Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 10:12







L’ANPE, on ne dit plus comme ça aujourd’hui, on parle de Pôle Emploi. Ca fait lointain, ça fait pôle sud, pôle nord, ça veut dire que pour s’y rendre faut s’équiper. De bonnes chaussures d’abord, car l’agence dont vous dépendez n’est pas forcément celle qui se trouve au bas de chez vous, sectorisation oblige. Il faut prévoir aussi d’y aller l’estomac vide, ne rien boire avant de partir, sinon il faudra serrer les sphincters et garder pour soi l’envie pipi. Eh, c’est le plan vigipirate, pas le droit d’aller aux toilettes, qu’est-ce que vous imaginez, vous les chômeurs ! On n’est pas là pour vous dorloter. Achetez-vous des couches culottes, il n’y a qu’un rendez-vous par mois, c’est pas la mort !   
N’attendez pas qu’on vous conseille ou qu’on s’occupe de votre recherche. Les employés ne sont là que pour vérifier que VOUS recherchez effectivement du travail, pas pour vous orienter. Depuis la fusion ASSEDIC ANPE, les serveurs ne peuvent répondre aux demandes. C’est trop lourd, ils ne sont pas conçus pour ça. C’est comme ça, c’est tout. Et puis les logiciels sont incomplets, alors si toutes vos attentes ne sont pas prises en considération, c’est normal, que voulez-vous !

Surtout, surtout, ayez toujours le réflexe d’un sourire, d’une parole aimable. Pas de trépignement, de doigts pianotant sur le bureau de l’employé qui vous reçoit. Il faut maintenir le contact, ce fil ténu sur le chemin de l’embauche. Exercez-vous dans votre salle de bain, prenez la voix d’aéroport, mesdames, messieurs, ladies et gentlemen… Vous verrez ça marche.
Enfin, sachez que ça peut être dangereux, brutal, hargneux. Sauvage parfois. Vous avez l’air d’un bébé Cadum abreuvé à l’eau d’Evian et lancé dans un monde de brutes. Mais il faut vous endurcir à l’intérieur. Le chômeur, ce spécimen en voie d’extension, cet autre qui vous ressemble, pète un  câble de temps en temps. Il cède à la mode d’aujourd’hui. Il prend le directeur d’agence en otage pour des motifs des plus futiles. Avec l’appui d’un comité de soutien, il proteste contre sa radiation, ou ne comprend pas qu’on lui réclame 2000 euros dont il aurait bénéficié à tort. Il campe sur ses positions jusqu’à ce qu’une solution lui soit proposée.

C’est le moment, je ne sais pas pour vous, mais moi, je choisirais cet instant-là pour tailler la route. Sortir, respirer l’air pollué des bouchons de Paris, c’est toujours plus agréable que le spectacle de la détresse humaine. De toutes façons, du travail, yen a pas, et le mois prochain, faudra se blinder et revenir. Pour faire son petit numéro de clown  au milieu des pingouins dans le grand cirque du Pôle Emploi.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
bonjour je suis d'accord avec toi mon mari à perdu son travail il faut telephone chaque 26 du mois 11 centimes sur un portal le double l'appel des tonnes de questions
la vie dans une botte de foin bisous
Répondre
D
bonjour je suis d'accord avec toi mon mari à perdu son travail il faut telephone chaque 26 du mois 11 centimes sur un portal le double l'appel des tonnes de questions
la vie dans une botte de foin bisous
Répondre
M

Aïe, aïe, ça n'est vraiment pas un endroit qui remonte le moral.


Y
que de vérités dans cet article! merci de ta visite sur mon blog. amicalement
Répondre
M

Merci à toi.


L
article chez la célibattante sur l'anpe! a vous 2 ça fait une bombe!!!bizzzzz
Répondre
M

Eh oui j'ai remarqué, même regard désabusé...


B
Pfff c'est malheureux mais bien vrai...on ne regarde que ton pointage, invente souvent des période de travail pour te faire rembourser^^ Dire que des gens y vont tous les jours pour rien, on te regarde mais ne t'écoutes pas...
bel écrit, tu es doués
Répondre
M

Des numéros, voilà ce que nous sommes, c'est bien triste. merci à toi.


S
j'adore ton article, on sent bien le vécu !! courage et bonne journée
Répondre
M

Oh oui, c'est une amie qui m'a envoyé un mail contant ses mésaventures et je n'ai pratiquement rien eu à ajouter...


E
Nous sommes bien, de plus en plus, dans un monde où l'état qui devrait prendre soin de ses plus faibles les rejette...
Avec l'aide de collaborateurs serviles qui ne voient même pas le travail abject qu'ils font...
je comprends mieux comment le nazisme a pu se mettre en place...
Lentement... Mais sûrement...
Répondre
M

Quel pessimisme... Je plaisante, je sais que tu veux souligner les dérives de nos institutions.


C
j'adore......ton humour ..etant ex chomeuse radiée pour avoir refusé un job a 100 bornes de chez moi(dans la restauration c'est hachement facile)j aurais du laisser mari et nenfant a la casa....en gardant le smile siouplait ..bisous
Répondre
M

Bravo, tu gardes le moral, c'est le principal. Avec ton humour aussi, je pense que  tu sais relativiser les difficultés de la vie. Cool...


T
j'ai bien aimé. sourire.

l'autre jour ayant fais trois fois le tour du cercle polaire entre anpe et assédic, l'on m'a bien expliqué qu'il n'y avait plus que le seul pôle emploi. mais que pour les dossiers faudrait attendre un peu, car à l'anpe partaient en stages aux assédics et lycée de versailles, ensuite, pour être tous interchangeables.

alors, j'ai eu froid dans le dos, car il y a longtemps que pour les changements rapides à mener au sein des organisations, je ne crois plus au père noël.
Répondre
M

C'est vrai, ce pôle nous faire le Nord, il nous déboussole.  


N
C'est une triste vérité, décrite d'une façon humoristique, très agréable à lire. Le pointage à la fin du mois est ce qu'il y a d'effectif.
Amitiés
Nicole
Répondre
M

Mieux vaut en rire, même si le coeur n'y est pas toujours pour certains, c'est comme une soupape de sécurité.


L
Tu m'as bien fait rire, jaune ou glacé, mais rire! Je ne regarderai plus le Pôle pareil!
Répondre
M

C'est évidemment le but recherché!


Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens