Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juillet 2020 1 06 /07 /juillet /2020 08:00
TOUS TROIS

J'ai bien envie  de leur raconter mes rêves de bord de mer, leur demander où est Blanche Neige et lequel des deux est Simplet. Mais c'est idiot et cliché. Ce qu'il faut c'est me placer à leur hauteur, les jambes croisées devant eux, me poser une assiette sur la tête, à la recherche d'un équilibre. Entre mes ambitions et mon parcours, mes besoins et mes désirs, mes illusions et mes capacités. 

Déconfinée mais cachée, à l'abri des regards, au détour d'une allée du parc du Château de Courances, tout près du Dannemois de Claude François, je tape la discute au grand air. Le vent souffle dans les arbres, son murmure emplit le bois, et tous trois, ensemble,  nous refaisons le monde.

Partager cet article

Repost0
29 juin 2020 1 29 /06 /juin /2020 08:00
SPIRALE

C'est un signe. Tout m'invite, tout m'attire. Les vitrines de la ville, l'été qui s'installe, les tables des troquets, les affiches de cinéma. J'ai envie de plages ensoleillées, de balades au grand air, de rencontres entre amis, d'inviter la famille, de promener le chien que je n'ai pas, d'entendre gazouiller d'hypothétiques petits enfants. De lire dans le parc, d'écouter une mélodie du bonheur sur les collines que j'aime, de comprendre enfin les jeunes filles en fleurs qui s'expriment dans des phrases interminables, du côté de chez Swan. Je ne pense qu'à avaler des tablettes de cholocat en oubliant ma ligne, à rempoter mes pétunias, déguster un verre de rosé bien frais, courir les expositions. J'y pense, parfois je renonce, parce que les masques et le gel, parce que... La barbe! 

N'empêche, la vie m'entraine dans sa spirale.

Partager cet article

Repost0
22 juin 2020 1 22 /06 /juin /2020 13:51
MIGNONNE, ALLONS VOIR SI....

L'été  fera faux bon, considérant que le soleil est une option. On nous promet 35 degrés pour mercredi, de quoi étouffer sous nos masques. Mais nous somme prêts, nous attendons. Nous nous fiions à la nature qui se moque de nos craintes, de nos barrières, de nos précautions. Les cygnes couvent au bord des lacs,  le blé et l'orge jaunissent les champs bordés de coquelicots résistant aux pesticides. Les tourterelles roucoulent, les chevreuils peuplent les forêts et surgissent parfois sur les routes.

Des enfants naissent auxquels il faut construire un bel avenir, d'autres grandissent, déjà conscients des menaces qui plombent l'insouciance, les adultes ne sont toujours sérieux et responsables, nos aînés tentent de se préserver, sans renoncer à vivre toutefois.

Alors puisqu'il faut avancer, de guingois, à petits pas, aujourd'hui mignonne, allons voir si la rose...

MIGNONNE, ALLONS VOIR SI....

Partager cet article

Repost0
15 juin 2020 1 15 /06 /juin /2020 08:00
C'EST CERTAIN

Balade vers la Vallée au Loup, à Chatenay Malabry. j'espérais déloger Chauteaubriand de son confinement, mais sa belle maison était fermée à cause de... Et puis ce n'est pas là qu'il dort pour l'éternité, il préfère Saint Malo, dont il contemple les contreforts depuis l'îlot du Grand Bé.

Alors, j'ai tourné autour de lui, dans ce paysage qui borde sa propriété. J'ai suivi René, et Juliette sa bien aimée. J'ai imaginé leurs promenades dans cet arboretum qu'ils n'ont pas connu, qui s'est ajouté à la propriété pour le bonheur des visiteurs. Puisqu'il m'est possible de m'évader de Paris, de converser avec les arbres, d'écouter chanter le vent et clapoter l'eau autour d'une barque, de débusquer le soleil qui se cache, je n'ai pas boudé mon plaisir. 

Il me manquait un café, une terrasse, mais les bancs et les pelouses invitaient aux bains de soleil. Allez c'est certain, je revis!

 

C'EST CERTAIN

Partager cet article

Repost0
8 juin 2020 1 08 /06 /juin /2020 08:00
Gâteau de fête des mères confectionné par mon fils et ma belle-fille.

Gâteau de fête des mères confectionné par mon fils et ma belle-fille.

La chanson de France Gall est plus que jamais d'actualité. Le goût amer et la poussière, le silence et les questions que l'on se pose et qui ne trouvent pas de réponse. Qu'il s'agisse des suites de la pandémie ou des inégalités raciales, des habitudes nouvelles de travail ou de consultations médicales, des retrouvailles familiales ou entre amis, on rit encore pour des bêtises, comme des enfants, mais pas comme avant.

Et ces batailles dont on se fout, ces fatigues, ces dégoûts, à quoi sert de courir partout. Oui, à quoi servent les idées si elles ne débouchent pas sur des actes. On a dépassé le ras le bol, l'abattement, la vie reprend doucement, l'enthousiasme déborde mais rien ne sera plus aussi insouciant, décontracté, cool.

On garde ces blessures en nous, ces éclaboussures de boue, qui ne changent rien, qui changent tout. On garde la défiance, l'incertitude concernant l'avenir. Mais surtout, on a acquis cette précieuse capacité à apprécier intensément tous les bons moments, à cueillir de la vie ses richesses, y compris dans la banalité des jours qui passent.

Partager cet article

Repost0
1 juin 2020 1 01 /06 /juin /2020 08:00
MANIFESTER

Par précaution, il convient de respecter la distanciation, porter un masque, consulter son médecin par téléphone, n'entrer qu'à 2 ou 3 dans les magasins, ne plus trop voyager. Par précaution, il vaut mieux télétravailler, n'aller en classe qu'un jour sur deux, prendre son café en terrasse. Se protéger, c'est user de liquide hydroalcoolique, ne pas bisouiller ses petits-enfants, faire ses courses sur le net. 

Mais exiger de la reconnaissance, de la considération, le respect de sa personne, c'est se presser  en masse, avec pancarte, la rage aux lèvres, les poings levés, c'est crier, brûler, se battre, à mains nues. Quels que soient le virus, sa dangerosité et sa vitesse de propagation. 

Le besoin d'exister, d'être citoyen à part entière, même s'il expose à la contagion, emporte par son élan et sa légitimité. Voilà que nous enseignent les événements de ces derniers jours, partis de Minneapolis aux US.

Partager cet article

Repost0
25 mai 2020 1 25 /05 /mai /2020 08:00
BOOMERANG

Il a quatre-vingt sept ans et trouve que les temps sont difficiles. Il pensait ne jamais devoir revivre ça. Se calfeutrer chez soi, ne pouvoir sortir sous peine de risquer sa vie, passer devant des rayons vides dans les magasins, faire la queue durant des heures. 

Son grand-père a creusé les tranchées en 1915. Son père est mort en 43, il avait sept ans. Il se revoit, de retour de l'école, le cartable en bandoulière, en galoches et culotte courte. La mère est assise sur une chaise de paille de la cuisine, avec un policier à ses côtés, et ce mort pour la France inscrit au coin de la bouche. il se revoit criant: "mon petit papa!".  Ses yeux se remplissent de larmes, il tend sa grande main sèche, tremblante, aux veines apparentes, vers moi et dit:

- C'est dur, vous savez. Ce qu'on vit en ce moment. Ca me rappelle ces vieux souvenirs, je n'ai jamais oublié. Je le pleure encore mon petit papa! On devient toujours ce que l'enfance fait de nous. Je n'ai pas fait le deuil. Je ne méritais pas de replonger là-dedans, à mon âge.

Et puis il part, il s'éloigne sur le trottoir, réajuste son masque sur son nez et se perd dans ces rues qui s'amusent à vous jeter le temps à la figure, comme un boomerang.

 

Partager cet article

Repost0
18 mai 2020 1 18 /05 /mai /2020 08:00
Edward Hopper, Rooms By The Sea, 1951

Edward Hopper, Rooms By The Sea, 1951

Nous voici libérés. D'une autorisation de sortie. Des contrôles sans crier gare, des contraintes horaires. Nous voici bien dégagés derrière les oreilles, nos couleurs sont rafraichies, le fleuriste, le fromager, le Mac Donald nous accueillent, le caviste aussi. On s'exerce librement à la course à pied, les chiens ne servent plus d'alibi aux promenades. 

A part ça, on s'étiole. Défense de s'éloigner de plus de cent kilomètres. Peut-être qu'en chaussant des bottes de sept lieues... Le ciné, le resto, le bistro du coin, nada. Les magasins, ouais, bof. Essayer, acheter quoi? Toucher, porter, reposer, rendre. Se couper des sourires, se badigeonner de gel, se maintenir à distance. Les dés sont pipés, les contacts réduits. 

Et la plage, ah la plage, les grands espaces, la forêt, les arbres! Dérangeons la nature! Le déconfinement n'est pas la liberté, c'est mesurer ce qui est perdu et ne reviendra pas totalement avant longtemps. Un peu comme la jeunesse, qui passe, qu'on regrette, et ne demeure que dans nos têtes. Un peu seulement. Car, dans les coeurs, il y a ce pari fou de retrouver avant.

Partager cet article

Repost0
11 mai 2020 1 11 /05 /mai /2020 08:00
ADVERBES

Il se passe quoi aujourd'hui? Cela fait deux mois qu'on a une vie d'intérieur même si parfois on se risque dehors, ou si notre métier nous y contraint. Deux mois qu'on croit que l'homme a déserté la planète, que la nature reprend ses droits, rampe, grimpe et s'étale, que les animaux s'attribuent les centres villes. Durant ces deux mois, le monde a prouvé qu'il peut se passer de nous, qui l'abîmons dès qu'il nous en laisse l'occasion.

Calfeutrée depuis trop longtemps, je ne sais pas avec quoi rime déconfinement. Peut-être avec déréglement, fatalement, désagrément. Ou raisonnablement. Puisqu'on ne peut pas prédire l'avenir, autant agir calmement, consciemment, logiquement,  pour que l'été nous prépare agréablement,  à une fin d'année heureuse.

 

Partager cet article

Repost0
4 mai 2020 1 04 /05 /mai /2020 08:00
PEUT-ETRE QUE...

Il suffit d'observer le ciel. Redevenu bleu et pur, il est magnifique sur la région parisienne en ce moment. Quand les nuages s'en vont bien sûr. Puisqu'on ne peut pas aller bien loin et longtemps, puisque sortir est problématique, je ne connais que ce moyen de m'évader. En dehors de la lecture, du sport et de la télévision. Le ciel est parfois si bleu qu'on se croirait ailleurs, sous d'autres latitudes. 

Alors je pars. Un maillot de bain, un paréo, une orangeade et des glaçons, une serviette de plage, quelques longueurs dans la belle bleue. Retour sous les palmiers, détente. Apéro sous la véranda, barbecue. 

Sinon, une canne, des hameçons, des chaises pliantes, un panier pique-nique et la rivière  qui reflète les saules des berges. Des libellules, des moustiques et des nageoires qui frétillent.

Ou encore, un sentier escarpé, de la rocaille, des genêts, une végétation sauvage,  ça grimpe, un sac à dos, de bonnes chaussures de marche, des monts, des vallées, des ruisseaux, de l'oxygène. 

Et toujours, le ciel, dans lequel on  visse le regard. Dont la pureté guide le moral et réactive le sentiment de liberté, d'envol, d'infini. 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens