Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 11:03

Le thème cette semaine chez Lajemy est : jeux d’enfants.

 

 

Je suis une fille des îles née au Maroc. Je me répète certainement, je crois l’avoir déjà dit, mais ça fait de moi une fille de nulle part. Une vraie parisienne en somme.

 

Je me suis souviens de mon enfance à Casablanca, à cette époque de l’année, mai-juin. Les amandiers étaient en fleur, les fraises embaumaient les étals des marchés. Nous, ce qui nous intéressait c’était les abricots. Nous choisissions les plus beaux, susceptibles d’offrir les plus gros noyaux que nous collectionnions. Nous les faisions bouillir afin d’ôter les restes de pulpe autour et les ramenions à l’école. Un soleil tiède, chaud vers midi, baignait la cour de l’école française du Belvédère. Tous ceux qui ont connu le Maghreb, enfants, jusque vers le milieu des années soixante dix, ont joué aux noyaux.

 

3327086-apricots-isolated.jpg

Pendant la récréation, nous nous asseyions à même le sol, désignions un noyau comme étant le cochonnet, tentions de nous en approcher avec les autres et de nous approprier ceux des copains. C’était magique, nous venions de partout, France, Grèce, Allemagne, Portugal, Espagne et Maroc bien sûr, et n’avions qu’un seul langage, celui du jeu. Et de l’Afrique du Nord. Ca commençait par: à qui tire ? Ce qui signifiait : qui commence ou à qui le tour ? Mais on n’échappait pas aux : purée, la vie de ma mère, rien que tu touches, je te tue ! Les mains noircies par l’asphalte ou blanchies par la craie qui servait à marquer nos points, la langue pendante, les yeux rétrécis par l’effort, nous écartions nos cheveux de nos fronts brillants de sueur. Le quart d’heure de la récré durait une seconde. Un instant hors du temps, dans la suprême dimension.

Alors quand la cloche sonnait, avant de nous mettre en rang devant les classes, nous ramassions notre butin que nous serrions dans de petits sacs pour les planquer dans nos casiers.

 

Joffo évoquait un sac de billes, mais Tahar Ben Jelloul  parle du jeu de noyaux dans l’un de ses romans il me semble. Pour étaler ma culture littéraire je conclurai en disant un peu comme Amélie Nothomb à propos du Japon,

" Souviens-toi, tout va disparaître, souviens-toi, parce que bientôt tu n'en conserveras que ce que tu as gardé là. " Je me souviens.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Coucou c'est l'ami "Gégouska" 13/05/2011 12:27


Un coucou ensoleillé 30° de prévu cet après midi c'est l'été chez nous gros bisous


BUTTERFLY 08/05/2011 19:33


Les souvenirs d'enfance sont les plus beaux et les plus doux je trouve.Une histoire pleine d'une nostalgie que l'on adore
enfin que j'adore


mansfield 19/05/2011 08:25



Très agréable ton com, on sent une vraie nostalgie de l'enfance



Coucou c'est l'ami "Gégouska" 08/05/2011 17:26


Bonsoir j'espère que tu as passé un agréable dimanche ensoleillé gros bisous Je vois que tu habites Paris j'ai habité la région parisienne il y a 35 ans déjà mon Dieu comme le temps passe...!


Coucou c'est l'ami "Gégouska" 06/05/2011 07:06


Un p"tit coucou ensoleillé gros bisous


Martine 05/05/2011 07:40


Bonjour Mansfield,

Merci pour le partage de ce magnifique souvenir. j'avais déjà entendu parler de ce jeu des noyaux mais je ne sais plus d'où..

Belle journée à toi Mansfield :)
Martine


mansfield 19/05/2011 08:24



Merci de faire un petit tour sur mon blog,à bientôt 



lizagrèce 01/05/2011 22:10


Et puisque tu en as parlé nous nous souviendrons


mansfield 19/05/2011 08:18



Merci à toi, j'aime tout autant tes bouffées de fraîcheur venues de Grèce



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens