remous, s'approcher, s'éloigner, vaste débat auquel on n'échappe pas tout en suivant le rythme de notre cœur qui bat...
Répondre
M
Eh oui, vivre, joie et souffrance n'est-ce pas? Bonne semaine à toi
R
Mansfield c'est très beau et...très vrai. belle image que ces chutes. Bises amicales
Répondre
M
A bientôt Renée, bonne semaine
L
Le tumulte des aux est passager mieux vaut se méfier de l'eau qui dort .
Répondre
M
Ce texte vous rend philosophes mesdames et j'aime beaucoup les mots qu'il vous suggère! Merci Liza
M
Les chutes de Montmorency, un beau souvenir pour moi mais je les ai vu en février elles étaient complètement gelées. Dommage. J'ai beaucoup aimé ton poème. J'essaie aussi d'éviter les remous, les tempêtes et c'est en les évitant qu'on a les meilleures chances de les rencontrer.
Répondre
M
Très juste ta remarque, il y a hélas des coups durs qu'on ne peut pas éviter!
J
Bonjour Mansfield... Au dessus de ces eaux cela doit faire drôle, dans le sens impressionnant... C'est vrai qu'on préfère fuir les secousses de la vie, mais là... c'est à vivre une fois ! Merci....
Répondre
M
Merci Jill, une bien jolie chute après celles du Niagara, bien sûr!
N
Très joli !
Bisous frileux !
Répondre
M
merci Nina, bises et à bientôt sur ton balcon avec ton chat!

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens