Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 08:00

Défi 105 chez Brûno, divagation à partir  d'un tableau de Balthus:

 

ob_bbd3e1_balthus-le-peintre-et-son-modele-1980-1981-huile-.jpg

 

Je peux recommencer à travailler mes cours, ouf ça y est. Elle a compris. Jusqu’ici, je m’agenouillais et m’accoudais à cette chaise, je fermais les yeux en priant le Seigneur qu’elle réagisse et sorte de sa torpeur. Elle se postait devant la fenêtre et regardait courir la route comme on regarde passer les trains, en spectatrice de sa propre vie. Les bras raides le long du corps, le souffle court, immobile, elle écoutait le temps filant dans ses veines. Elle tressaillait parfois, quand les souvenirs devenaient chagrins et la submergeaient. Et se reprenait bien vite, devinait que je m’agitais dans son dos,  l’onde de sa détresse avait dépassé la mienne, en se propageant. Dans la maison vide, nos souffles s’entrechoquaient. Ces deux chaises et la table exceptées, nul mobilier ou bibelot, nulle étoffe n’atténuait la douleur. Elle nous emportait toutes deux au cœur de la tempête dans ce néant qui arrache et soulève les cœurs. Elle persifflait, elle scandait : il est parti. L’homme  qui vous tenait debout, et faisait la vie douce et bonne.  Vous avez perdu, elle, un amant et toi, ton père.

Aujourd’hui elle a sorti l’escabeau, et tiré le rideau d’un geste nerveux. Elle  regarde la route comme le ferait un pilote de course avant de sauter dans son bolide : avec gourmandise ; elle a un foulard dans les cheveux en guise de casque. Elle soupire. Un râle long, puissant se muant en un rugissement provenant des entrailles. Une délivrance, je le perçois ainsi. Elle me tourne  le dos mais sa nuque n’est pas raide et son bras accroché à la toile ne tremble pas. Les murs, on va s’attaquer aux murs, c’est ce qu’elle a dit. Du blanc partout, plutôt que ce jaune moutarde. On va racheter des meubles, une ligne fluide, moderne, des couleurs claires.

Je peux recommencer de vivre mes folies d’adolescente, de m’offrir de l’insouciance pour un temps. Maman va mieux, ses yeux pétillent et les miens aussi. Papa n’est plus, il est en nous, il rayonne, pour toujours.

 

 

 

 

a

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
j'ai tout vérifié tu as l'oeil du détail !
tu as dû plonger profond et ressortir indemne j'espère, la vie laisse des traces la perte d'un être cher surtout ! se reconstruire ! tirer sur le rideau et laisser la lumière à nouveau pénétrer....
Répondre
M


C'est vrai, je me suis un inspirée des deuils que j'ai eu à affronter et du dépouillement de ce tableau, j'espère que tout va bien et que ton parcours avance. Bonne route et merci pour ta
constance sur mes pages!



B
La douleur de la perte, de l'absence et puis la vie se poursuit et l'espoir l'emporte dans cette belle histoire émouvante
Répondre
M


Merci Brunô, les thèmes que tu nous as proposé étaient très agréables à traiter!



É
Bonjour,

Après la torpeur le réveil, saccadé le rythme nous emporte

Emmanuelle
Répondre
M


Et la vie reprend le dessus! Merci de ton passage!



D
Bonjour Mansfield,

Une belle inspiration dont l'émotion est palpable.

Amicalement
Dominique
Répondre
M


Merci à toi Dominique, à très bientôt



M
Bonjour Mansfield,

Cela fait plusieurs histoires que je découvre à propos de ce défi. Contrairement aux autres, toi, tu y vois une femme sous ce "turban". A la suite d'un drame familial, une reconstruction, un
nouveau départ. J'apprécie la chute optimiste avec mon soleil retrouvé ce matin. Une belle histoire, émouvante.
Merci Mansfield

Bonne journée
Martine ;)
Répondre
M


Merci Martine, c'est toujours sympa de divaguer sur un thème commun!



J
tu n'avais rien de plus gai ? mais c'est joli
Répondre
M


Eh, c'est venu comme ça, ma foi!



C
Profondément émouvant, ta fine écriture nous fait pénétrer dans cette bulle où renaît la vie après le bal des souffrances. Rideau qui s'ouvre à l'orée d'une vie nouvelle, voix de l'adolescente qui
nous interpelle en plein coeur, magnifique!
Merci à toi, gros bisous
Cendrine
Répondre
M


Merci Cendrine à très bientôt chez toi!



L
Bonsoir Mansfield. Superbe nouvelle en légende du tableau, bravo ! La fin d'un drame et l'espoir, mais oui !
Répondre
M


Merci Lénaïg, je suis vraiment touchée par ta remarque.



T
Bonsoir Mansfield ! Oui ton approche me parle ! L'espoir, la reconstruction,et ce sentiment profond entre mère et fille, beaucoup de similitudes entre nos deux défis .... donc j'aime forcément.Gros
bizzoux
Répondre
M
J'aime beaucoup ta version de l'histoire: on ouvre les rideaux et une nouvelle vie commence ! Pas facile pour les enfants de vivre la douleur des parents, enfin celle-ci va pouvoir renaître à la
joie!
Répondre
F
un beau texte
Répondre
F
Le soulagement pour cette jeune fille de voir sa maman reprendre le dessus .. Une très belles histoire pour interpréter ce tableau qui n'est pas très gai.
Répondre
N
J'aime bien cette interprétation du tableau, qui part du geste qui ouvre le rideau comme vers une nouvelle vie.
Répondre
L
Il t"a inspirée ce tableau de Balthus ... C'est le moins que l'on puisse dire !
Répondre
M
Rondement menée ton histoire et surtout les étapes de cette situation si triste bien décrite. Bonne journée.
Répondre
J
Dis-donc, tu as bien su mener ton histoire. On passe de la tritesse à la peur que la mère ne fasse une bètise, puis au soulagement de la vie nouvelle. Bravo l'artiste. Amitiés. Joëlle
Répondre
C
Le rideau s'ouvre : pour la mère et la fille, un nouveau départ. Une interprétation émouvante de ce tableau mystérieux.
Répondre
J
Bonjour Mansfield... Mère et fille sans l'homme de la famille, touchante histoire... eh oui la vie continue... Merci à toi...
Répondre

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens