Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 09:42

Voici ma participation au sujet de la quinzaine de Miletune, d' après un tableau de Nils Dardel

 

dardel.jpg

 

 

 INCANDESCENCE

Au premier coup d’œil, cela me parut un détail. Mr et Mme S. habitaient une  villa dans les hauteurs du XIXème arrondissement de Paris. Une de ces belles qui embaument le lilas et les glycines. Qui cachent leurs rides, leurs rhumatismes et leurs petits vieux au pas hésitant. Depuis le seuil, dans l’entrée on apercevait le tableau sur le mur devant soi. C’était instinctif, on se hissait sur la pointe des pieds, on se poussait de côté, on regardait sous le bras du propriétaire qui se tenait sur le pas de la porte. Mr S. ne s’étonnait plus. Il me regarda onduler, comme tous les serpents qui lui rendaient visite. Puis il s’écarta, tenta de soulever le sac que je portais. Et accepta que je le porte à l’étage. Je marquai un arrêt devant ce portrait de famille aussi insolite qu’un rossignol s’époumonant dans le château de la belle au bois dormant. Il habitait le mur, le papier autour était fin, plissé et délavé comme si quelqu’un l’avait léché. Les murs prenaient la poussière, une araignée étalait son talent d’artiste. Mais sa toile s’arrêtait au-dessus du cadre. Car l’oeuvre rutilait. On entretenait les couleurs et le vernis.

Je ne saurai dire quel personnage m’intriguait le plus. Le père, imposant, barbu, me fixait méchamment comme pour m’anéantir. Je réalisai que sa chemise rouge m’avait suggéré l’image du rossignol. Ce qui me le rendit sympathique. Il n’était pas menaçant, tout compte fait, mais protecteur. Ses enfants l’aimaient, ils formaient une chaîne à son bras. Un courant d’électricité continue qui partait de la fillette au nœud sage vers l’adolescent fier, adorateur. Les jeunes enfants au premier plan constituant un fil conducteur.

-         Il vous plaît? demanda Mr S.

-         Beaucoup, répondis-je.

Mme S. à l’étage eut un gémissement qui effaça le sourire à ses lèvres.

-         Permettez, dit-il, en grimpant les marches avec difficulté. Posez ça dans l’entrée. L’infirmière va arriver.

Mais je le suivis dans la pénombre. Les volets  étaient fermés, une odeur d’éther et d’urine imbibait le salon. Des cartons de médicaments s’entassaient sous la table basse.

-         Voilà, vous pouvez-vous débarrasser. Je reviens, excusez-moi, ma femme vous comprenez…

Depuis le haut de l’escalier, je ne pus m’empêcher de me retourner, comme aimantée par la toile. Je ne distinguais plus les visages, uniquement des touches de couleurs, bleu, vert, violet, jaune. Comme si l’on avait posé un arc-en-ciel sur le mur. Comme si la lumière me jouait un tour. Mes yeux s’habituaient à l’obscurité qui  finit par me sembler indispensable. Cette maison dépendait des ombres et du tableau. Il était la source d’énergie. Il était les rires, les chants, les rondes et les comptines. Il était la famille, l’avenir, la chaleur et l’amour. Il était la vie.

-         Je vous raccompagne, dit M. S en me rejoignant. Attention au tableau en descendant, le couloir est si petit que parfois on le heurte de l’épaule. Et j’y tiens vous savez. C’est un cadeau de ma belle-fille. Elle a peint  les membres de sa famille. Juste avant l’accident….

La voix chevrotait, et la main tremblait. Pourtant l’œil happé par la toile avait l’incandescence d’une braise.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
une belle imagination et une interprétation prenante avec un mélange bizarre d'acceptation presque sereine et d'ambiance terrible
je rattrape peu à peu mes retards de lecture, ce qui explique la date de ce commentaire
belle fin de dimanche
Répondre
M


Merci de ton intérêt pour mes écrits, à bientôt.



K
Très beau récit qui illustre parfaitement ce tableau. Le décors est très bien planté et je me suis très bien représenté cette demeure et cet homme. Bravo
Répondre
M


Je suis très flattée par ce commentaire, il est possible qu'un jour j'emprunte une de tes peintures, en affichant bien sûr un lien vers ton site (et si tu le permets), pour écrire un texte, à
l'envie...



C
La vie qui jaillit par ce tableau est un tourbillon de promesses et de sensibilité...
Je me suis régalée!
Merci Mansfield
Bisous du soir
Cendrine
Répondre
M


Merci Cendrine, tu me flattes beaucoup!



A
Très bon texte et agréable à lire.
Bon week-end
Amitiés
Ara
Répondre
M


Merci Ara, à bientôt



M
Bonjour Mansfield,

Beaucoup d'émotion en te lisant. Beaucoup d'humanité, de pudeur, tu peins une réalité sans concession. C'est vie toute crue. La vie avec ses ombres et ses lumières. J'aime beaucoup ce que ce
tableau t'a inspiré. Merci pour ce partage
Bon weekend
Martine
Répondre
M


Merci Martine, je sis vraiment touchée que mon interprêtation t'ait plu.



W
Une histoire toute en sensibilité dont on aimerait connaître la suite... Mais à chacun sans doute de la créer...
Répondre
M


Laissons notre imagination vagabonder...



C
C'est par un bel après midi ensoleillé que je viens te faire un p'tit coucou gros bisous
Répondre
M


A bientôt, Gégouska



F
un beau tableau de famille qui cache une tragique histoire!
Bravo pour l'imagination .
Répondre
M


Merci Fanfan, à bientôt



E
superbe , originale, étrange et puissante mise en scene de ce tableau, bravo
Répondre
M


Merci Emma, à bientôt pour un nouveu partage



R
Jolie lecture de ce tableau!
Petit passage pour te souhaiter une bonne soirée et te remercier de tes visites sur mes pages.
Amicalement,
Rose
Répondre
M


Bonne fin d'après-midi Rose et à bientôt, bien sûr.



M
j aime beaucoup ton interprétation de ce tableau
les odeurs , la pénombre ,
on avait envie de lire jusqu 'au bout
félicitation pour ce texte
kénavo
Répondre
M


Merci Monica, à bientôt dans ta chère Bretagne!



D
Bonjour. Aux 5 sens en alerte, s'ajoute l'imagination. D'une toile surgit une histoire, une émotion, un son, et les vibrations qu'elle émet donnent vie au passé...
Répondre
M


Merci d'avoir compris que ce petit univers confié est un formidable réservoir de vie. A bientôt.



M
Ce tableau si colorer et solidaire avec le père attire le regard pour prévenir un danger dans l'escalier de la maison. Quel bel plume.
Répondre
M


Eh, je n'avais pas envisagé ça sous cet angle mais c'est pas mal aussi!



L
On ne s'attend pas à ce qu'un tableau si coloré fasse partie d'un tel drame !
Répondre
M


Oui puisqu'il a été peint avant quand tout allait bien!  J'ai un peu forcé sur le contraste, c'est vrai.



J
Voui lu là-bas ce matin.... Inutile de te redire que j'ai beaucoup aimé ton interprétation du tableau.... jill merci !
Répondre

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens