Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 21:51





44 - Mon Pays...

Sur une idée de Chemin de Plume soutenue par Mariev voici le sujet de l'exercice N° 44 :


Il s'agit de commencer un texte par "Mon pays".
Votre pays pouvant être un pays où vous habitez mais aussi votre "pays intérieur".
Alors laissez courir votre imagination et emportez nous dans vos "bagages.

 

 

Mon pays est dans ma tête. Car comment expliquer ce besoin de Paris, de sa foule bigarrée et gouailleuse, de ces petits restaurants de quartiers, bruyants et tapageurs, de ses musées, théâtres et expositions. Et puis ce ras le bol quand les beaux jours reviennent, cet étouffement qui me pousse à repartir vers l’enfance, vers ailleurs.

Casablanca, la ville où j’ai grandi dans les embruns, le ressac et la mer. L’école française et tous ces copains aujourd’hui retrouvés avec émotion grâce à internet. La cour où l’on jouait avec des noyaux d’abricot. Tous les enfants du Maghreb savent de quoi je parle. Le soleil toute l’année, le froid, l’hiver si peu. Les journées pédagogiques à Ifrane, Volubilis ou Immouzer plutôt qu’à Caen ou Strasbourg. Les congés pour L’Aïd ou le Moussem ainsi qu’à Pâques et Noël. Les yeux  brillants chaque fois que l’on évoque un jouet, une robe, un bijou, venus de France comme s’il s’agissait d’un miracle. La place Mohammed V que je parcourais enfant, à perdre haleine, le souk de la Place de France aujourd’hui place des Nations unies. Et tous ces ports invitant au voyage, à la fuite, Casa, Rabat, Mohammedia, ces plages, ces rochers couverts de moules et d’algues. Et moi debout, guettant un évènement improbable, les yeux rivés au ciel et aux étoiles. Je n’ai pas d’événement extraordinaire à raconter comme le débarquement des américains dans le port de Casa en 44, ainsi que me l’a rapporté un ami de mon père, avec les yeux remplis d’étoiles, lui aussi. Mais j’ai la ville dans la peau, je le sais depuis l’an dernier, depuis que j'ai foulé le sol de mon enfance à nouveau. 

Puis je m’envole vers Blagnac et Toulouse, ville rose de mes vacances, chaleur orageuse des mois d’août, suffocation. Les circonvolutions de la Garonne, la magie de l’aérospatiale, la place du Capitole, l’accent de Nougaro, le fumet du cassoulet et tous ces clichés si vivants, si présents.

Je ne résiste pas, j’évoque aussi Pointe à Pitre et sa Marina, le Gosier, la plage de sable noir de Trois Rivières, si nerveuse, parfois dangereuse, celle de Grande Anse si belle si blanche, le tit punch et le colombo. Je me laisse aller à la paresse, à la douceur de vivre.  Allongée sur un transat, au bord de la piscine, un verre de planteur à la main, je me prélasse. 

Et je reviens à Paris bien sûr, toujours, encore. D’où que je sois j’y retourne. C’est la capitale, le cœur vivant de Pariscasatoulousepointe-à-pitre, mon pays de cocagne, ma patrie.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Babeth 04/02/2009 23:32

un très beau voyage dans tes pays de cœur... Merci pour la ballade très pittoresque.

Nicole 03/02/2009 11:15

Tu nous emportes bien dans tes bagages, et les photos complètent bien le texte.
Lorsque tu parles de Casablanca, cela me rappelle la Tunisie, où je suis née et y est vécue une partie de mon enfance. J'aimerais bien y retournée. Durant très longtemps, mes rêves étaient peuplés de sacs arabes ! Je les aimais tant !
Nicole

mansfield 04/02/2009 07:49


Ma "polyculture" fait que j'ai l'mpression d'être citoyenne du monde, ce qui est très agréable


Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens