Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 08:00

Le défi cette semaine chez JeanneFadosi est : enfances.

 

images--97-.jpg

 

J’avais dix ans la première fois que je suis allée au hammam avec les femmes. Ma voisine Mme Kanhane et sa fille Atika m’avaient persuadée de me laisser faire avec l’accord de ma mère. Cela avait commencé la veille, dans l’après-midi. Atika avait quatorze ans à l’époque. Avec sa mère elle avait pilé des feuilles de henné dans un mortier. Ensuite elles avaient écrasé une pierre noire, elles avaient dit que c’était du rassoul. Puis elles l’avaient mélangé au henné pour atténuer la couleur orange de la plante.

-         Allez, on te le pose ! m’avaient-elles dit.

J’avais l’impression d’avoir un casque de moto sur la tête. On m’avait plaqué un sac en plastique et un foulard par-dessus. Tu dois dormir avec, m’avait recommandé Atika. Slamma, à demain.

Le lendemain, de bonne heure, après avoir porté leur pain rond, la kesra, à cuire chez le boulanger, Atika et sa mère étaient venues me chercher. Elles avaient un grand panier en plastique avec elles. Nous avions longé le parc du Belvédère, je me souviens des amandiers en fleurs, et plus loin de l’odeur de menthe et de cumin qui flottait sur le marché.

 

images--95-.jpg

Arrivées au hamman, elles m’avaient demandé d’ôter tous mes vêtements. Je me souviens d’avoir obéi à contre cœur, mais comme toutes les femmes étaient nues et les enfants aussi, j’avais vite oublié ma réticence. Je me souviens de ces rangées de femmes alanguies et molles, adossées au carrelage humide, des mains frottant mon crâne énergiquement. Du grand panier mystère et d’une multitude de fioles dignes du bric à brac de Mary Poppins. Du peigne et de la mousse, des enfants soufflant sur les bulles. Des  heures de pause ponctuées de conversations enjouées ou emportées, dans une langue rauque dont je ne comprenais que quelques mots. De la grande serviette en éponge qui me couvrait entièrement, avant le retour au vestiaire. Et des reflets cuivrés que j’avais remarqués pour la première fois dans mes cheveux, une fois rentrée à la maison.

Vers 18 heures, Atika avait sonné à l’appartement. Ca te plaît avait-elle dit ? Yallah noud, allez, lève-toi ! et viens boire le thé. Je m’étais installée au milieu de cette famille unie pour un cérémonial rituel. On m’avait dit : shrob la teï, gib il roubs, verse le thé, donne le pain. Et je m’étais exécutée fièrement.

C’était en 1969, à Casablanca. J’habitais rue de Charleville.

 

images--96-.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
on sent la moiteur et la chaleur de ces instants d'antan qui sonnent fort
Répondre
M


Merci encore pour ce partage



C
Je reviens de Cordoue ; j'y ai vu un beau hammam qui vous aurait plu. Merci pour l'évocation de ce souvenir parfumé et sensuel.
Répondre
M


Merci Catheau pour ce témoignage, détente et parfum, un vrai régal!



E
Joli voyage dans le temps.
Répondre
M


Merci Enriqueta, à bientôt



V
Bonsoir Manfield,
J'utilise le henné depuis que les teintures artificielles ont fait tomber mes cheveux ... Cette plante vient, j'en suis certaine, de l'Eden...Ton écriture me plait toujours autant - et ton regard
clair sur les choses. Du réalisme oui, mais toujours le parti pris des meilleurs moments de la vie. Une belle description que la dernière phrase rend nostalgique.
:) Valdy
Répondre
M


Une belle analyse de mon texte, je te mets 18 sur 20. Non, en fait, c'est une vraie nostalgie d'un temps qui n'est plus, et où la vie semblait douce.



K
Très beau texte, je ne suis jamais allé au hammam mais j'avais presque l'impression d'y être. Un parfum de voyage et d'orient...bravo
Répondre
M


Merci à toi qui a su prendre le large...



C
C'est par un bel après midi ensoleillé que je viens te faire un p'tit coucou gros bisous
Répondre
M


Bonne fin d'après midi, Gégouska.



M
Quelle belle et sensible évocation de cet épisode de l'enfance! Tu rends bien aussi toute l'atmosphère particulière de ta découverte. Des sensations fortes qui semblent être restées intactes et que
tu fais partager. Mon imagination ( puisque j'ignore tout de cet univers) t'a suivie. Merci.
Répondre
M


Merci toi Mmi, à bientôt, heureuse de t'avoir emmenée dans mon univers.



É
Merci pour ces souvenirs que tu nous fais partager, de manière délicieuse. Bonne soirée
Répondre
M


Merci à toi, bonne fin d'après midi



U
Bonsoir. J'habite Charleville, mais il n'y a pas de rue de Casablanca. Dommage. Pas de hammam non plus. Mais Rimbaud et la Meuse. C'est mieux que rien ...
Répondre
M


Ma grand mère s'est mariée à Charleville car venue de Martinique, elle y a travaillé comme cuisinière chez un médecin dont la maison a été réquisitionnée pendant la guerre par les allemands. Je
suis allée à Charleville pour essayer de découvrir de quelle maison il s'agissait mais comme cet homme n'a pas eu de descendance j'en ai perdu la trace. Mais je me suis promenée dans les pas de
Rimbaud, dans sa maison et au musée. 


Dernière anecdote, à Casa, la rue perpendiculaire à la rue de Charleville est la rue de Péronne. Les rues n'ont pas été toutes débaptisées au départ des français. Bonne soirée à toi.



M
J'ai adoré ta déscription de cette première fois dans un endroit inusuel en france. Le passage de la petite fille à l'adolescence très marquant, l'inisiation. Merci pour ce partage.
je t'embrasse.
Jeanne
Répondre
M


Merci Jeanne, heureuse que cette découverte t'ait plu



R
ton récit se lit comme un livre. J'ai tout simplement adoré et bu chaque mot comme un elixir. Je m'imaginais dans ce cadre et entourée de gens accueillants dont je ne comprenais pas la langue mais
qui par leur regard plein de gaité et de sagesse m'accueillait : moi l'étrangère, comme si j'étais des leurs. Sage leçon d'humilité à une époque où les différences sont perçues comme des tares et
entrainent souvent haine et discrimination. Quel dommage, car on a tant à apprendre des uns et des autres.
Je suis heureuse de la découverte de ton blog
amicalement
régine
Répondre
M


Merci Rosinda, tes mots  de  partage sont un vrai réconfort 



M
Ce défi fait remonter des souvenirs - merci d'avoir partagé !!
Bonne journe - bisous
Monelle
Répondre
M


Merci Monelle, à bientôt!



H
C'est magnifiquement bien écrit, sobre et plein de couleurs comme d'images.
Une sorte de passage à l'âge adulte ...
Bises Mansfield
Répondre
M


Joliment exprimé, merci Hauteclaire.



F
Une belle histoire dans ce lieu féminin par excellence.

On s'imprègne de cette atmosphère chaude et languissante .
Répondre
M


Merci Fanfan, bonne journée à toi. J'ai vu un reportage hier, sur la braconne dans les hauteurs de Corte. Pas joli tout ça! Il faudra que tu mènes l'enquête...



W
Un très bea moment d'échanges.
Répondre
M


Merci à toi, bonne journée.



R
Des couleurs aux odeurs, on s'y croirait!
Jolie balade pour une habituée des hammams...
Aller je prends un RDV pour m'y vautrer...
Merci Mansfield!

Petite curiosité, qu'est-ce donc que ces défis 81?
Répondre
M


Dans cette communauté, croqueurs de mots, si tu adhères, un défi est proposé tous les quinze jours. Tu reçois un mail.  On te donne un thème et à toi de l'illustrer à ta manière. Il faut
programmer la publication pour le lundi à 8h00. Voilà tout est dit. A bientôt. Merci de ton passage.



T
Joli texte et apparemment un beau souvenir pour toi malgré ta réticence première.
Bises, bonne soirée, bonne semaine
Répondre
M


C'est vrai au début, c'était impressionnant pour la gamine que j'étais. Bonne journée à toi.



M
Merci pour cette participation.
Répondre
M


Merci Malika, à bientôt.



C
c'est sous un ravissant soleil éclatant que ma plume vient se poser sur ton joli blog
gros bisous
Répondre
M


On voit que le printemps est là, ton âme de poète se manisfeste agréablement!



J
une première fois qui t'as impressionné et marqué. Merci pour ce joli texte et ce partage de petite fille remontant à la surface
bises et belle fin de journée
Répondre
M


Merci Jeanne, Bonne journée à toi aussi.



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens