Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 16:40





AEL 02 - Mots imposés (Faux rêveur)


Les mots à utiliser dans vos textes sont les suivants

Caresse - Fanion - Age - Circuit

Veille - Imbue - Fossé
Mage - Violence - Ignorer

Les noms peuvent être utilisés au singulier ou au pluriel, au masculin ou au féminin. Le verbe peut être conjugué.

 

 

Les livres de Roald Dahl sont très agréables à lire. Ils paraissent faciles à écrire mais ont une rigueur qui fait ressortir le caractère de chacun. La méchanceté humaine et surtout celle des adultes y est souvent ridiculisée et punie. Les enfants sont toujours curieux, intelligents, astucieux. Ils restent des enfants avec des défauts tels que la gourmandise, la vantardise ou le complexe de supériorité. Il leur arrive de faire preuve de violence. Il y a toujours une morale afin que chacun trouve sa place et son rôle dans la société. Je pense particulièrement à « Charlie et la chocolaterie et Sacrées sorcières ».

 

 

 La série des Harry Potter, bien que passionnante et très documentée est le reflet de l’évolution de la société. Il  faut se détacher complètement du réel, ignorer ce qui se passe au dehors et créer son petit monde virtuel, comme dans les jeux sur internet, quand chacun arbore son fanion pour entrer dans une guilde et parcourir un circuit. Il y a un fossé entre hier, quand les enfants étaient scotchés devant la télé, à l’heure de Pimprenelle et Nicolas et aujourd’hui où ils  sont blasés. Il faut en faire des tonnes pour solliciter leur imaginaire, ce que je trouve dommage. Tout en admirant le travail de recherche de J. K. Rowlings et ses personnages de mages et de sorciers, je préfère les histoires simples qui se déroulent dans des lieux familiers.

Il reste cependant une tranche d’âge un peu moins exigeante, celle des quatre, sept ans, qui reste mon public favori et pour lequel il m’arrive d’inventer des histoires les soirs de veille. Très jeunes, ces enfants sont aisément captivés. Ils n’exigent que du rire et de l’émotion. Quand je réussis à obtenir cela d’eux, c’est une caresse que  je reçois, si imbue que je sois de ma qualité de conteuse.  Mon registre est celui des sentiments, beaucoup moins celui des époques ou des lieux extraordinaires.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

nicole 19/01/2009 10:19

Les jeunes enfants gardent le goût de l'imaginaire, ils aiment rire et avoir peur. Ils ne sont pas blasés. Ils savent encore s'inventer des jeux.
Il doit falloir être bonne conteuse pour captiver ces petits.
Amitiés
Nicole

mansfield 20/01/2009 07:45



Je me suis aperçue quand je racontais des histoires à mes enfants, quand ils étaient petits, que ce qui les intéressait était le fait que j'invente au fur et à mesure. Imaginer et leur
montrer qu'on peut le faire est le meilleur moyen de les y inciter. 



isa 19/01/2009 07:55

Superbe texte, bel hommage aux enfants. Tu as raison il faut veiller sur eux, les accompagner et veiller à ce que l'imaginaire les aide.

mansfield 20/01/2009 07:37


Je crois effectivement que garder sa faculté d'imaginer est primordial. Après tout n'est ce pas ce que nous adultes de cette communauté essayons de faire à tout prix, car ça reste essentiel
pour nous.


Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens