Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 08:00

 

Le défi 83 est cette foi lancé par M'Annette:  En voiture, l'orage, la panne entre Bonifacio et Ajaccio. Pourqui suis-je partie seule?

tn--1-.jpg

 

Bonifacio imperturbable offrait son sourire de craie à la mer. En quittant la ville je ressentais déjà la peur de Jonas. Je me doutais que le ventre de la baleine était inconfortable. Le ciel obscur au loin, me parut inquiétant telle une grande bouche ouverte. J’étais happée dans un long tube digestif dont le nom  officiel « N196 »,  ne m’inspirait guère plus que les mots trachée ou estomac. J’effectuais ce trajet seule pour oublier je ne savais quelle histoire. Avec le désir de m’évader d’une vie qui devenait enfer.

 

J’arrivais à Sartène sans dommage. Un ciel d’orage, une cité typique. Une citadelle, des églises, un dédale de rues entre ville haute et ville basse. Sur la place, des grands-pères appuyés sur leur cane avec aplomb semblaient préserver l’endroit des désordres climatiques. J’entendais gronder la montagne et ronfler la ville. L’une s’insurgeait, l’autre ricanait tendrement. Comme on apaise un « fou pas dangereux ».

 

 olmeto.jpg

 

La pluie se mit à tomber en gouttelettes innocentes et molles, lorsque je  grimpais dans la montagne. Plus je m’enfonçais, plus je devenais minuscule comme érodée par la route. Engloutie par la roche dégoulinant sur le bas-côté, et luisante à présent. Qui dessinait des faces de singes, des oreilles dressées, des gencives retroussées sur des dents menaçantes. Assombrie et éclairée tour  à tour par de gros nuages mamelonnés et des zébrures, des éventails de lumière éblouissante. L’eau se mit à marteler la voiture et le sol, comme autant de pieds foulant la terre. Je me sentis téléportée  en Guadeloupe un bref instant,  sur la Route de la traversée percée par l'orage, dans un vacarme assourdissant. Touffeur et pesanteur. La montagne perdait ses contours, de l’eau bouillonnait par ses flancs, se déversait sur la route. J’étais comme digérée par un long boyau tapissé  d’un enduit grisâtre et constitué de roche orangée, de boue, d’arbustes, de bouleaux et de pins. Je m’arrêtai avant Olmeto, haletante. La voiture refusait de poursuivre. Je perçus la plage en contrebas, comme une invite, un bijou circulaire, à l’éclat magnifié par l’orage. Hypnotique. Puis il y eut un claquement sourd. Une branche vola sur le pare-brise. Une feuille détachée se colla sur la vitre comme se pose une main. Et je vis ses yeux bleus, sa bouche rose, ses dents couleur d’émail. Longiligne, fière. Inquiète et ruisselante aussi. Colomba semblait dire : laissez passer les secours, laissez passer les secours…

 

Paris vingt heures, porte des Lilas. Devant moi un panneau publicitaire alléchant : la Corse, enchantement et dépaysement. Au carrefour un bazar monstre, ça n’avance pas. Dehors, la pluie incessante, aveuglante. Miracle, le camion des pompiers dérange cet enchevêtrement  roue contre roue. J’écoute FIP, au programe interrompu par le message des secours. Et je m’extrais d’un songe éveillé, bricolé à partir de vacances de l’an passé et de divagations personnelles.

 

 thumbnail--1-.jpg

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Lenaïg 17/06/2012 08:14

Bonjour Mansfield. Que c'est joli et superbement raconté ! J'ai été happée comme Jonas ! Bravo, bon dimanche.

mansfield 17/06/2012 14:54



Merci Lénaïg, il faut rendre hommage à la Corse une île qui m'a réellement envoûtée.



marine D 16/06/2012 14:38

J'aime comme tu parles de la Corse que j'aime tant ! Je m'en tiendrais à cette belle Ile, nous avons essuyé un orage au fin fond de la Balagne, qui n'est finalement pas si éloigné de tout le reste,
... dans des routes tortueuses, un village en goulet sous une pluie battante, qui se terminait dans un cul de sac bien étroit, nous cherchions une chambre et un repas... nous avons enfin atérri, un
peu plus tard ...à La Santa de Balagna, superbe , le matin tout était beau, à nouveau...
Bonne soirée

mansfield 16/06/2012 18:45



Merci à toi, c'est vrai la Corse est magique et offre de vrais moments de découverte et de bonheur. Merci d'avoir apporté ton témoignage. bonne fin d'après-midi.



bruno 15/06/2012 21:26

J'ai eu la chance de visiter Bonifacio sous un ciel clément: http://voyage-nature.over-blog.com/article-corse-14-bonifacio-60458574.html

mansfield 16/06/2012 18:31



Moi aussi, en septembre et les corses commençaient à saturer un peu des touristes! J'irai voir sur ton blog;



enriqueta 13/06/2012 09:14

Belle imagination!

mansfield 13/06/2012 18:20



Merci Enriqueta, à bientôt.



Cendrine 13/06/2012 00:11

Bonsoir Mansfield,
Magnifique inspiration! J'aime beaucoup cette personnification inquiétante et fascinante du paysage et de l'orage, vorace créature...
La circulation parisienne est une muse intéressante!!!
gros bisous et bonne nuit
Cendrine

mansfield 13/06/2012 18:23



Tu décris tellement bien Paris que je l'aime davantage, alors à bientôt. J'ai découvert la Corse l'été dernier et l'île m'a beaucoup plu. Ce fut facile de la mettre en scène.



leblogdhenri.over-blog.com 12/06/2012 15:49

Bonjour Mansfield,

Quel texte magnifique, c'est prenant et de plus magnifiquement illustré. Un grand BRAVO! Bien amicalement.

Henri.

mansfield 13/06/2012 18:24



Merci Henri, à bientôt.



Monica et la mer 12/06/2012 15:39

BONJOUR
MERCI DE TON PASSAGE

( je ne recoit plus aucun avis de nouveaux articles , ni de coms non plus , je ne suis pas la seule OB ne marche pas bien en ce moment pour tous )

donc je vais lire ton défit avec plaisir
je te sohaite une tres belle journée
kénavo MANSFIELD

mansfield 13/06/2012 18:27



OB a vraiment un problème, alors tant pis, on fait avec, on se débrouille, à bientôt;



m'annette 12/06/2012 13:02

Merci pour ce mélange de souvenirs et l'évocation imagée de cette si belle contrée.
Et merci pour cette participation!
Mon autre blog://bozartetpelemele.over-blog.com

mansfield 12/06/2012 15:36



Merci M'Annette, à bientôt.



coucou c'est l'ami Gégouska 12/06/2012 12:09

un coucou sous la pluie gros bisous

mansfield 12/06/2012 15:37



A bientôt Gégouska, je croise les doigts pour un peu de soleil



Eglantine 12/06/2012 08:19

superbe description ...j'ai bien cru que tu y étais ...merci m'dame ! j'ai pris plaisir à te lire...ta plume est belle ...

mansfield 12/06/2012 15:38



A bientôt Eglantine, mais je connais la Corse ça aide quand même pour la description.



Quichottine 11/06/2012 19:10

Je ne m'attendais pas du tout à cette fin...
Une belle rêverie, finalement, qui t'a fait voyager bien loin alors que tu étais prise dans un embouteillage.

J'ai bien aimé. Merci !
Passe une douce soirée.

mansfield 12/06/2012 15:43



Merci Quichottine, j'irai me promener dans ton train bientôt



chloe 11/06/2012 17:11

Plein d'expressions succulentes et épicées et beaucoup d'humour! Je me suis régalée à te lire! J'ai quand même eu beaucoup de mal à te trouver! C'est le parcours du combattant pour accéder aux
écrits des uns et des autres! Bonne journée à toi! chloé

mansfield 12/06/2012 15:42



Merci Chloé, je me suis amusée chez toi aussi.



Amicalement Votre Vincenzo 11/06/2012 17:07

Un Beau rêve,
j'aimerais bien y aller aussi.


Amicalement Votre
Vincenzo

mansfield 12/06/2012 15:41



Quand tu le feras, tu verras les orages n'ont rien à envier à ceux des Pyrénnées.



Alice 11/06/2012 15:12

J'aime beaucoup les premières lignes sur Bonifacio et son "sourire de craie" le retour à la réalité, sortie du songe. Un beau texte, avec ses souvenirs fragmentés.

mansfield 12/06/2012 15:39



Merci Alice, à bientôt pour d'autres partages



lizagrèce 11/06/2012 12:44

Les orages en montagne sont souvent impressionnants - ceux de Paris mouillent nos petits pieds sur les pavés !
Mais heureusement : il y a le camion de pompiers !

mansfield 11/06/2012 14:51



Je me suis servie de mes souvenirs de la Corse et de ce phénomène que j'ai découvert il y a peu de temps: quand un camion de pompiers passe à proximité des voitures, le programme radio est
couvert par un "laissez passer les secours, laissez passer les secours", émis sur les ondes radio. Et ce en plus de l'éternelle sirène.



fanfan 11/06/2012 12:09

Ce n'était qu'un rêve! Mais je crois bien que tu connais la Corse !!

mansfield 11/06/2012 14:43



J'ai fait la connaissance de ton île l'an dernier et je me suis régalée à en décrire quelques aspects. Merci Fanfan.



Carole 11/06/2012 09:58

Un récit palpitant. Comme un coeur qui tremble dans ses cauchemars avant de s'éveiller dans ses rêves. Bravo, Mansfield.

mansfield 11/06/2012 14:42



Merci Carole, ce compliment me flatte. A bientôt.



Joëlle Colomar 11/06/2012 08:22

Bravo pour ton talent de conteuse. La chute de l'histoire nous ramène les pieds sur terre. Bises. Joëlle

mansfield 11/06/2012 14:41



Merci Joëlle, à bientôt.



jill bill 11/06/2012 08:15

Eh eh mansfield... eh eh ! J'aime.... Merci ! JB

mansfield 11/06/2012 14:40



Pas de quoi Jill Bill, c'était un régal pour moi de parler d'une île que je connais.



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens