Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 10:00

 

20-janvier-2013-1398.JPG

 

Ces détritus rouillés, abandonnés au sol

Sont des vieillards usés tout au bout de leur course

Ce qu’il  reste de vie brisée dans son envol,

  Aux  âmes sacrifiées filant vers la Grande Ourse

 

Au cours de la visite quand le printemps sourit

Et qu’une lumière crue s’étale sur les ruines

La tôle martelée sous un soleil dru, luit

Et nos cœurs  enfiévrés soulèvent nos poitrines

 

Lors, une belle odorante se fraie un chemin

Au milieu de l’horreur  distille son parfum

Et la brise enivrante comme un diablotin

De la saison fredonne le délicat  refrain

 

Toutes choses se répondent  en une étreinte brève

Oradour en avril est douloureux de vie

Des herbes folles y poussent tout en gorgeant de sève

Les carcasses désolées d’un drame qu’on oublie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

V
La dernière strophe est vibrante de justesse et de vie désolée,
Très touchant Mansfield
Répondre
S
Ne jamais oublier ! Surtout pour nos enfants et leurs enfants... afin qu'à leur tour, ils ne commettent pas l'irréparable...
Répondre
J
Se souvenir tant que l'on peux, mais que restera-t-il dans 100 000 ans ?
Répondre
M


Justement, pas grand chose, alors si les petits bouts de souvenirs pouvaient se transmettre!



C
Les vieilles Citroën gestapistes de sinistre mémoire...
Répondre
M


Tout à fait Catheau, à se remémorer pour ne pas oublier, ne pas reproduire...



J
j'ai le livre consacré à trois villages martyres , l'atrocité de certains faits ne s'explique pas
Répondre
M


C'est vrai et cela reste toujours poignant quand on visite les sites!



M
Pour certains c'est un nom qui résonne mai les jeunes ne le savent pas...
Répondre
M


C'est ce qui me peine justement, tout s'en va, il faudrait que de tels drames n'existent plus mais pour cela il faut la force du souvenir pour les jeunes générations...



H
Bonjour Mansfield,

J'ai visité il y a quelques années ORADOUR, On ne peut y songer sans frémir. Une horreur difficile à oublier. Merci ! Bien amicalement.

Henri.
Répondre
M


Merci Henri, ce site est vraiment saisissant, je souhaite que davantage de jeunes y aient accès.



U
Un drame qu'on oublie ? Non. Oradour reste dans nos mémoires, mais ne s'est pas inscrit dans la mémoire de nos enfants et encore moins de nos petits enfants. On dit qu'il y a un "devoir de mémoire"
et je suis d'accord. Transmettre le "souvenir" de ces atrocités est un devoir, en effet, pour que, selon la formule consacrée, cela ne se reproduise pas. Mais là, c'est une autre histoire .... car
l'Histoire, elle, se reproduit toujours, surtout dans ce qu'elle a de moins glorieux. Triste constatation. Ces carcasses de voitures sont belles de ces souvenirs-là.
Répondre
M


C'est vraiment ce qui m'attriste, les jeunes générations en savent peu de choses, bonne fin de WE à toi



L
Ce que peu de gens savent parce que le peuple Grec est en général discret sur ses souffrances c'est que la Grèce a souffert pratiquement autant que la Pologne des exactions nazies .
Répondre
M


Il fallait que cela soit dit, dommage qu'on n'en parle pas davantage!



F
Les fleurettes et le beau temps font un peu oublier qu'en ces lieux il y a eu un tel drame ! Il faut garder la mémoire pour ces sacrifiés sur l'autel de la cruauté et de la bêtise!
Répondre
M


Merci Fanfan, à bientôt chez toi!



N
Poignant...
Merci pour eux.
Répondre
M


Merci Nina, à très bientôt;



J
atrocité des guerres qui transforment les hommes en bourreaux
mais beauté du poète qui avec ses mots transforment l'oubli en mémoire vive pour que jamais on oublie.
je prendrai le temps de revenir lire d'autres articles.
bonne journée .
Répondre
M


Merci, ce commentaire me touche beaucoup, à bientôt;



F
on ne peut oublier cette période de l'histoire et tout ce qu'on espère c'est qu'elle ne se renouvèle pas, souvent on dit quand on trouve des voitures rouillées comme cela c'est la pollution mais là
c'est un témoignage
Répondre
M


Merci Flipperine, ton commentaire indique bien que le temps passe, je me demande ce que comprennent les jeunes générations  de ces drames d'une autre époque!



L
Des "Oradour" il y en a eu des centaines dans les villages grecs de montagne qui étaient censés cacher les partisans . Ah ! la folie des hommes ordinaires n'est malheureusement pas en extinction !
Répondre
M


Oh, il faudra que tu approfondisses le sujet, je trouve ça particulièrement poignant, merci Liza.



J
Vieilles carcasses d'une autre époque... et triste Oradour ais-je lu en suivant ton lien sur le net... La guerre est vilaine chose Mansfield... Côté rouille certains artistes sculpteurs on en fait
une mode... Merci à toi...
Répondre
M


Mort, guerre et art, tout est récupéré, tu fais bien de le souligner Jill!



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens