Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 14:15


C’est la mode ou c’est dans l’air du temps, aujourd’hui on vend les souvenirs des gens connus aux enchères. Après Yves Saint Laurent et Gérard Oury, c’est au tour de Jean Marais. On éparpille des tranches de vie pour le public ou pour l’argent, pour les deux à la fois. Ce sont des meubles d’époque, de style ou exotiques, des tableaux, des objets, des lettres, des photos qui partent aux quatre coins du globe.

Qui sont ces acheteurs, de riches investisseurs, des collectionneurs avides, des admirateurs éperdus, des curieux ?  Pour les petites choses, ce sont vous et moi. On se dispute une signature, un mot écrit à la va vite sur un bout de nappe, un stylo, un cliché dédicacé. Je me demande ce qui nous motive. Souvent la veille du grand jour, les organisateurs permettent les visites. Ce qui doit partir est assemblé dans des salles et on vient voir. On bave devant les plus belles pièces comme pour s’approprier un peu de la vie des grands. Comme quoi quand on dit qu’on est tous égaux face à la mort, c’est faux. Les célébrités, les people, poursuivent leur chemin grâce à ceux qui achètent ou rêvent devant les fragments de leur passage ici-bas.

 


Les coucous, tapis bleu et rose d'Henri Matisse appartenant à Yves Saint Laurent


Quand nos parents décèdent nous faisons le tri. Il y a ce qu’on jette et ce qu’on enfouit dans des sacs ou des valises pour que les enfants sachent, plus tard. Il y a ce qui trône sur nos murs et sur nos étagères, ce qui nous rend fiers. Parce que c’est une partie de nous, notre bagage, notre histoire. Et pour les chanceux, les nantis, les fans, il y a la trace de ceux qui ont compté dans le monde de la culture ou de l’art.   

Pourquoi entrent-ils dans nos vies après leur mort, pourquoi cet engouement, cette volonté de les avoir à nous, un peu ? Je parle de nous les modestes, pas des m’as-tu vu qui amassent à partir des collections des autres. Il ne s’agit pas seulement de se vanter ou de faire de l’argent, il me semble que les raisons sont ailleurs.

Nous aimions ces personnes, nous les admirions de leur vivant. Mais la mort nous les a rendus proches, accessibles, abordables. Elle crée l’illusion de l’intimité, ces gens sont des nôtres. C’est un honneur qu’ils nous font. C’est un privilège que nous leur accordons.  Leur deuxième vie, éternelle, démarre. Il se trouvera toujours quelqu’un pour raconter l’histoire du bibelot, du tableau ou de la lettre plaquée sous verre que conservait maman. Au fil des générations, on oubliera les exploits de l’arrière grand-père. On jettera peut-être des photos, des diplômes. Mais on gardera intacte la trace de l’inconnu célèbre qui compte tellement encore aujourd’hui.      
Tableaux de Raoul Dufy appartenant à Gérard Oury mis aux enchères les 20 et 21 avril 2009. Les plus abordables sont partis à 5000 euros.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
...oui mais les souvenirs du grand-père sont un peu là justement sur ce blog , et dans ton coeur...
C'est précieux et intime.
Lucilise.
Répondre
M

Tu touches une corde sensible et tu fais bien


N
c'est une anecdote, mais une dizaine de jours dans ma vie j'ai fait l'habilleuse. Justement dans une pièce où Jean Marais jouait. Lancelot. Joli souvenir. Nicole
Répondre
M


Des souvenirs dans la tête, je crois que c'est meilleur qu'un bibelot...



D
Bonne journée ma belle ! J'espère qu'il fait beau chez toi, car ici grisaille et il fait frisquet ! Bisous, Do
Répondre
M

Grosse bise à toi dont les messages sont pleins de fraîcheur.


B
Très beau post, tu as raison on oublis nos ancêtres mais on paie des milliers d'euros pour un quelque chose de quelconque célébrité...vraiment drôle de monde
biz à toi
Répondre
M

Biz à toi aussi, et merci de consulter mon blog, le tien est aussi bien attachant.


M
Il y a un peu d'appropriation dans le geste d'acheter un bien ayant appartenu à un "célèbre".
Amicalement, Maous
Répondre
M

Très juste.


F
en dehors de l'argent s'approprier un bien d'une célébrité , c'est un peu comme si un petit bout de sa vie nous appartenait tout à coup , je pense et aussi pour qu'il en reste un souvenir "vivant"
Et on garde des objets de nos dispaarus pour qu'ils ne meurent pas tout à fait
Répondre
M

Je suis tout à fait de ton avis, garder un bout de l'autre c'est l'avoir un peu à soi, une illusion qui fait du bien, le partage, la communion...


*
ah bien je suis désolée moi aussi, j'étais un peu sur les nerfs hier et je n'ai rien compris. On efface tout et on recommence hein ?
bonne soirée à toi !
Répondre
A
Je viens te souhaiter un bon dimanche et te demander de l'aide pour DAndy , un petit vote s'il te plait.
Merci
Répondre
M

je voterai de nouveau, , c'est promis


H
il y a bcp de vrai dans ce que tu dis
bisou
Répondre
M


Merci à toi, bisou



D
Bonjour Mansfield, merci pour ton comm. Ben oui, que veux-tu, nous ne faisons que passer sur cette terre. Et tant mieux si il y a des gens suffisamment doués pour laisser des traces ... C'est pour ça, qu'il faut profiter de chaque moment de la vie ... Je te souhaite une très belle journée, ici le soleil commence à montrer le bout de son nez ! Gros bisous, Do
Répondre
M

Merci à toi, pour ce com dont la sagesse reflète bien ma pensée.


A
Je souhaite une bonne fête du muguet
du bonheur pour lannée
Kiss
Répondre
M

Merci à toi, et je te retourne ce souhait bien agréable.


~
Un brin de clochettes de bonheur pour toi...
Répondre
M

merci pourcette attention. Bonheur à partager avec toi et les tiens.


Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens