Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2020 2 15 /09 /septembre /2020 08:00

En regardant cette photo, j'oublie qu'on vit dans la fournaise. Une onde claire, une rivière paisible, des berges ombragées, personne.

Le vent, les arbres, une maison toute proche, derrière laquelle s'installer et observer le temps qui passe, les pierres chaudes et leurs secrets, les sauts des truites troublant le silence.

Fermer les yeux et constater, une fois rentré,  que les vacances ont encore le pouvoir d'apaiser, de permettre le lâcher prise, de redonner ce coup de fouet dynamique au quotidien.

La Dordogne à Beaulieu.

La Dordogne à Beaulieu.

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2020 1 07 /09 /septembre /2020 08:00
AH DORMIR!AH DORMIR!

Ah dormir! Et tout oublier. La lumière du jour décroît, la chaleur aussi. Tout nos actes sont conditionnées par la pandémie, alors sortir de chez soi, simplement, devient fastidieux. On nous demande de dépenser nos sous, de prévoir, garder le moral, et personnellement, je ne souhaite que dormir. 

C'est en observant les cygnes du parc Beaumont à Pau, que j'ai compris l'intérêt de dormir. Pourquoi ceux de Pau, des cygnes il y en a partout? Mais là, j'étais en vacances et l'esprit complètement vide. J'étais réceptive, j'étais une éponge débarrassée des pièges du quotidien, alors j'ai remarqué. Je commence, en équilibre sur une patte, le bec dans les plumes, c'est douillet, c'est duveteux, ça rassure. Et puis étirer le cou, déployer une aile, se préparer à plonger dans l'onde claire, ce côté zen, ce lâcher prise, quel bonheur pour le mental. Se décider, y aller, reprendre contact avec le monde. Ou préférer se rendormir, parce que pas prêt, parce que ras le bol. Enfin bref, un petit somme c'est toujours réparateur!

AH DORMIR!

Partager cet article

Repost0
26 août 2020 3 26 /08 /août /2020 16:54
Musée du Mans

Musée du Mans

Ça y est, je suis en vacances! Je recharge mes batteries alors que la rentrée s'annonce particulière cette année. J'observerai ça de loin, guettant les frémissements d'inquiétude, les craintes larvées ou affirmées, les tentatives de protestations, les découragements, baisses de régime, les ras le bol. Toutes ces révoltes sourdes qui montent et ne demandent qu'apaisement, organisation, préparation, mental en acier, courage, adrénaline, audace, certitude de gagner.

J'observerai depuis les gradins, les poings serrés, le coeur battant, comme fascinée, agacée, ou pétrifiée par ces épreuves de la vie dont il faut absolument sortir vainqueur.

 

 

Partager cet article

Repost0
17 août 2020 1 17 /08 /août /2020 08:00
N'EST CE PAS?

Quand ça ne va pas.... Août a tellemnt brûlé qu'on ne  lui a pas laissé le temps de faire ses valises. L'automne est déjà là avec ses parterres qui craquent sous les pas et les arbres qui rouillent.

La rentrée, c'est dans une quinzaine et s'annonce plutôt épique. Le flou qui l'entoure, les bagarres anti masques dans les transports, la recrudescence des cas de ... De quoi déjà? Tout valdingue.

Et là pour moi, c'est le bouquet. Ils sont deux, ils sont jeunes et masqués, joyeux et apparemment responsables. Ils vont à la rencontre d'un troisième, non masqué, s'interpellent, se rapprochent, se sourient , se saluent. Comme ça ne suffit pas, qu'en France on est tactile, on se smouicke, on s'étreint.... Les deux hommes masqués ôtent leur protection et embrassent le troisième. Des retrouvailles, sinon, ça n'a pas de sens. N'est-ce pas?

 

Partager cet article

Repost0
10 août 2020 1 10 /08 /août /2020 08:00
LAISSONS LES VOLETS CLOS

Ceux de ma génération ont la chanson de Nicoletta en tête. Une bonne consigne en ces temps compliqués. Derrière la fenêtre, laissons tourner le ventilateur ou la clim. Dans la maison c'est permis. Suçons des glacons, buvons beaucoup d'eau, affalons-nous dans un fauteuil, les pieds croisés, les yeux mi-clos ou grand ouverts, inexpressifs, devant la télé. Commençons de lire un roman sans conviction, cornons une page. Refermons le livre. 

Imaginons la plage, le sable mouillé, les vagues, le bruit du ressac,  si par malchance, nous ne sommes pas en bord de mer. Vivons dans le demi jour,  laissons la lumière entrer en pointillé, jouons avec les ombres de l'amoire et des plantes vertes. Nous sommes dans un bocal, l'oxygène semble rare et tout pèse. La canicule c'est fatigant, la nuit n'apporte aucun répit. Alors le ralenti s'impose, la paresse, la fénéantise. C'est permis. Surtout ne nous privons pas!

 

 

Partager cet article

Repost0
3 août 2020 1 03 /08 /août /2020 15:14
CAPRICES

On dirait que l'automne s'annonce déjà, avant même les retours de vacances. Avant les départs. Il voltige et s'accroche à l'été sans vergogne. Il sait qu'on a peur ce qu'il réserve. Il essaie de se faire léger et s'y prend bien à l'avance, à petite dose, l'air de rien.

Entre deux vagues de canicule, il s'installe. Il ferait presque frais. Quelques gouttes se paient nos mines étonnées.  La grisaille domine, Les murs de Paris sont jaune sale. Le Pont de l'Alma est pris dans un tourbillon de vent, de pluie. Des touristes piégés croisent les bras sur leurs épaules dénudées, d'autres se prennent en photo, avenue Rapp devant des immeubles haussmmaniens, peu importe le temps, c'est Paris typical! Sous les jambes de la Tour Eiffel, on s'enrhume.

Et dans la forêt de Pierrefonds préservée des nuages,  on écoute les tourterelles. Elles chantent les caprices d'une saison qui ne sait plus tout à fait à quoi elle ressemble.

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2020 1 27 /07 /juillet /2020 08:00
FRANCHIR LE PAS

Comme l'horizon qui s'élargit. J'ai l'impression d'être postée devant d'un pont, au loin une autre vie, des jours nouveaux, je ne sais pas trop, tout est enfoui dans la verdure. Il me suffit de parcourir quelques mètres, d'avancer sur le béton. Tout m'y incite, un parapet sécurisé, des fleurs odorantes, des couleurs éclatantes, un édifice large, solide. Rien à craindre, tout à découvrir. Et l'eau clapote sur le trajet. Elle miroite et je me penche, à l'affût d'un indice dans ses reflets. Les difficultés qui m'attendent, les surprises, l'importance des décisions. Et dans le ciel grisonnant, inquiétant, quelques trouées bleues, comme un clin d'oeil, un encouragement.

Alors c'est plié, j'y vais. Je m'aventure. Advienne que pourra!

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 08:00
VACANCES

C'est un peu particulier cette année. Pour les congés, on a des habitudes, tous les ans au même endroit. Un rituel, quelques jours chez mamie, puis chez tonton Paul, pour finir, un week end chez des amis à la Baule. Ou une résidence secondaire, habituelle. Pour ceux-là, tout va bien. Oublier un hiver éprouvant et un printemps affligeant devient possible, un changement d'air, revoir les siens, se faire plaisir, au soleil, se gaver de chlorophylle et d'iode ne pose pas de problème.

Ceux qui choisissent l'étranger d'habitude, l'ailleurs  et l'exotisme, sont frustrés. Souvent, ils attendent la dernière minute pour réserver, rester ici en France. Un peu résignés mais résolus à succomber au charme de leur beau pays.

Quand on ne part pas, qu'on habite en ville et loin des plages, quand les vacances  consistent à ne rien faire, ici, sur place, ce sont les parcs, les jardins, les étangs qui reçoivent de belles visites. Le chant des oiseaux et leurs chahut dans les feuilles, les saluts des promeneurs à pied ou à vélo, les pauses pique-nique sur l'herbe, les séances de bronzage, la course des poissons et leurs bulles à la surface de l'eau sont un bonheur dont il faut profiter à fond pour se souvenir, cet hiver. 

 

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2020 3 15 /07 /juillet /2020 22:42
DE MARTINE, JE DIS CA MAIS JE NE DIS RIEN

Les habitants de Troulaville ont tous leurs petit secrets pas jolis, jolis. Ou leurs défauts, leurs qualités qui font qu’on s’attache à eux, ou qu’on les déteste. Qu’on les observe et note soigneusement chacun des événements qui constituent leur quotidien. Les tromperies, les coups bas politiques, les prétentions des uns, des autres, alimentent une gazette minutieuse, délatrice, perfide et acide. Des lettres circulent, des blogs s’alimentent, provoquant drames et changements radicaux de comportement.

Pour qui connaît un peu l’auteur, on découvre des moments de sa vie en filigrane, quelques idées, quelques pensées, le drame aussi. L’humour est toujours présent, ainsi que la dérision. J’aime beaucoup cette méthode qu’elle a choisi, s’entourer de personnages fantasques et d’un affreux Jojo, un instituteur, un maire, un parisien antipathique, une Mme Potinière qui porte bien son nom. Une Ginette collectionneuse de Schtroumpfs, une retraitée folle des lumières de Noël.

Tout ce petit monde s’agite sous la plume deMartine, évolue à son aise. On a presque le sentiment qu’il échappe à son emprise, qu’il agit comme il l’entend. La force du roman est là, une écriture limpide, des questionnements, des pistes de réflexion.

Enfin bref, avec Martine qu'on peut retrouver sur son blog, on est certain de plonger dans un univers coloré, de décoller. Et d’oublier le quotidien un peu terne.

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 16:55
RETROUVE

Sitôt échappée de Paris et longeant l'Ecole, petite rivière de l'Essonne,  ce qui m'importe c'est le temps retrouvé. Qu'on ne voit ni passer ni fuir, qui ne manque pas, ne s'éternise pas. Celui dont on profite, que l'on goûte, qui a des couleurs. Qui fait se rencontrer les siècles, des lavandières et des promeneurs du dimanche rêvant de décompresser. Qui décline le vert dans tous ses tons comme un paon déploie son évantail. Qui accorde à l'été son foisonnement de pétales et de feuillages, chauffe les ardoises et roussit la mousse. Celui qui serpente et luit, s'écoule et miroite. Qui fait que je me  sente vivre, celui que j'absorbe davantage qu'il ne me dévore.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens