Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 08:00
CE SOIR-LA
Ce soir-là, il y aura un match paraît-il. De foot évidemment. Qui contre qui ? Peu importe. Nous les filles, en grande majorité, on s’en fiche. Je précise, en grande majorité, je couvre mes arrières. Il y a des gars qui s’en moquent aussi. Si, si. Il ne sera transmis en principe que par Netflix ou Being sport. Donc peu de chances que la soirée soit compromise. Mais je connais des petits rusés qui essaieront de composer. Pour qui ce jour-là c’est du commerce, du business, de quoi faire marcher les restaurants, les fleuristes, les bijoutiers, les chocolatiers, que sais-je encore… Ils tenteront de vous emmener fêter ça au troquet du coin, devant un pichet de bière et la télé offrant un spectacle de gambettes galopantes sur gazon verdoyant. Ou alors, il faudra bâcler le dîner parce qu’à 21h, ça commence !
Ne vous laissez pas faire, ne leur permettez pas d’évacuer ces habitudes de midinettes d’une pichenette ! Il ne s’agit pas de céder à une mode, de s’obliger à afficher des sentiments. Tout ce qu’on leur demande, c’est d’arrêter le temps, de se retourner sur hier. Constater ce qui a pu s’user, disparaître. Ce qui perdure malgré les années. Qui est à consolider, redéfinir. Ou bannir. Et repartir d’un bon pied !
Ça peut se faire devant un demi et un paquet de chips ! A condition de se vautrer à deux dans le canapé, tête contre tête. De regarder avec les yeux, de voir avec le cœur. S’il n’y a personne à vos côtés ce soir-là, chouchoutez-vous !  Rien ne remplace l’amour, l’estime de soi. Quoi qu’on dise, on est toujours tout seul. Même le 14 février...
Partager cet article
Repost0
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 17:00
Orgueil et Préjugés, version de 2006, ma préférée

Orgueil et Préjugés, version de 2006, ma préférée

La Saint Valentin approche. Indissociable de l’amour, elle m’a donné envie de revisiter certains lieux magiques. Des cadres romantiques, au cinéma et en littérature, que je cite pêle-mêle au gré des souvenirs.
Le bac qui relie Saigon à Sadec dans l’Amant de Marguerite Duras. Propice à la rencontre banale mais symbolique entre une jeune fille sage et un homme à chapeau sur le Mékong. Colonialisme, lenteur, moiteur, pesanteur…
Les rues de Rouen, pour Emma Bovary et Léon, selon Flaubert. Un fiacre, des chevaux à vive allure, des rideaux baissés, un itinéraire vagabond. Des passants étonnés. Et l’amour à l’intérieur, à peine évoqué, tellement suggestif.
Le planétarium de Los Angeles pour  Ryan Gosling et Emma Stone dans La La Land,   de James Dean et Natalie Wood dans La fureur de vivre. Emblème de LA, symbole de l’amour, immensité, envol, infini…
Les quais de Seine, en carton-pâte dans La La Land,  et pour de vrai dans Midnight in Paris De Woody Allen. O Paris so romantic ! Les boutiquiers, la Seine envoûtante, et pourquoi pas un cliché de Doisneau en arrière-plan.
Les hauts de San Francisco pour Matthew Modine et Melanie Griffth, inquiétants tout autant qu’idylliques dans Fenêtre sur Pacifique ; le Berverly Wilshire Hotel  de LA où Julia Roberts s’achète une réputation auprès de Richard Gere dans Pretty Woman. Un salon,  un jeu d’échec au centre, cadre du jeu subtil de chat et de la souris entre Steve Mcqueen et Faye Dunaway dans l’affaire Thomas Crown. Torride !
La plage de Deauville pour les Chabada de  Jean Louis Trintigant et Anouk Aimée; l’appartement reconstitué à Paris, identique à celui des parents d’Haneke pour Amour avec le même Trintignant et Emmanuelle Riva. Quand amour est aussi accompagnement de fin de vie.
Le Pemberley imaginaire  d’Orgueil et Préjugés, collines, boisées, cours d’eau, nature respectée, où Elisabeth et Darcy apprennent à se connaître, selon Jane Austen. Tant d’autres encore…
Beaulieu sur Dordogne, pour mon chéri et moi. Mais je m’égare ! Et pour vous, quels sont les lieux qui font la magie de l’amour, au cinéma, en littérature ou dans la réalité ?
 
 
 
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 08:00
CE SOIR, OUBLIONS...
Oh et puis zut ! Oublions les élections, Donald et ses couacs de canard, la grippe et la contagion, de nos journées les avatars.
Dirigeons-nous vers le salon. Champagne en robe mandarine, angostura, note sybilline. Quand l’appétit vient au palais, laissons le bonheur s’installer. Roulés de crêpes au saumon, petits fours frais, pâte maison, piments chatouillant les papilles, dans la cheminée, le feu brasille. Je vous ressers ?  Bien volontiers.  Mais sans façon,  pour moi  c’est non.
Passons à table les amis. Saint Jacques aux petits légumes, croûte dorée, percée, qui fume. Un verre de Pernand-Vergelesses ? Entretenez notre faiblesse ! Chut ! Déguster relève de l’art, les bougies voilent les regards. Un rôti farci au foie gras, des pommes de terre à la truffe. Gourmand  ce fabuleux repas, le cuisinier n’est pas Tartuffe ! Une larme de Léo-Pessac ? Encore des tours dans votre sac ? Voyons, salade sans façon. Fromage, dessert : une Pavlova. Ne me dites pas que… vodka ? Café, liqueur de mandarine, comme on a commencé on termine !
Quand la raison hurle prudence, vers la maison rouler patience… Quand partager, se retrouver, échanger fous rires et nouvelles, quand des soucis se libérer, fait dire que la vie est belle.
CE SOIR, OUBLIONS...
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 08:00
PAPILLONS
Il sort en salle mercredi, alors pourquoi en parler avant.  Quoi dire ? Le sujet du film c’est persévérer pour faire reconnaître son talent.  Hollywood, des couleurs pastel ou pétantes, la danse, la musique. Les déceptions balayées par la fougue, l’endurance, la confiance en soi. Les pleurs, le chagrin, la rage. La joie, les rires, de l’émotion en feu d’artifice, le sentiment d’apesanteur. La nuit, des étoiles, des réverbères, le jour lumineux, le blanc immaculé. Des décors, des costumes, des plans magistraux. L’amour plus fort que tout. Voilà ce que You tube enseigne.
Voici sur quoi ce film renseigne avant même que des files se forment devant les cinémas. L’époque, morose, a besoin d’enchantement, de rêve, de folie, de légèreté. Le spectateur a une âme de midinette et le cœur fait pour la romance. On ne le stimule jamais assez.  Il aime s’échapper sans recourir aux paradis artificiel.  Il est beau jeune, en pleine santé, il a un avenir, une raison de vivre. Et quand le générique de fin se profile, il atterrit en douceur. Dans sa tête, des papillons pollinisent les petites cellules grises. La semaine peut démarrer.  
1967 avait ses Demoiselles, 2017 a La La Land
 
PAPILLONS
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 16:05
NEIGE
Elle doit arriver cette nuit. Ça fait une semaine qu’on nous l’annonce. Le vent, la pluie, de la glace fondue l’ont précédée. Elle se fait attendre. Derrière la brume, elle prend le pouls de la ville. Elle entend : « C’est à toi dans deux minutes ! » Elle s’ébroue, le ciel claironne : « Et maintenant, la voici, c’est elle, faites une ovation à.. ». A la télé  Laurent Delahousse prévient : « Madame, monsieur, bonsoir. Grands froids attendus dans les jours à venir. EDF est sur les dents. »
Elle secoue sa crinière cotonneuse, fait voltiger ses paillettes, tourbillonne dans un grand show, tant de lumière, tant de blancheur. Et le silence se fait, un public ébahi la regarde évoluer, électriser l’atmosphère, réinventer le décor. Attention, la touche ultime, la chute des derniers flocons.
La star s’éloigne, qui voulait mourir sur scène.  Avec son manteau blanc le rideau est tombé. 
 
Partager cet article
Repost0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 08:00
COMME LUI
Elle lui ressemble. Elle est icône, on se la représente, ronde, joufflue, dorée. Il est pictogramme, on le dessine jaune, circulaire, rayonnant. On la relie à l’enfance, à la naïveté. Il évoque douceur, lumière et clarté. On  l’associe au cidre, à la fève ou à la couronne comme lui au ski, à la plage, aux vacances. On la photographie, entière ou  tranchée,  on zoome sur le feuilleté de sa pâte. On l’immortalise sur disque dur par goût des clichés,  pour épater ses amis ou se créer de radieux souvenirs. Elle est coutume, tradition, il est phénomène culturel. Elle est remède, réjouit, rassemble. Il est médicament, réchauffe, apaise. Elle est divinité païenne, il est astre providentiel.
Alors pourquoi ne pas le temps d’un partage, les réunir.
 
Partager cet article
Repost0
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 08:00
Entracte, Edward Hopper, 1963

Entracte, Edward Hopper, 1963

Un moment étrange. Le film, ou la pièce, n’a pas commencé.  Peu de spectateurs, il est trop tôt. Ce qui compte c’est la femme assise, sage, attentive, un peu raide. Résignée aussi. Ce qui va se dérouler sous ses yeux ne regarde qu’elle. C’est à peine si nous percevons l’estrade, entrevoyons  le rideau.
Elle est belle,  jeune encore. Sa robe dévoile des bras blancs et potelés, une ligne fine, laisse entrevoir  de petits seins pointus, s’enroule aux genoux. Glisse sous les doigts. La femme est distinction, détachement, recul. Elle est une île au milieu des vagues de velours  que sont les fauteuils. Il y a ce mur comme en prison, blafard, interminable. La porte à ses côtés est échappatoire. La remarque-t-elle ? Elle baisse les yeux, renonce-telle ? Son nez est volontaire, ses joues sont creusées. Ses talons marquent la moquette au sol. Elle est sur le point de… Elle a trouvé sa place,  excentrée, choisi son jour, dimanche 1er janvier.
Elle pense à son couple, solide, un peu terne, à ses enfants éloignés. Qui ne reviendront que pour lui placer un bébé entre les bras. Elle a des pulsions, des passions que son métier ou les voyages ne comblent pas. Elle a une vie devant elle, vers laquelle embarquer. Quitter l’île ! Elle ressent des fourmillements dans les pieds.  Gagner l’estrade, succomber à l’appel de sensations extrêmes, de situations fantasques.  Crever l’écran 2017. Renaître.
La femme est sur le point de se lever.
 
Partager cet article
Repost0
25 décembre 2016 7 25 /12 /décembre /2016 19:23
BLOG EN PAUSE
QUE 2017 VOUS SOIT DOUCE!

 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 08:00
J'AIME ASSEZ
J’aime assez l’idée d’un livre voyageur qui parcourt le monde par la poste. Et dont les pages sont couvertes d’empreintes, de poussière de tous les pays. Pliées, chiffonnées, par des lecteurs curieux et avides. Dont les mots, entourés, soulignés, ajoutés dans la marge sont la preuve de l’intérêt qu’on manifeste à la lecture. Dont la couverture cornée ou arrachée, la reliure décollée, la quatrième de couverture inexistante, les grains de sable, les tâches de graisse ou de chocolat certifient : « j’ai été manipulé, adoré ou rejeté, trimballé dans un sac, lu dans les transports, dans un lit ou aux toilettes mais j’ai apporté quelque chose».
J’aime assez l’idée d’un voyage par la lecture. Echappatoire, découverte, enrichissement, enseignement, divertissement. Oubli du lieu, du moment, de l’entourage. Perte de la notion de temps ou d’espace, des sensations de fraîcheur, de chaleur, des besoins de boire ou dormir. Lire assis à une table à la bibliothèque, debout entre deux rames du métro, à genoux entouré d’enfants aux yeux écarquillés, à plat ventre sur le canapé, dans la position du lotus ou sur un tapis à clous, peu importe. Pourvu que ça signifie : « J’en apprends autant qu’avec une valise ou un sac à dos en parcourant le monde »
J’aime assez ce cliché car à lui seul, il rassemble  deux idées  qui me sont chères.
Partager cet article
Repost0
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 08:00
AU SOL HUMIDE ET FROID
 
Qui t’as déposée là
Au sol humide et froid
Dressée tout contre un arbre
Aussi dur  que le marbre
 
As-tu  couru la lande
De Bretagne ou d’Irlande
Sifflé  sur la colline
Vibré,  cœur grenadine
 
Es-tu tombée à terre
Lancée par Marc Knopfler
Le nez dans le ruisseau
Faute à Manu Chao 
 
Penses-tu comme Nicolas
Qu’on ne veut pas de toi
Clames-tu ici et là
Je n’brigue pas d’autre mandat
 
Sur la mule de Pancho
Danses-tu le Flamenco
Promenais-tu Django,
 Jazzy, au fil de l’eau
 
Sous les doigts fins, agiles
D’un jeune ado fébrile
Qui caressait tes cordes
Semais-tu la discorde
 
Tu étais jeune et belle
Avide de ritournelles
Et tu ronges ton frein
Nul sac à sapin
 
Masquant ta déchéance
De ce trou la béance
Escamotant le bois
Si lustré autrefois
 
Sais-tu qu’au cimetière
Repose à même la pierre
Ta p'tite sœur de chagrin
Veillant sur Fred Chichin
 
Il  suffirait de peu
Le geste d’un curieux
Artiste mélomane
T’emportant dans ses mannes
Tombe de Fred Chichin ( Rita Mitsouko), au cimetière Montmartre

Tombe de Fred Chichin ( Rita Mitsouko), au cimetière Montmartre

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher

Liens