Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 08:00
DEFI 130: COCON
Pour répondre au défi 130 lancé par Lenaïg pour les Croqueurs de mots : herbe et béton.
 
Une île, un pavillon, vivre dans un cocon
S’entourer d’air et d’eau, libre comme les oiseaux
Un arbre à l’horizon, bien rare est le gazon
Une vie en autarcie, le bonheur a un prix
 
Résidence d’été pour vacanciers aisés,
Au soleil retirée, loin des cités polluées,
Flottant entre deux rives sans craindre la dérive
Alanguie et cuivrée, oisive et mordorée
 
Sur le lac déposée, elle semble naviguer
Loin des rues goudronnées et sans voiture au pied
Des visites fréquentes nuisent à cette indolente
Un bateau amarré s’étiole sur un quai
 
Elle aime à le secouer, entendre l’eau clapoter
Contre sa coque dure, ce doux bruit la rassure
C’est un peu le garant d’un lien au continent
Grand terrain des passions, de l’herbe et du béton
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 08:00
INSTANT DE GRACE

Elle ramait, suait, avait les bras, le bas du pantalon et les jambes trempés, ne sentait plus ses fesses sur le bois du canot. L’air était doux maintenant, elle frissonnait en embarquant mais elle venait d’ôter son pardessus afin d’offrir ses épaules à la morsure du soleil. Elle était ravie par le spectacle qu’offrait l’eau plissée du lac, aux reflets tantôt bleus, tantôt gris, couverte de brumes de chaleur par endroits et qu’un soleil matinal parait de lucioles tout en projetant un écran d’or et de poussière sur les pins le long des rives. Au loin les cimes des conifères s’ennuageaient. C’était la fin de l’été, elle profitait des derniers jours de vacances et se vidait l’esprit avant d’affronter l’avenir. Parce qu’il serait gris, opaque et non floconneux comme le ciel ce matin-là, parce qu’il rimerait avec fureur et bruit. Et au milieu du lac, la nature silencieuse ménageait un cocon protecteur au sein duquel elle puisait des forces.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 08:00

Pour répondre au défi 129 lancé par Enriqueta pour les Croqueurs de mots: citer un poème appris dans l'enfance ou dans l'adolescence et que l'on peut réciter par coeur aujourd'hui encore.

 

ROSEMONDE

Longtemps au pied du perron de
La maison où entra la dame
Que j'avais suivie pendant deux
Bonnes heures à Amsterdam
Mes doigts jetèrent des baisers

Mais le canal était désert
Le quai aussi et nul ne vit
Comment mes baisers retrouvèrent
Celle à qui j'ai donné ma vie
Un jour pendant plus de deux heures

Je la surnommai Rosemonde
Voulant pouvoir me rappeler
Sa bouche fleurie en Hollande
Puis lentement je m'en allai
Pour quêter la Rose du Monde

Guillaume Apollinaire, Alcools

 

J'ai choisi ce poème car ce fut mon sujet du baccalauréa en 1976,  j'avais obtenu la note de 14 alors que j'avais plafonné toute l'année à 7. La perception de l'amour avec la légèreté des premiers émois,  pas de blessure, pas de conséquence, m'avait réellement inspirée.  Un état de grâce là aussi!

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 19:06
DEFI 129: PAS ENCORE

 

L’écriture est une passion et pendant mon absence sur le web, j’ai avancé dans mon travail de perfectionnement en travaillant au sein d’un atelier d’écriture, j’ai pris des vacances aussi. Me voici de retour parmi vous.

 

Pour répondre au défi 129 d’Enriqueta pour  les Croqueurs de mots : commenter une photo vieille de plus de vingt ans.

Sur la photo j’ai quatorze ou seize ans, mon frère tient l’appareil, mon père  sourit et moi c’est  l’avenir que j’interroge. Celui qui se profile au loin comme le fuselage des avions de ligne atterrissant à l’aéroport de Toulouse- Blagnac. J’ai confiance, je fixe un trait devant moi, oblique, ascendant, je  saurai piloter ma vie, tout me paraît simple. Je rêve d’un Prince et de l’existence qu’il me fera, d’un métier, de tous les métiers puisque je n’ai pas encore décidé de mon orientation. L’été s’achève et avec lui les vacances, les journées chaudes, longues, oisives. J’écoute le vent et me grise du souffle des réacteurs, on pouvait monter sur la terrasse de l’aéroport à l’époque et accompagner les oiseaux de fer gris dans leur victoire contre l’apesanteur.

 Je suis en partance, sans destination précise, sans que cela ait réellement de l’importance et me pénalise.  Je suis molle, alanguie comme une courtisane, une princesse de harem  se laissant choisir parmi d’autres élues du Sultan.  Le destin me happera bientôt et m’entraînera dans ses volutes. Mon trajet ressemblera bien plus aux évolutions périlleuses de la Patrouille de France qu’aux décollages sans surprise d’un  vol régulier. C’est un moment de grâce : je ne  le sais pas encore !

Partager cet article
Repost0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 08:00
DEFI 126: JACHERE

 

Défi 126 chez Jeanne Fadosi pour les Croqueurs de mots cette semaine : d’après  photo

Puisque le champ est en jachère, profitons-en pour nous reposer aussi. Postons-nous dans l’herbe au milieu des mottes de terre et des pissenlits, écrasons quelques fleurs de colza velléitaires, profitons d’un beau ciel aux nuages pommelés, installons-nous tout près d’un bois  aux bruissements peu inquiétants, écoutons les trilles des oiseaux, laissons le soleil chauffer nos carcasses métalliques et le silence les envelopper,  acceptons que le vent polisse nos accoudoirs , observons les lièvres qui  détalent, les corbeaux arracheurs de semis égarés, ayons des conversations muettes, avec une table pour témoin et accueillons avec bonheur les premières gouttes d’eau claquant sur nos dossiers cuits par une journée en plein air, loin des hommes et de la masse de leurs fondements.

 

BLOG EN  LONGUE PAUSE ...... 

 

Partager cet article
Repost0
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 13:39
Edward Hopper: Morning sun, 1952

Edward Hopper: Morning sun, 1952


Chez les Croqueursdemots, pilotés par Jeanne fadosi, cette semaine, jeudi libre en poésie
 
Il vient tout juste de partir
Claquant la porte aux souvenirs
Il vient tout juste de lui dire
Je ne crois plus en l’avenir
 
Elle n’a pas eu le courage
De déverser sur lui sa rage
Le vent chasse bien les nuages
Elle saura tourner la page
 
Encore lascive au creux du lit
Après la nuit et ses folies
Avant que monte le dépit
Le corps par la douleur meurtri
 
Elle cède au chant de troubadour
D'un soleil pâle au petit jour
Qui fait timidement sa cour
Enveloppant, tiède velours
 

 
Partager cet article
Repost0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 10:00
DIMANCHE CULTUREL
 
J’ai pris l’Orient Express avec Agatha et Graham et autant vous dire que la traversée de Londres à Bagdad fut exquise. Cette nouveauté consistant à traverser pays et frontières sans obligation de halte pour  déjeuner, dîner  ou  dormir, ce luxe, ce bonheur nous a été accordé. Il faut dire que nous, acteurs, poètes, hommes politiques, chefs d’état, écrivains, ou héros de romans avons des privilèges. Dans ces wagons au décor en bois  d’acajou et  réalisations de Lalique, il est divin de boire le champagne en compartiment intime, ou de jouer aux cartes, taper à la machine, lire le figaro, fumer une cigarette, déguster un verre de cognac, boire un café. Et ce train sème la magie partout où il passe : Istanbul, Louxor, Assouan ont  planté des hôtels de luxe sur son passage, Venise a construit une digue traversant la lagune jusqu’à la gare. La vitesse, le confort, quelle griserie ! Rendre l’Orient accessible, y confronter ses fantasmes à une réalité moins flatteuse, fait progresser le monde,  nos deux mondes  sont complémentaires !
Il faut croire que c’est à cette période que maman, enceinte alors et grande admiratrice d’Agatha, m’a communiqué le goût des voyages et des situations rocambolesques, de rencontrer d’illustres personnages comme Einstein, Franco ou Popov, de me promener à dos d’éléphant et de planquer des cadavres n’importe où. Cela explique en tout cas pourquoi à l’aube de mes cent ans je refuse de fêter mon anniversaire dans cette foutue maison de retraite, et préfère me faire la malle. Fuir à Bali, quel extase !
 
Ou comment faire le lien improbable entre deux activités qui ont comblé mon dimanche : musarder à l’IMA à Paris à bord de l’Orient Express, puis quitter le train en marche, me rendre au cinéma et voir « Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire ! » : jubilatoire !
 
 
 

 

DIMANCHE CULTUREL
Partager cet article
Repost0
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 08:00
DEFI 125: DE TOI A MOI, RUSE PASSANT
 
Défi 125 proposé par Eglantine Lilas, pour les Croqueursdemots, et relevé ce jeudi en poésie : Conversation avec La Joconde.
 
N’est-ce pas lui qui a choisi
De t’accrocher, là, un défi
Par ce sourire énigmatique
Curieux atout charismatique ?
 
Il a voulu peindre l’instant
Grâce éphémère d’un moment
Comme on reçoit en son jardin
Des roses, le capiteux parfum
 
Et cela t’a rendue célèbre
D’autres ne connaissent que ténèbres
Belles et lumineuses, ma foi
Pour certaines, maîtresses de rois.
 
Inutile de me comparer
A maintes muses encadrées
Je sais tout devoir au mystère
De cette toile et mes yeux clairs
 
Te voient soudain marquer le pas
Quêter un geste, un mot de moi
Qu’enfin je desserre les lèvres
Que ma voix traduise la fièvre
 
Qui, depuis des siècles nous attache
Au-delà de ton air bravache
Passant buté, rusé, narquois
Et  ensorcelé malgré soi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 08:00
DEFI 124:VERS LE PONT
Défi 124 chez les croqueurs de mots : jeudi libre en poésie pour Dômi
 
Flâner à deux, suivons la route, seule ambition
Dans la tiédeur d’un soir d’avril, une illusion
Sans nous hâter, main dans la main, gagner le pont
Nous embrasser dessous la voûte, juste un frisson
 
Le nez au vent, les yeux mi-clos, toi, tu chantonnes
Des nuages gras et blancs nous suivent, enflent et moutonnent
Au loin, la ville semble une guêpe qui bourdonne
Freinons le pas, goûtons ce que l’amour nous donne
 
De nos chaussures, le bruit dans la campagne sèche
Narguant l’azur, un soleil rond et ses flammèches
Odeur puissante du colza, de l'herbe fraîche
Papillons bleus, comme rubans, pris dans nos mèches
 
Des branches nues au doux et fier balancement
Griffent le ciel, vers l’infini, le firmament
Et de leurs bras font une couronne aux amants
Que le printemps livre à de merveilleux tourments
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 10:00
AU GALOP, ENSEMBLE
Puisque l’été s’annonce, et la musique se fête, la chaleur montre son nez, les jours allongent et les jupes raccourcissent, les pieds se dénudent, les têtes portent chapeau et les yeux chaussent lunettes, le rosé se boit frais,  tomates  et mozarella copinent, les brochettes  enfument les jardins,  les cerises parent les oreilles et les fraises les gâteaux , les foins agacent le nez et le blé daigne jaunir doucement, l’après-midi devient moiteur et le soir touffeur, les oiseaux s’étourdissent et les chats dorent au soleil, l’amour se fait plus qu’il ne se déclare, les promesses sont des mots et les mots des moyens, le ciel est azur, les jardins rivalisent de couleurs, l’océan tiédit les rivages, et l’air a le parfum sucré des fleurs, puisque toi et moi galopons ensemble depuis si longtemps et que l’euphorie  des mois légers du calendrier nous gagne chaque année, savourons  ce bonheur dans nos vies.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens