Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 10:00

 

 

L’exposition « L’impressionnisme et la mode » ferme ses portes au musée d’Orsay, aujourd’hui à Paris. Et j’ai attendu les derniers jours pour m’y rendre, un après-midi en semaine. Je m’étais dit, évitons la foule des débuts d’expo, l’attente aux caisses, les queues à méandres multiples, la chaleur des salles, les bousculades devant les vitrines, les remarques parfois incongrues des visiteurs, les « please where are the toilets ?»,  les « no flash, pas de photo ! » des gardiens débordés. Eh bien je n’ai absolument pas échappé à tout ça. Mais l’exposition est une réussite qui par magie, une fois le cordon de sécurité franchi, m’a fait bondir dans le temps. Elle laisse venir à soi cette seconde moitié du dix-neuvième siècle comme une ronde, une fête, un bal permanent.

 

noeud-plat.jpg

 

Tout d’abord parce qu’il s’agit d’une immersion dans le beau monde, celui des titrés et des artistes. Un monde où l’on porte des robes de lever, de matinée, d’après-midi et de soirée. Où l’on froisse la mousseline et le taffetas, où l’on  porte la soie et les cotons légers, où l’on exhibe polonaises (jupons à trois volants) et nœuds plats. Un monde où l’on se rend chez la modiste gantée de blanc, où l’on dévoile une cheville sagement troussée dans  une chaussure à talons courts. Un monde où tout dandy qui se respecte affecte une pose distanciée et dédaigneuse, vêtu d’un habit sobre de pingouin.

 

fantin latour

Henri Fantin Latour par Edouard Manet

 

On découvre les grands magasins, les journaux de mode, les maisons de couture. On dessine et l’on peint la parisienne. Elle prend la pose, pas toujours de face, on doit remarquer la tournure de sa robe et son maintien, son allure, son élégance. Elle montre ses enfants dans leurs habits de fête, elle affiche déjà cette tenue de soirée qui deviendra notre « petite robe noire ».

 

robe-noie.jpg

La parisienne par Edouard Manet

 

Elle offre ses bras ronds et dodus, et son décolleté audacieux aux regards éperdus de ces messieurs, dans sa loge au théâtre. Elle se promène oisive, à la campagne, en  relevant ses jupons par un système de tirette. Elle se dénude savamment, on aperçoit corsage, jupe, lacets et bas, abandonnés au sol.

 

nue.jpg

Rolla par Henri Gervex

 

Elle rejette le corset, choisit les nœuds, les plis à l’arrière, tout est codifié, manchon, voilette, ombrelle, hauteur des talons. Elle se laisse photographier par Disdéry, les photos s’échangent. La femme est un tout, sa grâce, son sourire, la finesse de ses attaches sont sublimées par le costume, par la lumière.

 

noeud-jaune.jpg

Bord de mer par James Tissot

 

L’homme parfois arbore des tenues claires, ou décontractée sportives, mais c’est pour mieux asseoir son originalité, son rang, son appartenance.

La mode selon Baudelaire permet d’accéder à la morale et à l’esthétique du temps. Selon Manet, la dernière mode, pour une peinture, c’est tout à fait nécessaire, c’est le principal. Pour Degas, le chatoiement du taffetas, la matité du velours, la légèreté des fleurs en soie ou des plumes, priment. Mais pour tous les impressionnistes, les femmes sont des silhouettes qui ont acquis leur indépendance. Cette exposition était grisante comme une valse dansée au bras d’un excellent danseur, je suis ressortie un peu groggy.

 

bal.jpg

Une soirée par Jean Béraud

 

Et je laisserai le mot de la fin à une dame tout de près moi qui s’adressait à une amie en disant : « je pense qu’il faut rendre hommage à toutes les repasseuses qui défroissaient ces robes, je n’aurais pas aimé être à leur place ! » 

renoir.jpg

Femmes au jardin, par Claude Monet

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Je n'ai pas pu voir cette exposition, tu fais si bien revivre les toilettes de cette époque, que l'on touche du doigt les tissus avec tes mots. Merci pour ce compte-rendu si agréable à lire.
Amitiés
Alice
Répondre
M


Merci encore Alice, bonne soirée à toi.



V
Mais non, surtout pas à éviter : ce film est un tableau animé. somptueux, éclatant de lumière ... j'ai voulu trop dire en peu de phrases ... surtout, si tu peux, vas-y ;-)
A bientôt :-)
Répondre
M


Je me disais aussi, je t'écoute, si je trouve le temps j'irai, bonne soirée à toi!



D
Joli voyage de mode au 19ième siècle. De belles robes élégantes et princières. Toutes les femmes ne pouvaient pas en porter d'aussi belles vu la pauvreté des gens du peuple, mais je me demande si
elles pouvaient se permettre de s'acheter un fer à repasser pour les siennes. Autre temps, autre mode. Les jeans sont sûrement plus confortables à porter tous les jours. Merci de la visite. Elle
était fort intéressante.
Répondre
M


Merci à toi, cette expo c'était du rêve, il ne vaut la peine d'aller chercher plus loin!



M
Merci pour cet article.
Répondre
M


Merci Malika, à bientôt.



L
Juste réflexion que celle de cette dame même si c'est très prosaïque
Répondre
M


Et oui, c'est juste même si ça prête à sourire, d'ailleurs ça n'est pas si amusant que ça...



F
et je n'avais pensé au repassage mais tu as bien raison
Répondre
M


Merci Flipperine, j'adore écouter les gens autour de moi dans les expos!



J
merci pour cette visite
A bientôt
JA
Répondre
M


Merci à bientôt



T
Un article d'une grande élégance qui fait rêver... Bon après-midi Mansfiel :-)
Répondre
M


Merci à toi, c'est vraiment l'élégance de ces femmes, de ces parisiennes, que j'ai voulu montrer.



V
Merci pour ce documentaire soigné ;-) sur cette expo où je ne suis pas allée ... Ah la foule .. par contre, sur ce 19 ème où les repasseuses et autres ouvrières travaillaient dur, je suis allée
enfin voir l'Orangerie et l'expo Soutine (20ème siècle) où la même foule se pressait. Et puis hier, dans "mon " cinéma, j'ai vu "Renoir" ... je n'ai pas été autant éblouie que lors de cette séance
... A voir dans ton cinéma .. si ce n'est déjà fait .. ;-)
Bizz Mansfield
Répondre
M


Renoir, à éviter? Dommage! Et je suis un peu comme toi, les expos et la foule je n'aime pas trop pourtant quand le sujet me plaît, je fais un effort! Bonne soirée à toi.



A
J'adore !! Merci Mansfield pour ce voyage au milieu des dentelles et de la soie ! Et surtout, bravo pour le mot de la fin ! Il ne faut pas oublier ces femmes qui travaillaient dur à rendre d'autres
femmes si belles...
Belle journée à toi, amitiés !
Répondre
M


A bientôt Albiréo, bonne soirée pas trop étoilée en ce moment pour la peine!



J
Coucou mansfield ! Une époque qui n'était pas chiche côté tissu... Confortable je ne sais, élégance oui... J'avais lu la chose sur un autre blog qui en avait fait un personnage en poterie suite à
sa visite bienheureuse de femme ! Les repasseuses oh oui... moi non plus ! Merci... bon dimanche m'dame ! Bises
Répondre
M


Merci Jill, à très bientôt ma chère pour une promenade en robe de soirée dans ton château!



J
c'est vrai , qu'il valait mieux les porter plutôt que les laver , tu as parfaitement rendu , je visitais avec toi , bise
Répondre
M


Je suis heureuse de t'avoir emmenée avec moi, bonne soirée à toi.



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens