Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 10:00

 

ATTENTION CECI EST UNE PURE FICTION ! C’est un extrait d’un court roman que j’ai écrit il y a quelques années.

 

La  villa avait été le cloître de mon enfance érémitique. Je me remémorais la maison délabrée aux allées en béton, le carré de gazon où l’on installait ma piscine en plastique. L’eau claire des premiers jours faisait place à une pellicule d’insectes morts, de feuilles et de fleurs en décomposition sans que personne ne songe à la changer, malgré les rougeurs et les boutons qui me couvraient le corps. Il y avait la course d’un lézard au soleil le long d’un mur au crépi fendillé, la table de ping -pong sans  les balles que l’on m’avait confisquées  car  je les perdais toutes, les raquettes inutiles. Il y avait un vélo au sous-sol mais je n’avais pas le droit de sortir et personne ne voulait m’accompagner en promenade. Il y avait aussi les rosiers sauvages aux fleurs outrageusement ouvertes, au parfum sucré, écœurant qui me faisaient  pourtant saliver car elles m’évoquaient des gâteaux orientaux. Je me souvenais d’un pied de romarin qui fleurait bon la garrigue, d’un nain de jardin qui ronchonnait avec bonhomie et auquel je lisais des bandes dessinées.

 

 

 

jardin-abandonne.jpg

 

C’était le seul endroit où je pouvais me blinder. J’y éprouvais une paix, une sensation extraordinaire de temps hors du temps,  de bonheur suspendu. J’avais l’impression d’évoluer en dehors de moi, de délayer ce qui me fait souffrir, et de me créer un quotidien supportable. J’y oubliais que non seulement mes parents avaient leur monde et leurs projets dont j’étais exclu sauf lorsque je devenais l’objet de leurs chantages, mais qu’ils ne permettaient pas que je recherche la compagnie d’autres personnes, la présence d’amis authentiques, une vraie qualité d’échange.


Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Un p'tit coucou ensoleillé gros bisous
Répondre
M


A demain Gegouska



J
Un lieu refuge dont chacun a besoin. Celui-ci est plus poétique en dessin qu'en mots ! Bises. Joëlle
Répondre
M


C'est bien vrai, merci d'apprécier mon texte



C
Bonsoir Mansfiel, très belle narration dans laquelle on retrouve surement tous et toutes un peu de notre enfance.
Le printemps a l'air bien installé, "pourvou que ça doure"!
douce nuit
chatou
Répondre
M


J'espère que ça vient vraiment quoique ça se rafraîchisse la semaine prochaine.  



F
une solitude que l'enfant essayait d'apprivoiser comme elle pouvait, en se construisant son petit monde à elle. beau texte
Répondre
M


Merci Fanfan d'avoir su entrer dans son monde...



V
Une écriture toute en contraste, captivante,
Belle journée à toi Mansfield
Valdy
Répondre
M


Merci à toi, à bientôt pour un nouveau partage d'émotions.



C
Bonsoir Mansfield,

Pas très gai certes, mais d'une douceur agréable.

Belle & douce nuit.
Capucine
Répondre
C
Un gros bisou du soir
Répondre
M


Merci à toi, à bientôt



N
Sans m'étaler outre mesure, je dirai que ce texte résonne, en moi.
De lointains échos de choses devenues des cicatrices.
Répondre
M


Comme quoi, je crois inventer et ne fais que raconter ce que d'autres ont pu vivre, plus ou moins, c'est ce que j'aime quand ce que je lis ou écris résonne en l'autre ou en moi.



J
Bonjour mansfield... Ton héroïne se fait son petit bonheur quand même dans cette villa aux parents pas drôles... L'évasion comme elle peut avec le nain de jardin... On dirait un peu poil de
carotte... Belle journée à toi...
Répondre
M


Il faut bien se racrocher à quelque chose quand tout va mal, c'est ce que j'ai voulu montrer mais la mère n'était pas aussi horrible que Folcoche...



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens