Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 10:00

 

 

 

 

 

Mendicite.jpg

 

Si j’oubliais un peu mes petits problèmes. Installée au chaud dans ma voiture j’attends que le feu passe au vert. J’écoute FIP, c’est la seule radio que je supporte car on n’y programme aucune publicité. Même si parfois le jazz est un peu trop là, même s’il me plairait que la java s’en aille, je préfère somnoler  au volant plutôt que d’entendre louanger les magasins BUT.  Car attendre au carrefour c’est piaffer d’impatience ou mollir gentiment, selon le moment de la journée et la course qui nous attend. C’est regarder l’heure, fouiller son sac, téléphoner en bluetooth, se pincer les joues devant le rétro ou se colorer les lèvres. C’est abaisser la vitre, allumer une cigarette ou l’éteindre, cracher de la fumée au dehors. C’est regarder les autres alignés dans la file, sourire ou tourner la tête, les yeux dans le vague.

C’est aussi voir venir à soi ces malheureux qui bravent le temps, le vent. Seuls et sales le plus souvent, ils tendent une main calleuse dessous des vêtements froissés, supplient, ne parlent pas français. Jeunes ou vieux, ils sont gris, ridés, plissés. Semblent flotter sur la misère qui les dépasse, s’étale à côté d’eux,  nous frôle et nous apeure. Nous culpabilise. Le feu passe et nous démarrons, vite avant le malaise, l’effroi, le choc des regards.

Dans le rétroviseur, j’aperçois cet enfant, de dos, en anorak aux motifs de treillis qui danse en marchant, une main dans celle de son père. Il claudique en réalité et dodeline de la tête. Il cautionne la mendicité, il est là pour faire misère, pour faire la guerre aux sentiments. Lui et les siens n’ont pas d’autre choix.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Et oui qu'ils l'exploitent la misère c'est sur !!! Bisous bonne semaine Mansfield
Répondre
M


Dire qu'on voit ça partout aujourd'hui!



J
coucou de jeudi !!
Répondre
M
Un petit coucou pour te souhaiter une bonne soirée Mansfield, bisous
Répondre
M


Bonne semaine à toi, à bientôt!



J
et encore !!!
Répondre
F
certains sont de vrais pauvres ils ont besoin de mendier mais d'autres sont amenés et doivent faire la manche pour des grands, ils sont exploités alors comment reconnaître le vrai du faux
Répondre
M


Difficile en effet, c'est la loi de la rue!



C
Oui, deux mondes qui se croisent. Celui des "rapides", qui démarrent au feu et celui de ceux qui restent à terre.
Répondre
M


Une image très bien adaptée à mon texte, lerci à toi!



M
De la misère il y en a de plus en plus malheureusement. Bisous bonne semaine Mansfield
Répondre
M


Oh oui, et on l'exploite en plus!



J
mieux vaut crever ailleurs que chez soi , m'a dit un rom , ce doit être vrai ! bise
Répondre
M


Quelle triste vérité, à demain pour le café!



M
Bonjour Mansfield, ah la misère... parviendrons-nous un jour à s'en débarrasser ?? ce serait l'idéal et tellement beau à réussir cet exploit. Bisous et bonne semaine
Répondre
M


Bonne semaine à toi Mireille, bise à bientôt! 



U
La misère a toujours existé, maintenant elle s'exporte et s'expose, culpabilisant les "nantis" que nous sommes, en France. L'Europe a noyé la misère dans la masse ; elle n'en est que plus visible.
Non pas que je ne veuille pas la voir, nul ne peut l'ignorer aujourd'hui ; mais je refuse cependant de me sentir coupable qu'elle soit maintenant sous ma fenêtre (de voiture). Elle s'ajoute à la
paupérisation grandissante. Que puis-je faire ? Et toi ? Et vous ?
Répondre
M


Ce constat est criant de vérité, nous ne pouvons nous sentir coupables tout le temps!



P
Bonsoir Mansfield,
Inexorablement la misère prend une ampleur qui commence à nous dépasser. Peu à peu, nous nous habituons avoir ces pauvres gens dont le nombre ne cesse de croître. C'est le prix que doit payer
l'humanité à la mondialisation financière.
Lâchement, la plupart d'entre nous préférons les ignorer en tournant notre regard.
Bien triste tout cela...
Bonne soirée
Répondre
M


Là aussi le constat est sans concession, triste et difficile d'ajouter quoi que soit à cela.



A
Tristesse d'une misère que l'on tolère, impuissance d'un monde qui suit sa ronde...
Répondre
M


Une belle formule pour un constat d'impuissance!



F
Le plus révoltant c'est qu'on sait que derrière ces pauvres gens, il y en a d'autres qui les exploitent , qui les envoient là pour prendre l'argent qu'ils auront mendié . Et les enfants ne sont là
que pour nous émouvoir. c'est triste et révoltant ; les autorités s'en fichent et laissent faire .
Répondre
M


Mise en scène de la misère, c'est ce à quoi nous assistons aujourd'hui, quel gâchis!



R
Une bien triste époque!!!!!!!!
Répondre
M


Une réalité bien révoltante!



C
Etre dans l'habitacle, au chaud, ou hors de l'habitacle, dans l'espace de la misère : vous dites bien ce que l'on éprouve alors.
Répondre
M


Et nous ne pouvons pas grand chose, hélas!



L
Le problème c'est que cet enfant n'ira pas à l'école et donc n'aura pas d'autre avenir que celui de mendier et ainsi de suite ... Le problème est là. Il faudrait absolument scolariser ces enfants
d'une manière ou d'une autre mais de l'argent est versée par l'Europe à la Roumanie et autres pays de l'est ayant une population tzigane importante et rien est fait. Que stigmatiser ces populations
qui vont d'un pays à l'autre dans des conditions de vie absolument déplorables.
Répondre
M


Je me demande s'il est possible de remédier à un état de fait ancré dans les habitudes depuis si longtemps!



J
C'est vrai Mansfield que ces gens nous mettent mal à l'aise avec leur main tendue... et ouf quand le feu repasse au vert, c'est vrai, ne nions pas ! Et dans les villes c'est "monnaie" courante !
Merci...
Répondre
M


Oh oui,  nous assistons impuissants au spectacle de la misère!



J
Tu touches là à quelque chose de sensible. Je me sens tellement embarrassée, que je donne ou ne donne pas. Quelle est la bonne attitude ? Je ne sais pas. Amitiés. Joëlle
Répondre
M


Je ne crois pas qu'il faille culpabiliser, il y a chez eux de la mise en scène et chez nous beaucoup d'impuissance



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens