Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 10:00

 

 

images--23-.jpg

 

Aujourd’hui vous  connaissez  celui de Yann Barthès qui « porte un regard décalé sur l’actualité ».  L’homme tronc de Canal plus se délecte des petits travers de nos politiques, ce qui est normal en cette période. Il en a les moyens, ses mimiques d’abord,  sa bouille ronde et ses yeux pétillants sont des passeurs de fantaisie et de drôlerie. Les techniques télévisuelles, arrêt, stop, brouillard, retour, avance sur image sont des supports. Les applaudissements du public, de la vie sur le plateau, de la gaité, des encouragements. Les artistes, politiques, écrivains ou autres VIP, du grain à moudre. Et nous devant la télé, sommes ceux pourquoi, ou   pour qui Barthès existe, dérange, perturbe, affole, offense. Il met le doigt en plein milieu du pot de confiture et badigeonne l’écran. A nous de décider si nous souhaitons avaler la tartine. Le succès est là car nous sommes gourmands pour la plupart.

En 1863, « Le petit journal » est un journal à un sou tiré à cent mille exemplaires à ses débuts, et créé par Moïse Millaud. Sa devise est : tout  ce qui se dit, tout ce qui se fait, tout ce qui se passe sera dans le petit journal. Pour la diffusion en province, l’organisation du journal est confiée à Alphonse Millaud, cousin du premier et orateur-né. Ainsi chaque ville de France, chaque bourgade  a un correspondant qui dirige une bande de vendeurs.

A la télévision, l’animateur est,  lui aussi, aidé de correspondants, dont le nom nous échappe sitôt prononcé. Dans le petit journal de 1863, il y a une chronique judiciaire tenue par Victor Cochinat, déjà évoqué dans l’un de mes articles, Charles Monselet et Henri Nouguier. On y trouve un roman sous forme de feuilleton, comme le fameux Rocambole de Ponson du Terrail. Un scientifique : Herald, un politique : Escoffier, un correspondant avec l’étranger : Georges Stenne. Et un chroniqueur populaire, celui-là est un peu l’ancêtre de Yann Barthès. Il s’appelle Léo Lespès et a pour nom de plume  Timothée Trimm. Il doit chaque jour « prendre le fait le plus saillant, en tirer des enseignements, causer avec bonhommie à l’occasion, saupoudrer d’esprit gaulois cette causerie écrite forcément avec rapidité et composée également de faits et d’impressions ». Mais il ne doit égratigner personne, plaire à tout le monde, amuser, moraliser, instruire…Car les gouvernements de l’époque ne souffrent aucune critique et la presse est souvent censurée.

 

Photo-0006 (2)

Timothée Trimm.

 

On ne peut pas comparer les modes de diffusion de la pensée au XIXème siècle et aujourd’hui, de même, l’information télévisée et l’information écrite ne se valent pas entièrement. Pourtant,  informer et amuser, instruire, inciter à réfléchir, amener le lecteur ou le téléspectateur à formuler des questions, demeurent une ligne directive. Cet objectif commun est atteint de manière totalement distincte. Le succès du petit journal de Millaud était dû à son conformisme qui permit sa large diffusion. Celui de Yann Barthès provient de son impertinence à la télévision. Privilège que  notre époque, nos mentalités, notre droit à la liberté d’expression autorisent.

 

Sources: LA CHRONIQUE ILLUSTREE du dimanche 6 septembre 1868, Wikipédia.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

chemindetables 22/04/2012 19:32

très interessant ton billet,bravo et merci, je ne connaissais que le petit journal de Yann Barthes
bises
patricia

mansfield 23/04/2012 17:12



Eh bien voilà qui est fait pour me plaire, à bientôt;, chez toi.



writings2 21/04/2012 21:23

L'impertinence est un privilège de la démocratie...
Un bel article.

mansfield 22/04/2012 15:23



Très vrai et tant mieux, bon vote!



mim-nanou75.over-blog.com 21/04/2012 08:24

Le parallèle de ces deux époques est particulièrement bien choisi, et bien expliqué. Merci Mansfield

mansfield 21/04/2012 19:37



Merci Mim Nanou, à bientôt.



Amicalement Votre Vincenzo 20/04/2012 19:53

Salut

J'aime bien l'humour de Yann.

Amicalement Votre

Vincenzo

mansfield 21/04/2012 19:41



C'est vrai, je déguste aussi.



Coucou c'est l'ami "Gégouska" 20/04/2012 16:19

Je viens te souhaiter un bon week end gros bisous

mansfield 20/04/2012 17:40



A bientôt Gegouska.



cacao 20/04/2012 14:27

Bonjour Mansfield. Merci pour cette comparaison, et ces explications intéressantes. Bon après-midi. Bises.

mansfield 20/04/2012 17:39



Merci cacao, à bientôt, miaou!



fanfan 20/04/2012 14:19

On a besoin de commentateurs de l'actualité . je n'aime pas toujours mais bon, je m'en arrange!

mansfield 20/04/2012 17:38



J'en prends, j'en laisse moi aussi.



poses sur le papier 20/04/2012 13:03

Je n'ai pas la télé, Mansfield...Alors la comparaison est difficile....
En revanche, je vais aller voir du côté de ce Petit Journal du XIX éme.
Merci pour l'info!

mansfield 20/04/2012 13:49



il t'est difficile en effet de faire le rapprochement, le vrai intérêt réside dans le fait  que le succès est question d'époque, conformisme hier, irrévérence voire irrespect aujourd'hui. A
bientôt.



lizagrèce 20/04/2012 10:39

N'ayant pas la télé française (hormis TV 5 monde et encore juste à Athènes, pas en province) je connais mal Yann Barthès

mansfield 20/04/2012 13:51



je peux comprendre qu'il soit difficile de se faire une opinion ainsi. Mais c'est le décalalage entre les raisons des succès d'hier et d'aujourd'hui qui m'a interpellée. a bientôt Liza



jill-bill.over-blog.com 20/04/2012 10:16

Bonjour mansfield, mon câble n'offre plus canal plus que j'aimais voir en décodé à certaines heures hier encore ! Les générations de chroniqeurs se succèdent avec de nouveaux emplois des médias...
Merci pour ce paralèlle ! Bonne fin de semaine à toi ! Jill

mansfield 20/04/2012 13:52



Merci à toi Jill qui a bien compris le parallèle et le deécalage entre les époques.



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens