Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 10:00

 

Consignes de ABC pour son atelier d’écriture : commencer un texte par : « Au détour de» et le terminer par « Puisqu’il en a toujours été ainsi ! »

 

Au détour d’une visite dans  la Cathédrale Sainte Marie d’Auch, j’ai rencontré Claire. Elle me souriait du haut de ses vingt-deux ans. Je ne sais pas pourquoi je me suis arrêtée pour lui parler. Elle a six ans de plus que moi et je n’ai plus seize ans, je sais, c’est incompréhensible. Elle m’a accaparée. Dans le bon sens, je veux dire, elle a retenu mon attention. J’ai mis de côté ce pourquoi j’étais entrée, l’architecture d’une église, les vitraux, les statues, le sentiment de paix intérieure. Comme une grande sœur, Claire a passé son bras autour de mon cou, mais elle n’a rien dit. Elle  savait mon agacement, l’église et moi, ma réticence à  croire en l’Esprit Saint. Je suis froidement cartésienne, ne crois que ce que je vois. Et c’était elle que je regardais. Elle contait sa vie d’étudiante aux beaux-arts, ses travaux à l’institut Central de restauration de Rome. Une tenue sage, un regard de feu, des joues empourprées, elle ne laissait pas indifférent. Elle semait du bonheur comme d’autres du blé dans les champs. Parce que le blé apporte de la nourriture. C'était sa nourriture à elle, Claire, le bonheur, celui  qu’elle procurait, que l’autre ressentait. Le bonheur est une composante de l’Amour. L’église est le lieu de l’Amour. Je devais prendre le temps de comprendre ça. Si j’étais là, ce jour n’était pas anodin. Si je ne voyais pas grand-chose de cette magnifique Cathédrale, ça n’était pas grave. Ce qui importait était le temps passé avec elle, au cours de l'exposition qui lui est consacrée, alors qu’elle déroulait sous mes yeux les étapes de sa courte vie.

 

C Castelbajac

Claire de Castebajac 1953-1975

 

J’ai rencontré une jeune fille au regard habitéepar le Christ, malgré la maladie et les épreuves. Partie en 1975 elle aurait  eu cinquante-neuf ans aujourd’hui. Son visage franc, la détermination qui s’y affiche, la certitude d’avoir compris que sa jeune vie devait tendre à servir Dieu, m'ont fascinée. Je dois reconnaître qu’en sortant, le ciel m’a paru plus bleu, le soleil plus vif. Certains diront que tout ça c’est de la foutaise. Claire elle-même se moquait des bigotes. Mais la grâce n’est pas uniquement une question de foi. Il arrive que l’écrasant silence alentour devienne une clameur et qu’on s’arrête pour l’écouter. C’est de l’ordre de l’intime, ça ne s’explique pas, puisqu’il en a toujours été ainsi.

 

cathedrale-auch.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
j'ai perdu moi aussi beaucoup d'admirables personnes (3) quelque soit leur vocation, je les ai moi aussi trouvées très près de dieu, étrange sensation, comme une plénitude qui se dégage d'elle va
savoir pourquoi !
Répondre
M


C'est une sensation étrange raiment, merci pour ton témoignage Cathie



L
Dieu, c'est peut-être la force que l'on puise en soi
Répondre
M


Absolument d'accord, la part de soi qui avance toujours malgré les obstacles.



C
Bonjour je viens te souhaiter une bonne journée gros bisous
Répondre
M


Bon WE Gégouska, à bientôt.



S
Une belle rencontre qui marque une vie. Etait-ce un rêve? L'intensité, la sincérité qu'exprime et transmet Claire ne fait aucun doute sur sa foi, sur son bonheur de croire... J'ai le sentiment que
tu as restitué pour nous un échange essentiel. Bisous. Suzâme
Répondre
M


Merci Suzâme, tu as vraiment restitué ce que j'ai ressenti. 



C
Beau récit, dont la construction impeccable porte l'émotion. As-tu vraiment rencontré cette jeune fille ? Ou est-ce l'efficacité de ton récit qui invite à croire la rencontre authentique ? Je ne
saurais le décider, et c'est, je pense, la meilleure preuve de ton talent.
Répondre
M


Je suis longtemps restée dans la Cathédrale, devant l'exposition qui lui est consacrée et le texte s'est imposé, merci Carole.



R
challenge magnifiquement remporté, j'ai lu avec beaucoup d'intérêt ton article. Je me suis laissée transporter par celui-ci.... Tu as vraiment du talent pour accrocher ainsi le lecteur à tes
mots
bisous
régine
Répondre
M


Merci encore  Rosinda, à bientôt dans l'observation de tes beaux tableaux



A
Magnifique et très émouvant, comme tu le dis si bien, cela se vit et ne s'explique pas.... Merci pour cette version si belle et si profonde !
Répondre
M


Heureuse que ma version t'ait plu ABC, j'ai trouvé  que les consignes se pliaient bien au sujet.



L
Impressionnant ! La façon dont tu décris cette rencontre me donne le frisson. Ca ne s'explique pas....
Répondre
M


Merci Louv', ravie que ma description t'ait touchée comme cette rencontre m'a interpellée.



M
Une belle rencontre, quelle chance alors pour toi ! Quel beau souvenir...C'est une famille du Gers, pas bien loin de chez nous, une région que j'adore...
J'aime entrer dans les églises...
Je t'embrasse Mansfield
Répondre
M


Merci Marine, c'est vrai j'ai réellement ressenti quelque chose cette fois-là!



M
Coucou Mansfield, un texte profond et émouvant...
Répondre
M


Merci Mireille à bientôt sur ton blog



T
Les dernières phrases ont la majesté de la vérité. Récit prenant, plus encore lorsqu'on apprend que ce n'est pas une fiction et que la maladie a emporté cette femme bien trop tôt. Certains êtres
ont un rayonnement qui touche tous ceux qui les approchent. Belle journée Mansfield, j'espère que maintenant tu peux entrer sur mon blog.
Répondre
M


Je vais réessayer, sinon je te préviens, merci de tes fréquentes visites sur mon site...



J
Bonjour MANSFIELD, oups...
Répondre
M


Ta langue a fourché Jill, c'est bien moi qui ai évoqué Claire... Mais tu es un tel tourbillon



J
Bonjour Carole, pour en savoir plus je suis allée sur le net, cette Claire de Castebajac m'en donnait l'envie à moi aussi...
Répondre

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens