Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 10:40





C’est un très beau film qui se sert des clichés et les jette au feu. Je n’ai pas l’intention d’en parler, les clichés ça saute aux yeux, des idées toutes faites sur n’importe quoi. Des idées qu’on lance en l’air quand on n’y connaît rien et que l’on croit savoir. Sauf que dans le cas de l’école les clichés sont la vérité. Un quotidien à épurer, à embellir, à rendre supportable. Pour tous ces jeunes, désabusés, désorientés et dont le langage signe la mise au rebut.

Ce film c’est Isabelle Adjani. On parle de retour, de manque, d’impatience. Sublime, habitée, auréolée, elle est son personnage. Et oui, elle me manquait. Ce n’est pas l’image fantasmée que j’avais d’elle, elle a grossi, on la surnomme bouboule et elle en rit. Mais elle est belle à jamais, solaire, présente. Comme une amie que  j’aurais perdue de vue, et dont les avis, les conseils me faisaient cruellement défaut. Une confidente dans le giron de laquelle il ferait bon pleurer. Comme un amant retrouvé par hasard, longtemps après notre histoire, et dont le temps n’aurait pas altéré l’éclat. Je veux dire que des retrouvailles satisfaisantes sont rares, que le public n’est pas toujours fidèle. Adjani a su toucher ses fans d’autrefois et en conquérir de nouveaux.

 

Mais je ne connais pas Isabelle Adjani. Elle est dans ma tête et je l’invente, un peu. Dans ce film, outre une poignée de jeunes comédiens formidables et rafraîchissants, il y a Fatima. On la voit peu, on la voit mal, on la remarque à peine. C’est une de mes clientes à la pharmacie. Dans le film elle joue le rôle de la mère d’Adjani, elle est effacée, discrète, l’anxiété se lit sur son visage, elle ne parle pas. Elle est une musulmane typique, retranchée derrière un mari qui s’exprime seul. Le son de sa voix se résume à un cri, à la fin. Moi je sais qui elle est, elle raconte sa famille, son père, son fils, sa vie. Elle se sait cantonnée aux rôles de musulmane vieillissante et porte dans la vie les mêmes vêtements que dans le film. Chez nous, elle est bouillante, volubile, elle accapare l’attention. Déclame des poèmes, raconte ses tournées, ses auditions, nous fait part de ses constats philosophiques. Ses yeux ont de la fièvre. Elle nous happe, elle nous épuise, elle est vivante. Et tellement éloignée de la sobriété de son personnage dans le film.

 

Eh bien je ressentais le besoin de parler de ces deux femmes, l’une nous appartient, elle est à nous quelque part. L’autre n’intéresse qu’une poignée de personnes. L’une a sa vie loin de nous, en parallèle, elle est une référence. L’autre semble proche, accessible, elle est le quotidien. Ensemble elles représentent  une forme d’équilibre, les pôles entre lesquels nous oscillons, tous, du rêve à la réalité.     

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Je n'avais pas vu ce film jusqu'à la semaine écoulée, j'en avais beaucoup entendu parler et je n'avais pas eu l'occasion de le voir et voilà qu'il passe sur Arte et que je tombe dessus par
hasard.
J'ai été captivée, énervée par plein de choses qui m'ont mise en état de "passion" et j'ai surtout été séduite par Adjani. Cette femme est toujours d'une incroyable beauté, peu importent ses
rondeurs, nous sommes nombreuses à en avoir et cela n'enlève pas le charme et la sensualité, tu as bien raison.
Quand à "Fatima" je la vois sous un autre jour grâce à tes mots. C'est un texte magnifique et très poignant Mansfield.
Gros bisous et un excellent week-end
Cendrine
Répondre
M


Merci à toi, ce film reflète une réalité très actuelle et moi aussi j'y avais été sensible. Bonne soirée à toi Cendrine



C
Pour moi, Adjani, c'est surtout Adèle H. et Camille Claudel.Je ne l'ai pas aimée dans "La jupe", tt en reconnaissant qu'elle y a gardé sa flamme intérieure. Merci pour ces portraits croisés.
Répondre
M


Merci Catheau, Je trouve qu'Adjani a perdu un peu de son magnétisme aujourd'hui et partage votre point de vue. 


Je suis en train de lire Alabama song et comprend pourquoi ce livre vous a plu. C'est un régal de fraîcheur et de froide lucidité.



J
Je ne connais pas ce film mais bien Isabelle, alors si un jour je tombe sur les deux, merci Mansfield !
Répondre
M


Merci à toi Jill, à bientôt, bonne soirée!



D
je pense aller voir ce film dimanche je porterai un regard sur Fatima....bonne journée
Répondre
M

Ah, Ah ça t'intrigue! Bon film.


L
pas fan d'adjani alors on attendra le dvd!!!
Répondre
M


Et ça te plaira quand même je pense!



B
ton article me donne nevie d'aller voir le film bien que je ne soit pas fan d'Adjani...Très beau prortait de ses femmes que tu nous fait là.
@ plus tard
biz=)
Répondre
B
ton article me donne nevie d'aller voir le film bien que je ne soit pas fan d'Adjani...Très beau prortait de ses femmes que tu nous fait là.
@ plus tard
biz=)
Répondre
M

Au départ moi non plus je n'étais pas fan, mais dans ce film elle m'a agréblement surprise.


A
Je ne sais pas encore si j'irais voir le film, mais j'apprécie ton article...
Répondre
M

Merci à toi.


Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens