Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 15:42






Je l’avais appelée Hélène comme la première de ma classe. Le père Noël me l’avait offerte en 67. Sur la photo, elle est tout contre moi avec un gros front bombé et les cheveux sacrifiés  au ciseau, un jour de rage. Parce que la rage, ça me prenait des fois.  Cinq ans plus tard, elle était restée ma poupée préférée. Les bras ne voulaient plus rester collés au tronc et j’avais masqué les trous à son visage par deux yeux dessinés dans du carton. Mais l’amour ne s’explique pas, parfois il se cache. Je me doutais bien qu’on se moquerait de moi, de ma passion pour « Chucky », la poupée tueuse et monstreuse des films d'épouvante. C’est comme  ça que mon mari l’a appelée le jour où je lui ai montré la photo. Il exprimait, des années après, mes craintes de l’époque.

J’ai eu des tas de poupées par la suite, une qui parle, une Barbie, des poupons emmaillotés, mais jamais je n’ai ressenti cette bouffée de tendresse. Elle me submergeait quand je la prenais dans mes bras. C’était en l’absence des copines à qui je réservais des trophées récents et plus valorisants. Dans ces moments je l’embrassais et je passais du rouge à ses joues, à ses lèvres. Elle était mon bébé handicapé, fragile.

 

Un jour,  j’étais en classe de 6ème, et j’avais invité une copine pour goûter. Ma mère avait soudain interrompu nos jeux en brandissant Hélène. En exposant mon bébé. En violant mon intimité. Je l’avais pris comme ça, c’était un crime.  Elles n’ont pas compris, les affreuses, que je hurle, que je trépigne. Que je m'empare d’Hélène pour la dissimuler sous mon oreiller. Et que l’ayant couverte, je l’emporte dans la chambre des parents et m'y enferme à clefs. Ma mère suppliait derrière la porte et ma copine m’assurait qu’il n’y avait rien de grave, qu’Hélène était très jolie. Je n’étais pas dupe. C’étaient des menteuses, des méchantes. Ma copine est rentrée chez elle, désolée et je n’ai ouvert qu’en soirée parce que mon père m’avait promis une sacrée fessée.

Je ne connais toujours pas la raison de cette fureur. Trahison de ma mère ? Regard sacrilège de la copine sur mon trésor ? Fatigue scolaire ? Ou peur qu’on découvre un peu de moi, ce côté bancal, cabossé, qui entrave mes actes encore aujourd’hui. Quand je dresse des barrières pour m'empêcher d'avancer, qui sait…  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Partager cet article

Repost0

commentaires

~~ Kri ~~ 19/04/2009 10:50

Quelle chose admirable, ces souvenirs qui affluent quand ils veulent et que nous ne pouvons évoquer quand nous le voulons (I. Olecha)

mansfield 19/04/2009 12:50


Oh oui, tout ce qui nous construit ne demande qu'à resurgir un jour...


~~Dana+~~ 18/04/2009 22:19

Ton histoire est remarquablement émouvante....je te remercie de ce partage de souvenir. Bisous tout plein

mansfield 21/04/2009 10:37


Et merci à quoi qui fait vivre une communauté très agréable et réactive. A bientôt


Vivi 18/04/2009 18:31

qu'est devenue Helene ? tu l'as toujours ?

mansfield 18/04/2009 22:10


Non malheureusement, j'habitais à l'étranger quand j'étais petite et je l'ai perdue au cours du déménagement vers la France.


Bruno 18/04/2009 17:46

belle évocation de ta personalité à travers cette poupée à qui tu as sans doute, à te lire, confié beaucoup de tes secrets..

mansfield 18/04/2009 22:09


Elle était ma confidente c'est vrai, chaque enfant a son doudou ou son jouet préféré qui le rassure.


tiff 18/04/2009 15:40

joli plongée dans le monde de l'enfance et de sa psychologie, pour ma part je trouve les barbies très effrayantes :p

mansfield 18/04/2009 22:01


Moi aussi, celles de mon enfance étaient beaucoup moins sexuées que celles d'aujourd'hui, elles faisaient vraiment gamines! 


kat 15/04/2009 16:35

pas facile de se mettre à nu....l'importance des choses et des sentiments qu'on y porte ne s'explique pas, à plus forte raison quand on est enfant....bravo pour tes mots...et merci...

mansfield 16/04/2009 15:23


merci à toi pour cette jolie analyse du texte, se mettre à nu et toucher quelqu'un, ça fait grandir, ce qui encore plus vrai concernant un souvenir d'enfance.


Dulce 15/04/2009 11:09

C'est très joli... et la force de l'amour ne voit pas tous les défauts d'une poupée qui apporte une sorte de sécurité, de sérénité...
Les défauts ne comptent pas, ils ne sont pas...
Je comprends bien, même si je n'ai jamais eu d'Hélène... mais ma sœur oui... un joli ourson tout recousu, tout rapiécé par ma mère... il existe encore... dans une boîte à souvenir gardé précieusement par ma sœur !
Bravo pour cette belle histoire !

mansfield 15/04/2009 16:10


Merci de ton témoignage, je suis ravie que mon histoire t'ait touchée.


bataillou 15/04/2009 09:53

une jolie histoire d'amour d'enfant.

mansfield 15/04/2009 16:08


C'est la première qui me soit venue en tête quand j'ai découvert le thème de la semaine. Comme quoi...


perfecta 14/04/2009 17:57

Une très belle histoire que tu nous raconte là...
Merci à toi !

mansfield 15/04/2009 16:06


Et à toi pour ce gentil compliment!


bibifok 14/04/2009 16:08

On sent la force de l'amour que tu lui porter? Très joli texte.
Gros bisous
Bonne journée, @ plus tard

mansfield 15/04/2009 16:05


Heureuse que tu l'aies perçu, ça ne s'expliquait pas. Merci à toi.


Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens