Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 08:00
SOUS JUILLET
Et Paris soupire sous juillet
Dans les rues noyées de soleil
Un vent chaud lèche les pavés
Il me caresse les orteils
 
La saison a des tons vermeils
Qui jonchent déjà les trottoirs
Mais août programme son réveil
Il tient septembre en son pouvoir
 
Les jours s'étirent calmes et plats
Peu de touristes dans le quartier
La ville bourdonne sans éclat
Loin du Louvre, du Palais Garnier
 
Ici, la foule a recrée
Le décor de ses origines
Ceux que l'été laisse désoeuvrés
Tout près du canal s'agglutinent
 
A la surface du miroir
La lune étale des étoiles
Lorsque enfin s'annonce le soir
Glissant tel un bateau à voiles
 
Dans les coeurs chantent les vacances
Parfums d'épices, de baies sauvages
Fermons les yeux, comme en partance
Vers d'autres cieux, d'autre rivages
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Un autre Paris en juillet et qui vibre autrement;
Répondre
F
Lorsque juillet se termine, j'ai l'impression que l'été est presque passé; cela va trop vite.L'été à Paris ,doit être dépaysant par rapport au reste de l'année.Joli poème .
Répondre
E
“Oui, quel est le plus profond, le plus impénétrable des deux : l'océan ou le coeur humain.”
(De Lautréamont)
Cela fait déjà un mois que le défi sur l’océan bat son plein. Et ce n’est pas fini ! Vous avez encore tout le mois d’Août pour participer, participer et participer encore mais aussi pour lire les 73 participations et les commenter sur les 23 blogs participants. Bon vent et à bientôt !
La liste des participants :
http://c-estenecrivantqu-ondevient.hautetfort.com/archive/2015/06/22/ils-naviguent-sur-l-ocean-tout-l-ete-5644087.html#comments
Répondre
E
C'est un superbe poème. Bravo! Je veux bien qu'Août s'annonce déjà mais je refuse d'évoquer Septembre. J'aime particulièrement la première et l'avant dernière strophes.
Répondre
É
Très joli poème ! J'aime beaucoup venir me balader à Paris en juillet ou août, pour me balader sur la Seine ou le long des quais. Bonne soirée
Répondre
L
Grande envie d'aller flâner à tes côtés un soir le long du canal...
J'aime bcp ton poème qui racontent, aux jours de canicule, la solitude de ceux qui sont rivés à leur quartier sans possibilité de partir en vacances... mais qui trouvent quand même une poésie à leur quartier... et savent s'évader en regardant le clapotis de l'eau du canal....
Très parlant !
Bisous climatisés... Dehors, fournaise !
Répondre
J
Bonjour Mansfield, on y pense pas, mais une balade dans son quartier, l'été au clair de lune.... ;-)
Répondre

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens