Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 10:00

Le casse-tête cette semaine chez Sherry est : eau.

 

 Photo-279.jpg

 

Ce fut ma première vision du lac, une étoffe, du velours  miroitant au soleil de juillet. Une superposition de reflets bercés par un vent tiède, un éventail de nuances bleutées serpentant vers l’autre rive. Je m’y vautrais, m’y noyais, j’étais une amoureuse banale et trahie. J’avais le vertige et contemplais un autre lac, limpide et clair. Et faux. J’avais été une midinette. Hier encore, l’eau de tes prunelles alimentait ma soif d’amour. J’aurais pu rester  des heures, perchée dans les hauteurs, le regard aimanté et humide. Toute volonté éteinte. Ma peine s’atténuait, je n’étais plus que cette chose attirée par l’eau.

 

J’étais loin de la berge et du clapotis des vaguelettes, il y avait foule autour de moi. Alors j’avais ignoré l’appel des profondeurs, ce trou noir que l’on devine et qui tournoie au centre de l’étendue glacée. Je n’étais pas assez folle, assez malheureuse ou forte. Je n’aurais pu remplir mes poches de cailloux et avancer, déterminée telle une Virginia Woolf en proie au mal de vivre. J’avais mis de la distance, de fines branches balançaient devant moi, tels des cils. Comme pour me fermer les yeux, un instant, m’inciter à l’oubli. A ne plus voir ensuite que l’eau paisible et dormante, bordant les rives d’un été italien propice aux belles histoires d’amour.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

T
C'est beau...
Répondre
M


Ravie que ça te plaise!



V
Et bien Mansfield, pour ce qui est de l'hypnose, je dois reconnaître que ton écriture devient là, fascinante. C'est très beau encore...
Répondre
M


Merci Valdy, à bientôt.



H
Bonjour,
je ne peux pas interpréter ton voyage mais je pense qu'il annonce un changement si tu prends les initiatives pour.
Répondre
M


Oh, c'est une perspective qui me tente vraiment! Merci d'avoir pris la peine de me lire.



É
Tes mots sont très beaux et bercent l'âme un peu comme le calpotis de l'eau au bord du lac...
Répondre
M


Oh merci, je suis heureuse que tu aies ressenti cela!



W
Un texte et une photo superbes sur la force d'attraction de l'eau.
Répondre
M


Merci à toi, je pourrais rester des heures à la contempler.



L
Entre autres !
Répondre
M


!



N
Une belle histoire, une belle photo. Bravo.
Répondre
M


merci Nathie, à bientôt.



M
Très beau texte, et heureusement ce ne fut qu'un épisode dans les méandres de la vie, qui vaut donc que l'on se jette à l'eau ? Personne j'en suis certaine !
Bisous du jour Mansfield
Répondre
M


Tout à fait d'accord, il faut dire que le lac de Côme m'inspire toujours des réflexions tragiques, peut-être à cause de Roméo et Juliette! Bonne soirée Marine



C
Un gros bisou pour fêter le printemps
Répondre
M


Merci Gégouska, sur un petit air de tango



A
Très beau texte. Bravo pour la transition entre l'eau du lac et du regard, c'est une belle idée !
Répondre
M


Merci Albiréo, ah les images, j'adore les inventer!



C
ambivalence de ces eaux, miroirs de nos douleurs et de nos souvenirs. Merci, Mansfield, pour ce texte que j'ai trouvé "bachelardien".
Répondre
M


Oh, je suis flattée Carole, merci à toi et bonne soirée.



R
Comme ce texte est magnifique, plein d'émotion, de tristesse et de nostalgie à la fois. L'eau c'est aussi les larmes que l'on retient. C'est l'envie de s'y plonger comme purifier de toutes nos
idées noires qui entravent notre bonheur, l'eau paisible c'est retrouver une certaine sérénité et ce dire que nos chagrins, vont passer avec le temps comme le fil de l'eau....
Bravo divine écrivain.
Gros bisous
régine
Répondre
M


Merci Rosinda, ton commentaire me fait très plaisir, tu dois t'en douter, bonne soirée à toi.



R
Hou la la c'est triste en début mais tellement beau heureusement ton héroine triomphe de ce mal ....Bises bises
Répondre
M


Merci Renée et à à bientôt pour découvrir tes retrouvailles en f amille.



N
Laisse pleurer les saules...
Bisous !
Répondre
M


C'est ce que je fais, mais ne t'en fais pas, j'invente, j'invente...



L
C'est ce qui s'appelle ne point écouter le chant des sirènes ...
Répondre
M


Eh, eh serait-ce une réflexion d'"hellène" d'adoption?



F
Se méfier de l'eau qui dort!!
un beau texte , ce lac est fait pour les amoureux ..
Répondre
M


Tout à fait, on pourrait rester des heures devant le le lac de Côme, bonne soirée Fanfan



C
La tentation du néant. Y résister par les mots !
Répondre
M


tout à fait, j'avais à l'esprit la scène du film The hours, au cours de laquelle Nicole Kidman/Virginia Woolf se noie dans la rivière, et c'est parti! Merci Catheau de votre passage.



J
J'arrive à temps pour te sauver d'une folie... La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie... Un de perdu !! Ô que c'est beau tout de même, merci mansfield...
Répondre
M


Merci Jil, que serais-je sans toi... et sans Jean Ferrat!



F
c'est bien joli cette vue
Répondre
M


N'est-ce pas, on a envie de rester des heures sans bouger!



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens