Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 10:00

 

 

apothicaire

 

Il n’est pas toujours facile de trouver les mots derrière le comptoir. Le premier contact se fait au travers de l’ordonnance qu’on nous tend en silence. Lorsqu’un client ou une cliente qui ne venait que pour une boite de Doliprane ou  de vitamine C jusque-là, déplie une grande page blanche estampillée Hôpital Gustave Roussy, Villejuif, ou Centre des maladies du sein, Hôpital Saint Louis, l’instant devient grave. Sa main tremble un peu et le teint vire au jaune pâle. Le sien, le nôtre. Les mots échangés sont : pour demain, ça  va ? Il faut que  je commande. Le malade répond: oui, le protocole commence lundi prochain. Puis il pose une question technique : le mélange pour mon bain de bouche, je le fais dans une bouteille en plastique ? Je la place au réfrigérateur ? Et nous rassurons le plus calmement possible et d’un ton neutre : oui bien sûr !

 

Les yeux se cherchent ou s’évitent, cela dépend de la confiance, de la peur, de la timidité, de la foule autour. Cela dépend de la fatigue, des enfants, du moral. Du temps aussi, un rayon de soleil, une pluie de grêlons, la neige au dehors. Tout a son importance.  La maladie doit être acceptée et combattue, intégrée et chassée. Et tout ce qui contribue à alléger le poids qu’un malade traîne en permanence, est un petit bonheur qu’il serre contre lui.

Je l’ai servie ce matin, elle avait ce teint de cire et un bonnet noir posé par-dessus. J’ai pris le temps de l’interroger, ce à quoi je me risque rarement. La fréquence des chimios, la violence des nausées, la grand lassitude, les frissons… Elle m’a dit, j’avance, j’ai pas le choix. On verra après. Elle m’a souri, j’ai secoué la tête en silence comme pour dire : vous manifestez un courage qui me dope. Et ça lui a fait du bien, cette petite admiration muette dans mes yeux.  Elle m’a posé la question qui n’osait  pas franchir ses lèvres : J’ai besoin de comprimés pour la repousse des cheveux, que me conseillez-vous ? On aurait dit qu’elle ne voulait pas paraître coquette ou futile. Que mes questions l’avaient enhardie. Qu’elle me demandait : à votre avis, j’ai  encore le droit d’être belle ?

En partant, elle m’a remercié de l’avoir écoutée, de lui avoir consacré un peu de mon temps. Et ça a éclairé mon après-midi.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

V
A te lire, j'ai des frissons. Un texte poignant et beau.
Répondre
C
J'aimerais bien vous avoir comme pharmacienne !
Répondre
M


merci encore, il faut dire que nous n'avons pas toujours le temps de parler mais parfois, cela arrive.. Ce sont les beaux moments de ce métier!



J
merci pour ce partage. L'échange c'est important aussi, c'est même nécessaire. Bien sûr cela ne remplace pas les traitements. un écrit plein de délicatesse. Tu me rappelle certains pharmaciens
...
bises et belle journée
Répondre
M


Merci Jeanne, bonne journée à toi.



C
Je crois que j'aurai trop d'empathie, c'est dur la maladie.
Répondre
M


Le juste milieu est très difficile à trouver, il faut écouter son coeur et analyser les petits signes involontaires que nous renvoie l'autre. A bientôt Cathie



A
Un témoignage très touchant et très bien écrit !
Répondre
M


Merci à toi encore.



É
J'aime ton texte et ta façon d'écouter et encourager cette dame. Bonne soirée et amitiés
Répondre
M


Bonne soirée à toi à bientôt.



N
L'écoute est toujours nécessaire.
Malheureusement, de nos jours, nous sommes plus émetteurs que récepteurs...
Bonne soirée !
Répondre
M


J'aime beaucoup la formule, elle est tellement vraie! Bonne soirée Nina



L
Je l'avais compris . C'est donc un témoignage avec d'autant plus de force qu'il n'est pas seulement un exercice de style littéraire
Répondre
M


Merci Liza



C
L'écoute dans ce ces cas là est très important et fait partie de la thérapie...!
gros bisous
Répondre
M


Tout à fait, et c'est toujours important pour chacun des interlocuteurs! Bonne soirée Gégouska



M
Bon je vais pas pleurer, mais je te dis merci pour elle.
Un petit rien et on se sent à nouveau parmi les vivants.
On se dit que si on pense à la repousse des cheveux, c'est qu'il y a un demain. On se dit " après " et ça, c'est le mot magique.
Bien amicalement, maous
Répondre
M


Merci Maous, ces petits riens, ces échanges sont la vie, c'est tout ce qui compte!



U
Savoir garder intacte cette faculté de ... comprendre, aider par le regard, soutenir, tout en mesurant l'impuissance qui est la sienne. C'est bien, c'est beau. Chapeau bas, Madame.
Répondre
M


Merci pour ton analyse et ton passage chez moi, à bientôt.



F
il faut savoir prendre du tps avec ceux qui souffrent cela réconforte tjs
Répondre
M


Et on ne le fait pas assez souvent, merci Flipperine, bonne soirée



C
Bonjour Mansfield,

"Tranche de vie"... Ton écrit est très touchant. Un malade a besoin qu'on lui parle et qu'on l'écoute aussi. Il est vrai que cela se fait rare dans les pharmacies, mais tu prouves ici que c'est
possible. Près de chez moi, la pharmacienne a un très bon contact avec la clientèle aussi.
Bravo et merci.

Cathy.
Répondre
M


Merci Cathy, nous ne sommes toujours disponibles mais quand cela est possible c'est toujours enrichissant de part et d'autre.



F
Une oreille attentive parfois , quelques mots peuvent ensoleiller une journée ; cela ne se fait pas assez. Et pourtant tout le monde en a besoin à un moment de sa vie maladie ou pas.Cette personne
a dû se sentir mieux pour la journée
Répondre
M


Je l'espère en tout cas, merci Fanfan de ta visite!



J
Bonjour madame la pharmacienne, ah si tu étais de ma région c'est chez toi que j'irai !!! Remarque la mienne est sympa aussi ça compte... Déjà que votre commerce on aimerait bien s'en passer mais
la vie étant ce qu'elle est, merciiiiiiiiiii !
Répondre
M


Merci Jill, avec toi comme cliente, elle ne doit pas s'ennuyer ta pharmacienne!



L
Bonjour Mansfield,

C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai lu ton texte de ce matin.J'arrive à un âge où souvent de l'avis même de mon Docteur,c'est le moral qui m'a tiré d'affaire. Comme c'est important d'être
écouté, cela donne du courage. Bien amicalement.

Henri.
Répondre
M


Merci Henri, j'aime les clients comme toi qui vous dopent et montrent l'exemple!



L
Très touchant ce que tu écris là
Répondre
M


Merci Liza,  c'est vraiment une partie de mon quotidien!



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens