Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 08:00

 

Pour répondre au défi 88 des jeudis en poésie, parti de chez « Un soir bleu » : Vide Grenier

 

 

vide-grenier.jpg

 

 

Il était parti seul un matin de septembre

Devant sa porte, le contenu de sa chambre

Documents d’une vie, épluchures des ans

Déposés sans égard à la vue des passants

 

Balancés les bougeoirs, les lettres, les cahiers

Qui auraient figuré dans un vide grenier

Si des neveux pressés, vifs, et indélicats

N’avaient souhaité que de s’en débarrasser là

 

Où les mains  trop avides de curieux fouineurs

Se tamponnent en quête de l’article du  bonheur

Plongent avec délice  dans des sacs en plastique

Fouillent avec malice, coupent des élastiques

 

Et tout ce petit monde harangue le défunt,

Les restes de sa vie que l’on dissèque enfin :

"Tu étais donc à Lyon à la libération,

C’est pourquoi ce journal était dans un caleçon !

 

Les caches pour tes secrets n’étaient pas des meilleures

Dire que j’ai retrouvé un courrier du facteur

Enfoui dans un tiroir de ta table de chevet

Je me demande à quel prix, je pourrai la brader."

 

Et moi derrière la vitre de la pharmacie

Qui l’avait su fringant et dynamique aussi

J’observe cet étalage, ces vautours carnassiers

Saluant la mort  d’un homme que j’ai vu décliner 

 

Il avait conservé les trésors d’une vie

Des papiers, des objets qui n’attachaient que lui

Des souvenirs fanés, le butin d’un grenier

Qu’on n’a pas pris la peine de décemment vider.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Ton regard réaliste et profond scrute la vie et ses restes que l'entourage balaie à la porte des défunts. Ton texte m'a saisie. Parfois les mots désarment par leur vérité. Bisous. Suzâme
Répondre
M


je suis heureuse d'avoir pu déclencher cela, un saisissement tellement c'est ce que, moi, j'ai ressenti.



C
Ce triste poème me rappelle la petite valise d'une vieille tante défunte - misérable fortune qui s'était retrouvée chez nous, après sa mort. Nous sommes peu de choses et ne possédons rien.
Répondre
M


Si au moins nous le réalisions tous de notre vivant!



D
toute une vie qui s'éparpille, s'effrite et se délite comme si la mort n'avait pas déjà pris l'essentiel.... triste mais réel. Très beau poème Mansfield
Répondre
M


Merci à toi, à bientôt



C
Une vie à l'encan que votre plume réhabilite.
Répondre
M


Merci Catheau, cet homme le méritait, vraiment.



M
Un vide grenier bien triste parfois on se demande si les gens ont une conscience à ce qui se passe dans la vie de certaines personnes ^^ merci de ce partage
Répondre
M


C'est vrai la vie se résume à peu de choses finalement...



E
ah c'est terrible, c'est comme un viol
Répondre
M


C'est le mot, je crois... Sauf que... on n'en souffre pas personnellement.



C
Bon week end gros bisous
Répondre
M


A bientôt Gégouska.



C
Bonsoir Mansfield,
C'est terrible, je suis très émue... Cela me rappelle des choses qui m'ont révulsée. Tu as remarquablement bien ciselé les mots et rendu un hommage poignant à cet homme à travers l'indélicatesse de
ses héritiers.
Bonne soirée, j'espère que tu vas bien, gros bisous
Cendrine
Répondre
M


Merci Cendrine, j'ai bien sûr été révoltée par ce déballage impudique, mais l'humanité est aussi faite de cela, alors... A bientôt sur tes pages, bisous, Cendrine



M
J'aime ce texte si réaliste
Répondre
M


Merci à toi, à bientôt!



M
Belle participation. Bon vendredi.
Répondre
M


Merci Malika, à bientôt!



T
C'est ce que j'aime dans les vide-greniers, l'histoire (inconnue) et l'âme des objets. Ils sont d'autant plus précieux qu'ils ont déjà vécu. Bon après-midi mansfield.
Répondre
M


C'est tout à fait juste, c'est de l'émotion concentrée, merci de ton passage!



J
maintenant il y à une grande mode c'est le vide maison , tout est bradé et la maison se vide en une journée , ce qui ne trouve pas preneur part en déchetterie , c'est comme ça , une fin de vie!
Répondre
M


Oui, alors ne nous attachons pas trop aux objets... Enfin, si possible..Ou alors confions ceux que nous aimons vraiment à d'autres qui en prendront soin.



O
Un bel hommage que vous rendez ici.
Répondre
M


Merci à vous, ce monsieur avait eu une vie bien remplie durant la guerre et sur le trottoir il y avait des journaux de la libération et des carnets de commande de costumes car il était couturier
et tout plein de bibelots...



N
Ce qui m'attend aussi.
Mes souvenirs resteront muets pour d'autres.
Ils ne sauront pas car je n'ai rien dit.
Bisous !
Répondre
M


Dommage car je suis certaine que tes mots habillent les objets à la perfection!



A
je reconnais là toute l'émotion que tu sais tirer du moindre sujet, bravo !
Répondre
M


Merci à toi, c'est un compliment qui me va droit au coeur!



M
Oui, lorsque je vois ces déballages se faire ainsi ça me crève le coeur, comme tu le dis c'est toute une vie, parfois j'ai envie de tout bazarder avant qu'on ne le fasse pour moi et de quelle
manière ?
Répondre
M


Je crois qu'il faut confier certains papiers ou objets en détruire d'autres et laisser le reste partir, ce qui n'a pas d'importance. Le plus difficile est de déterminer  des degrés
d'importance. Merci Marine, à bientôt 



Q
C'est curieux comme tes mots trouvent écho en moi...

Peut-être faut-il vider son grenier avant de partir tout à fait...

Mais se voit-on vraiment partir ?

A quel moment le faire ?

Dépouiller quelqu'un de ses souvenirs, c'est terrible.

Prends bien soin de toi, Mansfield.
Merci pour ce très beau poème.
Répondre
M


Des questions que nous nous posons tous et auxquelles nous avons du mal à répondre car nous ne nous voyons effectivement pas partir! Merci Quichottine de to passage.



V
Cela me rappelle une chanson de Barbara,
"Drouaut" je crois, avec une pointe de colère ajoutée à la nostalgie,
Valdy
Répondre
M


Je ne connais pas cete chanson et tu me donnes envie de l'écouter. Merci et bonne soirée Valdy!


 



L
Bonjour Mansfield,

J'ai beaucoup aimé ce texte si plein de vie et d'émotion. Bravo le défi me semble parfaitement bien relevé. Bises amicales.

Henri.
Répondre
M


Merci Henri, c'est du vécu bien sûr et à l'époque ça m'avait un peu choquée, bonne journée à toi.



L
ET oui ! ainsi va la vie .... Avec nos trésors qui se disperseront aux quatre vents !
Répondre
M


On se demande pourquoi on amasse parfois... Bonne journée Liza



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens