Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 17:15

Audrey Lamy. Son spectacle est bluffant. Pas dès le début obligatoirement, ça dépend du goût de chacun. Mais il arrive un moment où sa crinière blonde, ses mimiques, ses effets de gorge, de cuisse ou de ventre font mouche. On est pris aux filets tourbillonnants d’une sacrée bonne femme.

 

Pour moi, le spectacle était aussi dans la salle. Dans la rangée juste devant. Une mère et sa fille, toutes deux seules au spectacle, le soir de Noël. Tête contre tête et enfoncées dans leurs fauteuils, elles s’offraient une soirée d’exception, l’une à l’autre. De dos, elles paraissaient avoir le même âge. Les cheveux longs de l’enfant pendaient, indisciplinés. Ceux plus courts de la mère rebiquaient un peu raidis par du gel.

 

Audrey-Lamy-Audrey-Lamy.jpg

 

Avant que le show ne commence, elles s’étreignaient, s’embrassaient, se félicitaient de ces deux heures à vivre hors du temps. Dans les lumières, les applaudissements et la musique d’une soirée féerique. Elles commentaient le décor et les spots,  se rengorgeaient de leurs places au deuxième rang, s’inquiétaient du retard pris par l’artiste. Avaient des éclats de rires, se tournaient pour  apprécier la salle, s’embrassaient de nouveau. Je notai que la femme pouvait avoir trente- cinq ans, l’enfant douze ou treize. J’imaginai deux existences repliées, un amour fusionnel, un mari, un père, absent. Je supposai des larmes, une rupture ou un décès, un sentiment d’abandon, deux cœurs déchirés. Et le cocon de tendresse tissé par-dessus.

 

L’adolescente s’élança vers la scène au moment du salut, elle retenait son souffle, le cœur battant. Sa mère l’encourageait, oui maintenant, vas-y ! Elle brandissait un paquet, un cadeau enveloppé avec fièvre, mais Audrey Lamy, courbée sous les rappels, ne la vit pas. Alors, elle courut se réfugier auprès de sa maman, enfouissant  son visage dans ses bras, au bord des larmes. Des spectateurs émus leur proposèrent de s’adresser au service  d’ordre, ce qu’elles firent. Mon dernier regard  fut pour elles, debout devant l’entrée des artistes, tandis qu’on évacuait la salle. Autorisées à se rendre auprès de l’idole, un air de béatitude sur le visage, elles vivaient la magie de Noël.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

jill-bill.over-blog.com 27/12/2011 18:41

Bonsoir mansfield ! Le spectacle est aussi bien dans les gradins que sur scène... une scène comme tu décris ici ! Mère fille venues ensemble se changer les idées... et Noël opéra ! Bon reste 2011 à
toi ! Jill

mansfield 28/12/2011 21:08



Nonne année 2012 et à bientôt!



Coucou c'est l'ami "Gégouska" 27/12/2011 17:04

Un p'tit coucou du soir gros bisous
http://nsm05.casimages.com/img/2011/12/27//1112270507111117689224693.png

mansfield 28/12/2011 21:07



merci de tes visites régulières!



Nina Padilha 26/12/2011 17:52

Très belle narration.
Je te félicite.
Tu m'as transportée.
Merci pour cette bouffée d'air pur !

mansfield 28/12/2011 21:06



Merci pour tes encouragements!



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens