Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 10:00

 

Le casse tête cette semaine chez Sherry est: couleur

 

20-janvier-2013 4298

 

C’est l’une des couleurs du cœur, de l’émotion, du sentiment. Du poulpe. C’est un peu ça non ?  Le cœur, ce muscle, a des tentacules qui s’enroulent et nous étranglent. Lorsque j’ai aperçu ce tag, griffonné sur les murs d’une station-service désaffectée, au coin de ma rue, j’ai compris que ma couleur serait celle-là. Rouge poulpe. Elle symbolise, tout  comme le tag, une sorte de dépendance, un attachement irraisonné, une petite mort par abandon de soi. L’incapacité à exister sans l’autre, l’objet d’amour. Je ne parle pas de l’amour partagé, grisant, porteur. J’évoque  l’entrave, le frein,  la destruction. Rouge poulpe, comme l’encre du cœur. Comme une toile, un piège, dans lesquels on s’empêtre, on se débat.  On souffre… En croyant vivre…

Alors bien sûr, je trouverais normal et juste que la raison déplore. La raison est cette machette qui sectionnerait les ventouses, sans pitié, si elle pouvait. La raison, le bon sens, la lucidité, nous aident à tenir debout et détestent le rouge poulpe visqueux, tentaculaire. Car il sourit triomphant, il bat, tonitruant, il est sournois. Et nous cloue au mur en nous laissant exsangues. Mais  la raison ignore les dégâts occasionnés par le rouge poulpe, un petit malin a eu le courage de l’exprimer. Cette couleur est une tache aussi indélébile que la tache de sang sur la clé de Barbe Bleue. Crachée dans nos yeux, elle nous aveugle.

 

20-janvier-2013-4299.JPG

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 10:00

 

20-janvier-2013 2411

 

 

C’est tout ce qu’on voit de lui en ce moment, un bref éclat, une lueur, qui n’aveugle personne, ne réchauffe pas. Une tache blanche sur fond gris, comme ces pellicules de films abîmées, qui cassent au milieu d’une projection. C’est un peu mon état d’esprit, la sensation d’être assise dans un fauteuil au cinéma, et alors que l’action se met en place, que les personnages s’étoffent, que les scènes acquièrent une intensité et qu’on touche au drame ou à l’hilarité générale, clac, ça coupe, ça fige.

Un rayon de soleil paraît, et on attend la suite, de l’or dans les cheveux, des bras nus, des clignements d‘yeux. Lézarder à la terrasse d’un café, s’asseoir sur un banc dans un jardin, cheminer dans un sous-bois. Mais là-haut quelqu’un refuse d’appuyer sur le bouton, quelqu’un se dérobe. Et coupe nos élans, nos désirs. Les manteaux s’imposent encore, les écharpes, les bonnets, les gants ? Une semaine encore, on nous assure que ça ne durera qu’une semaine de plus… Les jours allongent inutilement, parce qu’à part ce petit plus de jour disponible, ils n’offrent pas encore, ici, dans la région parisienne, la suite du film. Vous savez, la charge de la cavalerie, les indiens, les cow boys, Ian Solo et Dark Vador, le final de Alien. Et au bout la lumière, intense, impérieuse, dominante. Devrons-nous attendre l’artifice du changement d’heure pour que le printemps daigne afficher sa mine enjouée de héros vainqueur ?

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 10:00

 

Photo-101.jpg

Musée de cire de Madrid

 

Aujourd’hui chacun veut se sentir vivant, exister c’est montrer son image. Sur internet, à la télé, dans son quartier. Par l’intermédiaire d’un ordinateur, d’un IPAD, d’un téléphone portable. Chacun s’isole pour se relier au monde. Et afficher son univers. Je vous entends et je vous vois tandis que j’écris, car vous et moi illustrons parfaitement cela. Mais nous avons nos vies, nos professions, nos familles. Nous sommes des « geek » occasionnels. Et notre notoriété reste modeste. Quoique moi, je suis une « star », dans mon quartier. Dès que je sors de la pharmacie, on me salue, on me fait la bise parfois. J’ai mes fans, mes groupies. Mes relations : tenez Barak et moi… Je plaisante. A peine…   

Car ce que certains recherchent c’est une petite heure de gloire. On dit faire le buzz, on compte le nombre de tweets, les vues sur le Web, on admire des excentricités, des écarts de langage, des expressions deviennent cultes. Il n’y a plus de frontière entre le grotesque, le sensationnel, l’événementiel, l’exceptionnel. Ce qui compte est de faire parler de soi et de croire que la gloire est arrivée, que fortune est faite. Ce qui compte c’est le paraître, l’enveloppe, le néant. Aujourd’hui on est riche de bulles.  Autrefois, souffler dans la mousse c’était pour jouer, et regarder les bulles s’envoler, éclater. De nos jours, les bulles n’éclatent plus, elles enflent indéfiniment. Et deviennent des références.  

 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 08:00

 

      Défi 98 chez Quichottine: jeudi en poésie, sujet libre

 

20-janvier-2013-4326a.png 

 

Quand l’obscurité tente de couvrir  la neige

Le sol repousse encore les ombres de la nuit

C’est une lutte d’amour, une conquête, un siège

Car le doux manteau blanc résiste tel un étui

 

Il capte du crépuscule tous les rayons bleutés

Dans un dernier sursaut éblouit les passants

Transforme la fureur en sons confus, ouatés

Et la ville s’emmitoufle  dans son fourreau  d’argent

 

C’est alors que s’allument ensemble les réverbères

Déversant de l’or pâle comme de gros boutons

Cousus dans le paletot de l’infernal l’hiver

Qui refuse de céder sous mars et ses bourgeons

 

L'on s'aperçoit aussi que la saison est en peine

Car malgré sa rudesse,  elle sait émouvoir

Des larmes de glace coulent le long d’étranges  gaines

Forgées dans le métal des yeux de la nuit noire

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 10:00

Le casse-tête cette semaine chez Sherry est : eau.

 

 Photo-279.jpg

 

Ce fut ma première vision du lac, une étoffe, du velours  miroitant au soleil de juillet. Une superposition de reflets bercés par un vent tiède, un éventail de nuances bleutées serpentant vers l’autre rive. Je m’y vautrais, m’y noyais, j’étais une amoureuse banale et trahie. J’avais le vertige et contemplais un autre lac, limpide et clair. Et faux. J’avais été une midinette. Hier encore, l’eau de tes prunelles alimentait ma soif d’amour. J’aurais pu rester  des heures, perchée dans les hauteurs, le regard aimanté et humide. Toute volonté éteinte. Ma peine s’atténuait, je n’étais plus que cette chose attirée par l’eau.

 

J’étais loin de la berge et du clapotis des vaguelettes, il y avait foule autour de moi. Alors j’avais ignoré l’appel des profondeurs, ce trou noir que l’on devine et qui tournoie au centre de l’étendue glacée. Je n’étais pas assez folle, assez malheureuse ou forte. Je n’aurais pu remplir mes poches de cailloux et avancer, déterminée telle une Virginia Woolf en proie au mal de vivre. J’avais mis de la distance, de fines branches balançaient devant moi, tels des cils. Comme pour me fermer les yeux, un instant, m’inciter à l’oubli. A ne plus voir ensuite que l’eau paisible et dormante, bordant les rives d’un été italien propice aux belles histoires d’amour.

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 08:00

Chez Quichottine, le défi 98 consiste en une conversation entre fleurs en respectant leur langage.

 

bouquet.jpg

 

Elles m’avaient avertie, chacune dans son langage. Il avait fallu que je les calme et les oblige à se taire puis à s’exprimer à tour de rôle, sans se couper la parole. Mais c’est qu’elles m’enivraient, dodelinant du chef à qui mieux mieux.  De vraies tigresses, de vraies ogresses ! Elles gonflaient leurs jolis pétales nervurés comme  les petites filles font tourner leurs jupes. Dressées sur leurs tiges, révoltées, elles hurlaient au mensonge, à l’hypocrisie.

Lilas blancs, impatiences, roses en boutons et oeillets me suppliaient de ne pas succomber. De ne pas fourrer mon nez dans leur parfum trompeur. Une déclaration d’amour pur, puissant,  passionné… Mon œil ! Ne sois pas bête. Je suis pour l’amour libre disait l’œillet et moi pour l’amitié poursuivait le lilas. Les roses  m’assuraient qu’il ne tiendrait pas ses promesses.

Regarde disait la violette, je feins la modestie, l’humilité. Quant à moi ajoutait la tulipe jaune, focalise toi sur ma couleur. Elle ne traduit pas l’amour  ou sa force, mais la fuite et l’infidélité. Un bégonia  se prétendait cordial, un camélia m’assurait de son estime. Un cyclamen louait ma beauté, me jurait fidélité, tandis qu’un brin de muguet m’annonçait le retour d’un hypothétique bonheur. Ce bouquet ne signifiait rien, je ne disposais que  de ce dont j’avais envie de croire. Une orchidée raffinée, une pervenche mélancolique désignaient un mimosa à l’ardeur platonique. Il n’osera rien indiquaient-ils, cet homme te fait marcher. Un freesia enfonçait le clou, ce type résiste, il ne veut pas de toi, même s’il prétend le contraire.

J’avais découvert le billet glissé entre deux immortelles qui semblaient dire, désolées : tu appartiens aux souvenirs. Quatre mots griffonnés sur un carton glissé dans une enveloppe. Quatre mots fanés : je te quitte, adieu.  La farce était trop belle, et les fleurs m’avaient acceptée comme l’une des leurs, elles m’avaient prévenue, en douceur. Je me souviens, j’avais ri aux éclats.

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 10:00

 

 

baroudeuse.jpg

 

J’ai déjeuné avec une amie l’autre jour, qui me racontait son voyage en Argentine au mois de décembre. Je ne détaillerai ni les lieux enchanteurs, ni la moiteur, 40 degrés à Buenos Aires, ni  les rencontres savoureuses qu’elle a pu faire notamment dans des salles de tango ou de salsa.  Passionnée de ces danses qu’elle pratique régulièrement à Paris, elle souhaitait, je pense, les aborder dans leur cadre originel et authentique. Car ces danses sont tout autant  travail  et technique, qu’approche mesurée selon des codes particuliers emprunts de séduction. Mais ce n’est pas ce qui a retenu mon attention. Elle ne m’a pas montré de photos, cité d’endroit caractéristique, ni indiqué ce qui l’avait marquée. Ou alors je n’ai pas suffisamment écouté. Non, ce qui m’a  fascinée, c’est son aptitude au voyage en solitaire, billet d’avion en poche et guide du Routard dans le  sac à dos. Elle avoue un besoin de fuite en avant, oublier sa vie d’ici, se fuir et se découvrir autre, ailleurs.

 

tango.jpg

 

Alors elle circule en train ou en car, se nourrit de fruits le plus souvent, sélectionne hôtels et auberges de jeunesse. Elle ne sait pas où elle dormira le soir ni même où elle s’arrêtera le lendemain. Elle sympathise avec l’habitant, échange quelques mots d’espagnol, se lie le temps d’une étape à d’autres français. Elle aime voyager seule, marcher longtemps, prendre des photos. Il y a ce besoin d’exotisme et un dépassement de soi dans le fait de se débrouiller seule. Il y a de l’introspection, du courage, la recherche d’une identité, d’un équilibre. Je l’admire, parce que je me sais incapable de me lancer, seule, dans de tels projets. Parce que je suis peureuse et imagine toujours le pire. Parce que j’ai envie de parler, de m’extasier, d’attraper le bras d’une compagne ou d’un compagnon de voyage, de donner mon opinion de franchouillarde à un autre franchouillard. Parce qu’il me faut la présence d’un ami, d’un parent, d’un chéri. Parce pour moi voyager c’est partir avec l’autre. Mais au fond je sais que ce qui compte c’est de partir. Et revenir avec des souvenirs, des expériences, une ouverture d’esprit, permettant de rendre le quotidien supportable. Jusqu’au prochain départ…

 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 08:00

Jeudi en poésie d'inspiration libre  chez Quichottine

 

20-janvier-2013-2633.JPG

 

Il y a deux ans si tu savais,

Après le drame on aimerait

Se dire : ce n’était qu’un cauchemar

Comme la peur, la nuit, le noir

Mais toutes ces villes désertées

Et ces familles relogées

Dans des baraques de fortune

D’où l’on n’aperçoit pas la lune

Sont une triste réalité

De ce fier Japon dévasté

Heureusement, des enfants rois

Avec de la vie devant soi

Des projets, et comme toi

Des rires, des chants et de la joie,

Survivront à  Fukushima

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 16:08

 

Ne m'en tenez pas rigueur si je n'ai pas répondu pas à vos gentils messages, je me suis offert une vraie parenthèse sur le net.

Cette semaine chez Sherry, le casse-tête est : illusion

 

 20-janvier-2013-2564.JPG

 

Quand l’automne fait illusion

En gerbes d’or coiffant le ciel

Prétend remplacer le soleil

Son déploiement est sensation

 

 

20-janvier-2013-2563.JPG 

 

Ainsi, mollement étendue

Les yeux fermés, la peau à nu

Illusion ou  douce  manière

De réchauffer son corps de pierre ?

 

 

 

20-janvier-2013-2027.JPG 

 

Ces gens qui passent dans la rue

Dis mon ami, les as-tu vus ?

Madrid,  une scène de théâtre ?

Mais où vont donc tous ces bellâtres ?

 

20-janvier-2013-2026.JPG

Partager cet article
Repost0
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 14:15

 

Une semaine chargée m'attend, je n'aurai pas le loisir d'écrire mais  je vous rendrai visite aussi souvent que possible.

                                                        A bientôt. 

 

20-janvier-2013-3118.JPG

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens