Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 10:10

Elle est jeune, grande, longue, vive,  a les cheveux  coupés en brosse.  Assise à l’unique guichet disponible, à la banque, elle porte un jean et une veste en jean. Ses lunettes sont larges, à tour blanc. On imagine une fille dynamique, dans le vent, pressée. On a tort.

Elle : Comment faire ?

L’employée : Pour profiter au mieux de vos intérêts, il faut retirer l’argent de votre ancien compte le seize et le déposer sur le nouveau ce même jour.

Elle : Alors il faut retirer de l’argent. Si j’y vais demain et que je le dépose le dix-sept, ça ira ?

L’employée : Non, il faut effectuer les deux opérations le seize.

Elle : Oui mais je travaille à Saint Lazare et mon autre compte est encore plus loin, ce sera difficile !

L’employée, imperturbable : Faites un virement !

Elle, qui s’agite sur son siège : Ce n’est pas ce que m’a dit Mr V. il m’a parlé d’une autre opération !

L’employée, voix sifflante de cocotte -minute : Mr V. est en vacances jusqu’à la fin du mois.

 

guichet.jpg

 

Nous, autres clients, assis plus loin contre la baie vitrée, cuisons gentiment au soleil de quatorze heures. Un monsieur frappe le sol de la pointe de son mocassin. J’interprète son langage, mayday,  mayday,  je ne sais pas s’il connait le morse mais il appelle au secours. Un autre a les fesses tout contre le bord du siège, prêt à bondir. Il se contient et pose ses deux coudes sur ses genoux, se tient  la tête entre les mains. Evoque-t-il  Dieu ou Satan ? Je dévisage la fille au guichet qui gère son match. L’autre  lance des balles  comme armée d’une raquette sur un court de tennis. Un vrai travail de banquier que de relancer ! Suivre le trajet, smasher, gagner la partie. J’entends le pas précipité des petits ramasseurs…Pardon, c’est mon voisin qui piaffe toujours.

Elle : Oui je sais. Il rentre quand, le 28 ? Alors, il faut que je retire mon argent ?  Oh c’est compliqué ! Et je ne veux pas faire attendre les gens.

Elle coule un regard «  je m’excuse, bientôt fini, mais j’en ai pour un moment encore » dans notre direction.

Elle : Vous dites que pour profiter au mieux de mes intérêts, il faut… Bon je vais rappeler, mais je veux tomber sur quelqu’un qui connaisse mon dossier... Parce que sinon, il  faut que je raconte toute mon histoire à nouveau.

L’employée, extrêmement attentive, fronçant les sourcils et croisant les mains : Eh bien il y a Mr V. et Mme D.

Elle : Oui mais vous dîtes qu’il est en vacances ! Mme D. alors, ça s’écrit comment ? Si je l’appelle, elle saura ? Parce que c’est compliqué ! Bon vous dîtes Mme D. alors….

Elle nous toise de nouveau, se dandine sur son siège, se lève, se rassied. Un gros cabas leste  ses pieds. Elle s’en saisit, se relève franchement cette fois, au revoir, se dirige vers la porte, en sautillant. C’est qu’elle est pressée ! On n’avait pas tout à fait tort finalement. Les mêmes pas sautillants la ramènent vers le guichet tandis qu’un autre client, vient de prendre le siège. Il a le soulagement coincé dans le gosier.

Elle, un peu contrite, juste ce qu’il faut, pas trop : Vous m’avez donné un reçu pour le chèque que j’ai déposé tout à l’heure ?

L’employée, une main sur la bouche : A oui, excusez-moi !

Elle, magnanime : Ce n’est pas grave vous avez tellement de choses en tête !

Elle s'en va tête haute, sûre d'elle et de son importance.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Tu es une redoutable croqueuse d'attitudes!
Ah l'attente et les gens qui en font des tonnes...
Le portrait vaut le détour!
Bises et bonne journée
Cendrine
Répondre
M


Merci encore, à  bientôt!



E
Génial! J'aime beaucoup! Et si vrai! Bravo! Bravo! Bravo!
Répondre
M


Merci Enriqueta, on dirait que ça sent le vécu...



L
Bonjour Mansfield,

A Margaux (petit village) on rencontre rarement le banquier, tout est maintenant automatisé. Il vaut mieux d'ailleurs car les employés sont souvent des jeunes stagiaires pas trés au courant. Bien
vu pour ton texte. A bientôt. Bises amicales.

Henri
Répondre
M


Merci Henri, à bientôt



C
C'est par un matin frileux que ma plume vient déposer mes voeux pour une bonne journée gros bisous
Répondre
M


Belle manière de dire que tu profites du beau soleil d'un été splendide!



S
"Un jour, tu verras, on se rencontrera..." Nous connaissons cette si belle chanson, son refrain... peut-être...sur Paris... Suzâme
Répondre
M


Et oui, si les emplois du temps des unes et des autres le permettent ce serait une bonne idée!



C
Une scène très quotidienne... mais moi, je suis dans l'enseignement, et je sais que certains ont du mal à comprendre, et ne sont rassurés que si on leur accorde du temps. Le problème, c'est qu'il y
a les autres, et qu'ils attendent, et qu'on s'énerve...
Répondre
M


Et le temps de nos jours c'est tellement précieux! A bientôt Carole



C
Que d'encouragements merci mansfield...
Répondre
M


Pas de quoi, j'aime ton humour pince sans rire!



C
On est bien dans l'ambiance, maintenant je me dis quand je vis un instant je devrai prendre des notes et le reproduire ainsi ..Enfin pas si bien que toi, essayer peut être...
Répondre
M


Alors j'attends ta prochaine histoire car je sens que je vais me régaler! A bientôt Cathiechris.



M
C'est du vécu...!!
Un vrai roman Mansfield.. que j'aime et dont je voudrais connaître la suite !
Avec amitiés je t'embrasse.
Jeanne
Répondre
M


Merci Jeanne, cette fois-là tout s'est calmé mais au retour de M V. ça a dû chauffer!



É
Scène très bien racontée. Même chose à la Poste, lorsqu tu souhaites un simple timbre, que la machine à affranchir (si elle existe) est en panne, et que devant toi les clients ont des problèmes
insurmontables... Bonne journée
Répondre
M


Tout à fait, et qui doit respirer profondément pour garder son calme, hein?



F
Des scènes comme celle-ci ,on en voit souvent , et à la poste aussi.
des gens qui ne savent pas exactement ce qu'ils veulent et des employés empotés ... grrrrr!
Répondre
M


Et en Corse ce doit être épique et savoureux! Il faudra que tu nous racontes...



C
Un coucou sous la pluie vive l'été gros bisous
Répondre
M


Je ne manquerai pas Bern et Hugo ce soir, à bientôt Gégouska.



C
Je connais des jeux de raquettes dans les deux sens:client/banquier - banquier/client...:)
(un rire pouffé derrière l'écran, m'imaginant la scène)
Cordialement,
Répondre
M


Merci Cillame, je compte les balles, dur, dur....



S
J'aime allez chez toi et me tremper dans la réalité. Tu croques parfaitement les comportements. J'ai cru un instant que j'étais dans la salle, que ce serait mon tour et qui sait, tu m'observerais.
Je ne crains rien, je suis invisible. A bientôt. Suzâme
Répondre
M


Même pas vrai, tu es vraiment là présente sous mes yeux car te lire réveille toujours quelque chose, je croque dans ma petite madeleine aux souvenirs avec toi.



P
Superbe.
Au moins pour le contexte, empreint de quotidienneté?
Répondre
M


Hebdomadaire plutôt, quand je vais à la banque pour mon travail! Merci à toi de me rendre visite.



U
Au bureau, je suis de l'autre côté : c'est moi l'employée de banque/assurance. Des comme "Elle" j'en reçois une ou deux par jour ("elle" peut être "Lui", d'ailleurs - c'est unisexe ou
hermaphrodite, ces machins-là) ... Patience, courtoisie, politesse (pas toujours retournées !), moultes explications sont parfois nécessaires pour arriver à un résultat décevant. Heureusement, il y
a les autres (ceux qui attendent - toc toc toc semelle sur le plancher) et qui sourient quand même. Du vécu ! Bonne soirée !
Répondre
M


Alors je vois, je ressens, tu comprends, super internet pour les échanges standard! Merci Ecureuil bleu!



C
Début juillet, j'ai fait cinq heures de queue pour prendre un abonnement au théâtre de Saumur ! J'ai ensuite écrit une missive bien "sentie" à l'adjointe à la Culture qui m'a répondu avec une belle
langue de bois ! C'est ce qu'on appelle le service public !
Répondre
M


Il me semble que c'est souvent le cas et ça ne va pas disparaître  comme ça, enfin! En effet vive le service public!



L
En France la Banque c'est comme la Poste ils ont inventé les files d'attente et les guichets sans guichetiers ...
Répondre
M


Oh oui, éternel problème insoluble on dirait!



N
D'où ma satisfaction d'être une interlocutrice privilégiée.
Je prends rendez-vous, si besoin, mais je n'attends pas.
Scrogneugneu !
Répondre
M


Petite rusée, on ne te la fait pas à toi!



J
Hi hi... je pouffe discrètement depuis mon siège... merci mansfield.... Bises de jill
Répondre
M


je t'imagine Jill, planquée derrière ton dragon!



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens