Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 08:00
Pompeï moulages de victimes , éruption du Vésuve

Pompeï moulages de victimes , éruption du Vésuve

 
Défi 151 chez Quai des rimes  pour les Croqueurs de mots : illustrer l’un des péchés capitaux.
 
Le cœur s’emballe et puis s’arrête
Car dans la baie, un monstre guette
Un ciel serein, une mer étale
Et puis soudain des cris, des râles
 
Squelettes figés, rompus, à terre
Pris dans le plâtre et la poussière
Renoncement, effroi, tendresse
Des cendres, mortelle est la caresse
 
Il suffirait pourtant d’y croire
Et d’effacer de sa mémoire
Récits, lectures et épopées
Tirant Pompéi du passé 
 
Quand allongés et les yeux clos
Lourds de sommeil, membres au repos
Ces corps offerts, éparpillés
Prennent la pose à tout jamais
 
Un instant flou, apesanteur
Sur des peaux moites de chaleur
Pleuvent des nuages de suie
Drus comme le soleil de midi
 
Puis le silence étend son voile
Le jour est nuit, une lueur pâle
Surprend des silhouettes en détresse
Ou flagrant délit de PARESSE

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Superbe et très original, merci beaucoup, Mansfield.
Répondre
C
Le dernier vers nous apprend comment faire mentir (avec brio) une image !
Répondre
L
Que c'est bien dit ! magnifique ! vraiment magnifique !

mais j'ai du mal à transposer la paresse dans ces corps figés... Emotion : je n'arrive pas à les regarder ! J'y vois une telle souffrance derrière le repos apparent ...

Bisous poète talentueuse
Répondre
W
Superbe! Beaucoup de sensibilité pour décrire ces instants, figés à jamais.
Répondre
D
Tu as su donner à ces corps figés dans leur paresse une image paisible et ton poème est superbe.
Bravo et merci pour ta participation.
Bises Domi"nicales"
Répondre
M
Tes mots superbes sur une tragédie historique. Le volcan a fait entrer ces pauvres gens dans la légende

Bises
Répondre
L
C'est bien originale
Répondre
H
Bonjour Mansfield,.

L'illustration est tragique, mais ton écrit est magnifique.
Merci de tes gentils commentaires
Bises bien amicales.

Henri.
Répondre
É
Les pauvres gens ont dû sacrément souffrir : certains sont recroquevillés...
Répondre
C
Ah ! Pauvres gens alors ! Ils paraissent bien malgré eux ... bien écrit, que cela !
Répondre
J
Ce ne peut être autobiographique ce merveilleux éloge de la paresse...
Répondre
R
La paresse peut-être mais moi je retiens surtout cet effroyable carnage que fut Pompei.....Bisesssss
Répondre
L
comment finir sa vie en se reposant naturellement...
J'espère que cela ne te hante pas .
Répondre
M
Bravo. Très poème pour illustrer de façon singulière mais très belle la paresse. Merci de ta participation
Répondre
F
De la paresse forcée, les pauvres . C'est impressionnant de voir ces gens figés pour l'éternité .On imagine ...
Répondre
J
Ah Pompéi ensevelie sous la cendre, remontée un jour pour y trouver ces corps... de la paresse, on aimerait y croire, mais on connait leur histoire ! Merci Mansfiled, un lieu que j'aimerais voir...
Répondre

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens