Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 10:00

 

 

Le casse-tête cette semaine chez Sherry est : siège.

 

20120612.jpg

 

D’ici on ne voit que lui, échoué près du grillage. Personne n’a envie de s’asseoir sur ce banc qui semble froid, lisse et dur  en hiver, brûlant et râpeux l’été. Les amants s’y arrêtent pour un baiser furtif mais ne s’y attardent pas. Comme s’ils devinaient que je veille. Ce banc n’a pas besoin d’attouchements, et se passe de démonstrations de tendresse. Ma présence, ma jalousie en découragent plus d’un. A moins que ce ne soit la courbure de mes hanches, et la manière dont je bombe le ventre. Ou le mouvement de mes jambes pleines et lascives. Mon port de tête  peut-être, fier altier, légèrement incliné, mon regard soumis. Ce banc est mon siège. Je l’aime et il m’appartient. C’est une brûlure, une histoire impossible, un sentiment éternel. Comme deux étudiants, chacun à une extrémité de l’amphi, se mangent des yeux et en oublient de noter le cours. Comme un petit poisson, un petit oiseau, s’aimant d’amour tendre et ne sachant guère s’y prendre.

Il y a ce message chuchoté par le vent et qui nous lie. Qui incommode les curieux. Ceux qui osent s'installer, se bouchent les oreilles, rajustent leurs écharpes l’hiver, et éternuent au soleil, l’été. Il y a la lumière des petits matins, quand le jardin est désert. Un brouillard plane sur la ville et nous enveloppe dans son écorce de coton, adoucit nos contours qu’il rend laiteux, opalescents. C’est l’unique instant où nos peaux de pierre sont en contact, où s’ébauche une caresse entre nous.

 

Certains y calent une fesse pour téléphoner, l’œil collé à la montre. Lire une annonce dans  le journal, dévorer un croissant ou un sandwich, se poser essoufflé, rajuster le pantalon d’un enfant joueur.  Ils  ne s’enracinent pas. Ce siège n’incite ni à la rêverie ni à la confidence. Il éjecte. Et  ressemble à un passant  qu’une foule agacée aurait porté dans son flot puis déposé là, comme une barque ensablée.  A la merci de mon regard.

 

Clin d’œil à l’exposition Eugène Atget, photographe, 1857-1927, au Musée Carnavalet à Paris. Photo : Cassandre, par le sculpteur André Millet, jardin des Tuileries, 1er arr., 1911.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Excellent, ce texte! Les mots tournoient comme une lanterne magique autour de ce siège remarquable.
Répondre
M


Jolie ramarque! Je l'apprécie vraiment



J
un des premiers professionnels qui ont donné à la photographie ses lettres de noblesse. et sur cette photographie, un texte bien ciselé, un clip vidéo qui anime le banc
bravo
Répondre
M


Merci Jeanne, je suis heureuse que mon texte t'ait plu, à bientôt chez toi.



M
Fascinante et possessive cette belle Cassandre avec son petit banc ^^ elle l'a bien à l'oeil en effet ! magnifique ton texte.
Répondre
M


Merci Mreille profite bien de ta pause, à bientôt.



E
Elle semble vraiment intimidante cette Cassandre ! texte vraiment bien écris. Amicalement
Esclarmonde
Répondre
M


Merci à toi, cette photo m'a  en effet permis d'exploiter le côté intimidant de la statue et d'en abuser...



C
Coucou Mansfield,
Je suis surexcitée!!!
Ton texte est magnifique...
Je viens de l'exposition Atget qui m'a émerveillée et tu dois savoir que la statue sur la photo est ma préférée parmi mes préférées... Je vais la voir chaque fois que je vais sur Paris et j'ai
prévu de lui consacrer tout un reportage photo car cela fait des années que je la photographie au fil des saisons...
Merci beaucoup, tu me fais un immense plaisir!
bravo pour ton texte, bisous et bonne nuit
Cendrine
Répondre
M


Merci Cendrine, il faut dire qu'on ne peut voir cette exposition et passer à côté de cette photo. Elle est superbe, quant à la statue que je n'ai pas encore détaillé en vrai, je suis certaine
qu'elle vaut le détour. Je ne vais pas tarder à aller lui rendre visite, mais en évitant de me poser sur son banc...



W
La prochaine fois qu je m'installerai sur un banc, je surveillerai la statue la plus proche qui veille jalousement son voisin... Joli clin d'oeil.
Répondre
M


Merci Writings, je te rends un peu méfiante, mais c'est un peu comme ça la vie.



A
Bonjour,

Très belle interprétation je dois dire
mon oeil est attiré par d'autres oeuvres d'art ?
Est ce normal docteur ?
Est ce dans les génes ?

Amicalement Votre

Vincenzo
Répondre
M


Oh je vois, tu es fabriqué comme mon mari! Ca ne m'étonne pas! Incorrigible!



S
Te lire comme une gourmandise... je salue ta façon de personnifier cette magnifique statue entre le réalisme, l'ironie et la dérision afin de nous épingler. Si l'art nous regardait, il ne nous
contemplerait point. A bientôt. Suzâme
Répondre
M


Oh comme c'est bien dit! L'art ne ne serait pas vraiment fier de nous! A bientôt Suzâme!



J
Situation bien inconfortable pour ce banc ! Bises. Joëlle
Répondre
M


Merci Joëlle, à bientôt pour de superbes photos chez toi



C
C'est une bonne idée que de faire "parler" une photo ancienne.
Ce que tu dis de ce banc me semble très juste : certains attirent, d'autres semblent chasser les promeneurs. Et il est intéressant de comprendre pourquoi (le regard sévère ou doux d'une statue, un
coin d'ombre ou de lumière). Les lieux nous parlent, je le crois aussi.
Répondre
M


C'est vraiment ce que j'ai voulu dire, un banc ainsi placé dans le passage est rarement "habité", et moi j'ai extrapolé avec la statue bien sûr! merci Carole, grosse bise.



M
J'ai les amoureux, toi tu as le banc, c'est très bien écrit Mansfield, ils servent à tout mais pour un instant de repos finalement c'est le pied !

http://dans-les-voiles.over-blog.com/article-instant-farniente-106660997.html

Merci de ton passage
Répondre
M


Alorrs, je crois qu'on va jouer les marieuses! Merci Marine



L
ET il doit bien y avoir ceux qui s'assoient et qui regardent ...
Répondre
M


Oui, mais Cassandre les surveille de son oeil de pierre!



T
Cassandre la sensuelle possessive... Texte très poétique, comme toujours d'après ce que j'ai pu en juger. Bon dimanche Mansfield !
Répondre
M


Merci Thadée, à bientôt pour d'autres échanges.



N
Pas mal du tout, ce texte...
Bon dimanche à toi !
Répondre
M


Merci Nina,bon dimanche dans ton sud ensoleillé.



J
Maintenant qu'il est passé entre ta plume j'en ai très envie moi de ce banc près de Cassandre.... merci mansfield !
Répondre
M


Méfie toi, elle est rancunière, non j'exagère!



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens