Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 08:00

 

Chez Enriqueta le défi est : c'est un petit lieu qui ne paie pas de mine, banc public, ruelle, place, arrêt de bus… un endroit qui ne vaut pas le détour sauf pour vous. Décrivez ce lieu et racontez pourquoi, il vous plaît ou déplaît tant.

 

Photo-008.jpg

 

C’est un réverbère pour moi, à Beaulieu sur Dordogne où nous avions passé nos premières vacances en amoureux, avec mon mari. L’été,  Beaulieu est une fourmilière : un terrain de camping à la sortie de la ville, des vacanciers  agglutinés autour de la Dordogne qu’ils traversent en pédalo, ou éparpillés dans les  nombreux bars. Le soir lorsqu’on s’assied sur le banc, dans la douceur des nuits d’août et sous le double halo de la lune et du réverbère, l’eau a une odeur de terre grasse et fertile.  Les générations s’entrecroisent à l’heure de la promenade, les accents de France se marient, quoique saupoudrés de flegme britannique. De là on aperçoit les silhouettes des maisons. Les pierres racontent des histoires du terroir, que les chats de la ville se transmettent le jour, en les écoutant, quand les briques brûlent sous le poil, au soleil. On se représente les rues étroites où il fait bon se perdre lorsque sonne le carillon de l’église, que le  vent soulève le lierre plaqué aux murs centenaires. Tout près, se tiennent de petits restaurants gastronomiques aux terrasses donnant sur la Dordogne. Des pensions de famille aux menus pantagruéliques où le confit de canard se marie aux pommes de terre et où les noix sont reines.  Il est agréable de s’imprégner du pays qui s’ouvre au monde et rajeunit  le temps d’une saison, comme pour s’aérer. Comme on déplie le journal et lit les nouvelles, se tient au courant de la vie, ailleurs. Un journal que Beaulieu referme ensuite afin de poursuivre un chemin de rocaille façonné par les siècles.

 

Photo 005-copie-2

 

Depuis nous retournons souvent à Beaulieu où notre jeunesse s’est accrochée aux murs, aux pavés, aux berges de la Dordogne. Au réverbère. Au printemps la nature est  verdoyante, moussue, les odeurs d’herbe mouillée montent du sol. Les tuiles des maisons luisent au loin comme vernies. La Dordogne  qui s’ébroue au sortir de l’hiver est glacée, et galope comme un jeune chien, la gueule baveuse. Ses berges désertées avides de sensations, bruissent de plaisir sous les pas des premiers touristes. A cet endroit, entre le banc et le réverbère, on entend sans les voir, les chutes et la rage qui les accompagne. Ce bruit sourd, incessant est celui de notre jeunesse qui rue. Mais si l’on se retourne, le regard porte sur la montagne paisible, incontournable, signe du temps qui vient. Celui des jours denses et précieux que savourent ceux qui ont déjà vécu une bonne part d’existence.  

Photo-001.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires

É
Tu parles vraiment bien de ce joli village au bord de la Dordogne. Je ne le connais pas et tu m'as donné envie d'y aller faire un tour au printemps. Bisous
Répondre
M


Alors si j'ai pu te donner envie de t'y rendre, je suis ravie. Merci à toi



V
Comme la Dordogne, ton écriture devient forte. Tu poursuis un très beau chemin,
Valdy
Répondre
M


Hé, je vois que tu me suis attentivement, merci à toi.



F
un joli lieu
Répondre
M


Merci à toi, Flipperine à bientôt



C
Un coucou du matin gélé
Répondre
M


Ah que veux-tu, temps de saison, temps de cochon!



P
Ces lieux où resteront à jamais accrochés des souvenirs chuchotent nos émotions à chacun de nos retours . Ils bénéficient de notre regard bienveillant, et l'instant d'une pause,inévitablement nous
mesurons la fuite du temps ... qu'importe, l'amour de ces repères nous ancre dans notre histoire !
Une très belle page, merci Mansfield,
bisous, Plume .
Répondre
M


Merci Plume tu as bien exprimé mon ressenti!



J
Un lieu qui porte bien son nom. J'aime particulièrement la sagesse de la fin de ton texte. J'admire ta façon d'écrire. Amitiés. Joëlle
Répondre
M


Merci Joëlle, je suis très flattée, attention, je risque de prendre la grosse tête et tout et tout... Non, pas vraiment, rassures-toi!



C
Un texte que tu nous offres comme une belle peinture qu'on a envie d'accrocher au mur pour fixer l'endroit tant il semble à travers tes mots et images, magnifique!Merci à toi.Chloé
Répondre
M


Merci Chloé, mais c'est vrai pour moi c'est un endroit enchanteur qui dans ma tête comme un tableau.



M
C'est un beau récit Mansfield et je m'y vois bien au bord de cette Dordogne que j'ai tant trouvée belle au début juillet dans le Périgord noir mais là je ne connais pas ce village...J'ai passé un
très bon moment avec vous
Bises et bonne soirée
Répondre
M


Merci Marine, heueuse d'avoir pu vous rappeler un petit morceau de vacances!



M
Bonjour chère Mansfield
Ce réverbère est magnifique, il l'est d'autant plus qu'il se trouve dans un décor de rêve, un décor où le calme et la sérénité règnent , un décor qui incite à la méditation, merci pour ce super
article
Bonne soirée mon amie
Bisous
Méline
Répondre
M


Merci Méline à bientôt



E
Un petit merci à tous les croqueurs sur mon blog avec la liste des participants.
Répondre
M


Merci Enriqueta, à bientôt



F
C'est sous le lampadaire
Que je prends des airs
d'un grand propriétaire.

Bonne journée
Répondre
M


Mais c'est qu'il compose de beaux vers notre Fethi!  Merci à toi



A
Très romantique pour un lieu qui ne paye pas de mine, je m'y sens bien !
Répondre
M


Je vois que tu t'es installée sur le banc, c'est magique!! A bientôt chez toi.



D
Bonne semaine, Pascal.
Répondre
M


Merci de votre visite, à bientôt.



S
Je ne connais pas ce beau lieu, mais ton billet me donne envie de combler cette lacune.
Le syndicat d'initiative devrait s'inspirer de ton texte pour faire la promotion de leur commune.
Répondre
M


Merci de cette remarque très flatteuse, attention je risque d'y prendre goût!



C
Sur les bords de la Dordogne/ Coule la vie et nos amours/ Faut-il qu'il m'en souvienne... Une évocation pleine de sensibilité.
Répondre
M


Je suis flattée qu'Apollinaire vous vienne en tête à la lecture de mon texte, merci Catheau.



E
Tu nous offres un voyage très tendre au pays de l'Amour. C'est très agréable, merci.
Répondre
M


Merci Enriqueta, à bientôt. Tu vas mieux j'espère?



B
Un joli village que j'avais découvert tout à fait par hasard il y a une dizaine d'années. Nous y avions passé la nuit dans notre camping car
Répondre
M


Ton texte  a été tronqué mais je suppose que Beaulieu te rappelle de beaux souvenirs! A bientôt Bruno



H
Bonjour Mansfield
des souvenirs qui se prolongent dans le présent. Un endroit qui devient tout une histoire d'amour, les sons et les parfums de la nature.
Merci à toi de nous les faire partager, et de nous emmener vers Beaulieu, ses chats et son fleuve.
Bises à toi
Répondre
M


Merci Hauteclaire d'avoir lu mon texte avec une belle sensibilité. A bientôt



C
Merci pour ce beau texte qui m'a rappelé d'autres lieux aimés, en Dordogne d'où ma famille maternelle est originaire, et où je suis souvent allée.
Répondre
M


Merci Carole, je suis heureuse d'avoir su fouiller tes souvenirs, à bientôt!



D
Bonsoir Mansfield,

Je ne connais pas la Dordogne et je le regrette d'autant plus que ton billet l'a si bien décrite ( et que les photos sont si belles). Merci d'avoir égrené pour nous tes beaux souvenirs.
Bises
Dominique
Répondre
M


Merci à toi, c'est une région qui m'est chère bien sûr mais il y a tellement de villages enchanteurs dans ce beau pays... A bientôt.



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens